Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 21:50

Intervenant en pleure devant les caméras d’une chaine de télévision, une famille Algérienne a interpellé les autorités du pays et les autorités françaises, sollicitant leurs aides pour rapatrier leur fils de Marseille (France) vers la ville de Batna (Algérie).

Selon les déclarations des parents, le jeune Toufik Kateb aurait été retrouvé mort dans sa chambre à Marseille dans des circonstances que l’enquête déterminera. Le défunt qui serait âgé de 23 ans est marié, père d’un petit enfant, selon les premières informations. A l’heure actuelle, nous n’avons pas vérifié, si toutefois le corps est bloqué à Marseille pour faute de moyens financiers nécessaires au rapatriement. Cet état de fait ne pourrait pas être écarté, du moment que plusieurs dépouilles de personnes décédées en France ou à l’étranger ont souffert dans les morgues des hôpitaux. Cet état de fait est dû aux services consulaires qui refusent de prendre en charge les frais de rapatriement. Pourtant, l’état Algérien avait  par le biais d’un article N° 136 de la loi de finances 2015,  prévu un compte d’affiliation spécial, intitulé « Fond de Solidarité nationale chargé des frais de transfert des dépouilles de ressortissants Algériens décédés à l’étranger». Malheureusement, cette loi est restée que du noir sur blanc, les Algériens décédés à l’étranger ne bénéficient d’aucune aide. La seule chose que fait la représentation diplomatique est de délivrer des documents administratifs relatifs aux rapatriements des corps, nous a fait savoir un Président d’une association. En 2016, le corps d’un Algérien a été rapatrié grâce à une quête organisée par une association Marocaine du Puy en Velay, dans le département de la Haute Loire. Pour en savoir plus au sujet de la personne décédée à Marseille qui est originaire de Batna, nous avons décidé de prendre attache avec les services consulaires Algériennes à Marseille. Depuis Cinq jour, nous avons uniquement pu discuter avec le standardiste, deux jeunes femmes qui se sont présentées comme les secrétaires de Monsieur le Consul et le service de l’état civil. Malheureusement, nos interlocuteurs ont indiqué qu’ils ne sont pas habilités à faire des déclarations à la presse et ni de donner le moindre renseignement. L’Adjoint consul ne pourrait pas prendre d’appel, il serait partant pour Alger où il a été rappelé au niveau du Ministère des affaires étrangères, a-t-on appris. Cependant, nous n’avons pas réussi à prendre attache ni avec M. le Consul ou avec un quelconque vice-consul ou responsable. Lors de la première communication, la première secrétaire de Monsieur le Consul a promis de faire passer le message au premier responsable de la représentation diplomatique qui ne se trouvait pas dans son bureau, selon elle. Il est de même pour la seconde jeune femme qui nous a répondu qu’elle serait la seconde secrétaire de Monsieur le Consul. «Nous avons transmis votre message Monsieur, notre travail s’arrête là», nous a-t-elle répondu. Durant la troisième journée, nous avons repris contact avec la représentation diplomatique Algérienne à Marseille et nous avons demandé d’être mis en relation avec M. le Consul ou l’un des vices- Consul ou un quelconque responsable. Notre interlocuteur au bout du fil, nous a indiqué qu’aucun poste de ses responsables ne répondait à ses tentatives de mise en relation. Seule, le service d’état civil a décroché le téléphone pour nous dire que la personne chargée du service social est à l’extérieur du Consulat. Quelques heures seulement avant de mettre sous presse, nous avons décidé de tenter encore une fois de joindre un responsable au niveau du Consulat mais en vain. Hier Mardi au début de l’après-midi, il nous a été répondu ce qui suit : «Nous sommes désolés, aucun responsable ne veut prendre d’appel». Les services de l’ambassade et comme à leurs habitude ont répondu, je cite : « Vous pouvez nous adresser vos questions par courriel ou par correspondance, nous les transmettons à notre hiérarchie à Alger», ont-ils déclarés. Nos efforts ont permis de déterminer le lieu exact où se trouvait le corps du jeune Algérien. Selon des informations officielles et autorisées, la dépouille du jeune Kateb Toufik repose dans une chambre mortuaire dans un hôpital de Marseille. Selon les mêmes informations, l’enquête diligentée par les éléments de la police judiciaire est close. Néanmoins,  nos interlocuteurs pensent qu’en raison d’éventuelles et futures procédures, le jeune Algérien pourrait être inhumé provisoirement à Marseille. A signaler que les policiers et les fonctionnaires hospitalier de Marseille ont été très touché par la mort de ce jeune Algérien et n’ont pas manqué d’exprimer par nos biais, leur solidarité avec la famille du défunt avec qui, ils partageaient la douleur.     

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 14:59

Cette vidéo montre des éléments de la garde communale assassinés par un groupe terroriste islamiste en Algérie. Nous ne savons pas (Pour l'instant) la région exacte et la date cette tuerie qui pourrait avoir lieu entre 1992 et 2003. La mise en ligne de cette vidéo sur les réseaux sociaux pourrait choquer et heurter la sensibilité de certaines personnes, surtout les parents et les familles des victimes.

Où sont les Algériens pour donner les noms de ces criminels? Il ne faut pas avoir peur de ces assassins, ce ne sont que des lâches. Donnez nous les noms de ces criminels, on vous assure qu'ils seront jugés que ce soit en Algérie ou devant les tribunaux internationaux.

Cette vidéo montre des éléments de la garde communale assassinés par un groupe terroriste islamiste en Algérie. Nous ne savons pas (Pour l'instant) la région exacte et la date cette tuerie qui pourrait avoir lieu entre 1992 et 2003. La mise en ligne de cette vidéo sur les réseaux sociaux pourrait choquer et heurter la sensibilité de certaines personnes, surtout les parents et les familles des victimes. Où sont les Algériens pour donner les noms de ces criminels? Il ne faut pas avoir peur de ces assassins, ce ne sont que des lâches. Donnez nous les noms de ces criminels, on vous assure qu'ils seront jugés que ce soit en Algérie ou devant les tribunaux internationaux.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 04:44
Après la théorie, l’entrainement physique : Des salles de combat dans les mosquées !

Lors de l’inauguration de certaines mosquées dans le pays, la surprise fut grande lorsque des responsables et des dirigeants de ces lieux de cultes ont indiqué que ces nouvelles bâtissent de lieux de cultes, renferment des salles d’entrainement réservées aux sports de Combat.

Quel futur pour ces pauvres innocents ?

Incroyable mais vrai, des mosquées nouvellement inaugurées en Algérie auraient été dotées de salles réservées aux entrainements de sport de combat. C’est le cas de l'exemple de la mosquée située dans la région de Batna (Algérie) et plus précisément dans la commune dite : Aayoune Al Assafir (Sidi Maanssar). Selon les personnes responsables de cette mosquée, récemment réceptionnée, une grande salle a été réservée spécialement pour effectuer des entrainements de sport de combat. A l’intérieur d’une mosquée, on peut trouver plusieurs endroits, notamment les toilettes, un lieu où les fidèles pourraient accomplir l’ablution et un autre pour apprendre le Coran. Malheureusement, notre surprise fut grande, lorsque nous avons appris qu’au niveau de certaines s mosquées se trouvent également une ou plusieurs salles réservées aux entrainements de combats. La première question est de savoir ce qui suit : Quel est l’objectif exact des fidèles ou des individus qui devraient se former ou s’entrainer en sport de combat ? Nous n’apprenons rien à personne en disant que la vocation d’une mosquée est d’accomplir la prière. Malheureusement, ces derniers temps on assiste à des choses plus que surprenante, du moment que les mosquées se sont reconvertis en «Camp d’entrainement, dortoir, salle de réunion et autres. « On nous a proposé même de réaliser une piscine au niveau de l’enceinte de la mosquée», nous a indiqué un cadre de la direction des affaires religieuses de Batna. Enfin, réaliser une piscine dans une mosquée, c’est un peu drôle mais ne ferait pas de mal comme ce sera le cas pour la salle réservée aux entrainements de sport de combat. L’autre question qui mérite d’être posée est la suivante : Quel futur pour ces milliers de ces pauvres innocents surtout les enfants, endoctrinés et formés dans les mosquées ?

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 04:14
Khenchela ( Algérie) : La police de plus en plus sollicitée à travers «les numéros verts»

Lire l'article en PDF sur le journal "La Nouvelle République" page ECHOS :

Lire l'article en PDF sur le journal "La Nouvelle République" page ECHOS :

Dans le cadre de la lutte contre la criminalité urbaine, les services de police judiciaire de la sûreté de wilaya de Khenchela ont enregistré un nombre important de demande d’intervention à travers le «numéro vert» mis à la disposition des citoyen.

A travers les numéros verts police 1548, les éléments de la sûreté de la wilaya de Khenchela ont été sollicités plus de 601 fois au cours du mois de mai, a-t-on appris auprès du service de cellule de communication et des relations publiques de la sûreté de wilaya de Khenchela (CCRP). Sur le bilan mensuel présenté par la sûreté de wilaya de Khenchela, neuf appels seulement relatifs aux accidents et signalement de diverses infractions liées aux différents crimes ont été enregistrés.
A travers l’autre numéro d’urgence «17», les éléments de la sûreté de wilaya ont reçu 166 appels téléphoniques par les citoyens, appelant l’intervention urgente des forces de police. Pendant cette même période, 113 appels téléphoniques des citoyens qui souhaitaient des renseignements ou des orientations ont été également enregistrés sur le même numéro d’urgence. Le standard de la sureté de wilaya (fixe) n’a pas chômé également durant ce mois de mai où 336 appels ont été enregistrés relatif aux signalements des accidents et des divers crimes.

Sur les mêmes numéros du standard de la sureté de wilaya, les services de police ont reçu 313 appels des citoyens, réclamant l’intervention des forces de police. Par ailleurs, les forces de polices de la sureté de la wilaya de Khenchela ont mené plusieurs opérations relatives à la sécurité publique, police générale et la règlementation. Les policiers du service de l’urbanisme ont effectués 118 opérations et 15 visites sur le terrain en compagnie des services techniques. Dans ce même cadre, les policiers ont effectué 190 patrouilles à pieds ce qui a permis à mettre la main sur 41 constructions sans autorisations dont un kiosque.
Dans le cadre de la police générale et la réglementation, les forces de police ont mené 158 opérations de contrôles de professions règlementées, 190 patrouilles à pieds et 22 sorties en compagnie des services de la santé publique. Durant ces opérations, les services de police ont constaté plusieurs infractions dont 48 fuites d’eau et 69 cas de commerces illicites sur les trottoirs. En somme, les services de police de la wilaya de khenchela font appel au sens civique de la population pour signaler les contrevenants aux lois de la République, soit en se présentant aux services de police ou à travers la ligne téléphonique de secours (17), le numéro vert (1548) où les lignes groupés du standard.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 03:34
François Hollande : La guerre contre le terrorisme sera longue

Lire l'article en PDF sur le journal "La Nouvelle République" du 19 Juin 2016 :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2016-06-19/lnr.pdf

Dans une allocution donnée lors de la cérémonie organisée en hommage aux deux policiers assassinés par un criminel islamiste à Magnanville (Yvelines), le président de la République, François Hollande, a déclaré que «la guerre contre le terrorisme sera longue».

Photo : Le Président Français M. François Hollande lors de la cérémonie en hommage aux deux policiers assassinés par des criminels islamistes.

La menace terroriste est toujours là que ce soit à l'extérieur ou à l'intérieur où il se trouve qu'il y a aussi des barbares qui commettent des horreurs, au nom d'une religion qu'ils ont défigurée. Continuant son allocution, M. François Hollande appelé à «être forts, ne rien céder, tenir bon et de se défendre». Toujours et à propos du terrorisme, le président français a indiqué que le fanatisme et la haine n'ont pas leur place en France. Evoquant le lâche assassinat des deux fonctionnaires de police.
M. François Hollande a indiqué qu'il s'agit d'une agression contre la République et contre ceux et celles qui ont pour devoir de la défendre c'est donc une nouvelle attaque contre la France. «Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing sont morts pour la France», a fait savoir le président français. A traves les hommages rendus aux fonctionnaires de police morts dans l’exercice de leurs fonctions, le Président a indiqué que l’Etat n’accepterait plus à ce que les policiers soient pris à partie ou insultés.

«Ceux qui le feront rendront de leurs actes devant la justice», a-t-il souligné. Il est évident que la guerre contre le terrorisme sera longue dans le cas où la lutte contre ce fléau ne se fera pas à partir de ses origines. Comme nous l’avons indiqué dans nos précédentes éditions, le tout sécuritaire n’est pas uniquement la solution de la lutte antiterroriste. Ce n’est pas en mettant hors d’état de nuire tel ou tel émir ou chef de ces mouvements armés que le terrorisme sera vaincu. Il ne pourrait pas l’être même si le dernier des terroristes sera abattu sur le terrain par les forces de sécurité.
Du moment que les origines de ce terrorisme barbare n’ont pas été éliminées, il y aurait toujours des terroristes dans le monde. Nous l’avons dit lors de la mort d’Oussama Ben Laden que l’émir d’Al-Qaïda n’est plus, ce n’est pas le cas pour le terrorisme. Il y aurait d’autres intégristes prêts à n’importe moment à remplacer Ben Laden ou n’importe quel autre chef terroriste éliminé. C’est le même cas pour lesdits terroristes qui ne «finiront» jamais, tant que les portes des «écoles» de ce fléau sont grandes ouvertes.

C’est le même cas pour les partis et mouvements qui instrumentalisent l’islam dans le but d’assurer la couverture politique aux groupes armés terroristes. En plus de la logistique, ces mouvements et partis dirigés par des intégristes s’occupent surtout de l’endoctrinement, le recrutement, l’information et le renseignement.
Enfin, nous n’apprenons rien à personne que ce terrorisme aveugle qui continue d’endeuiller des milliers de familles dans le monde est financé par des Etats bien connus. Le comble et que les dirigeants de ces pays dénoncent le terrorisme et participent aux réunions internationales organisées pour lutter contre ce fléau. Comme le dit, un certain proverbe proche de chez nous, «Yoktlou ou Yemchi fi jeneztou». Traduction : Il le tue et participe à ses funérailles.
Toujours et au sujet des Etats qui financent les groupes armés, il est bon à signaler que l’ensemble des pays savent très bien cet état de fait. Plus grave encore, ces pays reçoivent également des aides financières et acceptent que des entreprises de ces Etats qui financent le terrorisme investissent chez eux. Pour justifier ces deux poids, deux mesures, ils n’ont pas autre chose à dire ce qui suit : l’argent n’a pas d’odeur.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 02:23
Resources en eau (ADE) : Démission énigmatique du directeur général

Lire l'article en PDF sur le journal "La Nouvelle République" du 19 Juin 2016 :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2016-06-19/lnr.pdf

Onze mois seulement après sa nomination à la tête de la direction générale de l’Algérienne des eaux (ADE), Merah Zidane serait partant, ont indiqué des sources généralement bien informées. L’information première qui a circulé en fin de semaine a indiqué que le premier responsable de cette entreprise à l’échelle nationale aurait déposé sa démission pour des raisons inconnues.

Nous n’apprenons rien à personne que les démissions des responsables se comptent sur les bouts du doigt en Algérie. Que s’est-il passé pour que le directeur général de l’ADE le fait alors, lui qui connait le secteur par cœur et a été précédemment secrétaire général du ministère des Ressources en eau ? Le départ précipité du directeur général de l’ADE coïncide également avec la nomination d’un nouveau ministre.
Est-ce une simple coïncidence ou la venue d’Abdelkader Ouali est pour quelque chose ? Aucune information n’a filtré pour l’instant sur les raisons exactes du départ de Merah Zidane. Afin d’en savoir plus à ce sujet, nous avons pris attache avec la direction de l’Algérienne des eaux à Alger, en vain. Comme toujours, aucun cadre n’est en mesure de répondre à nos questions à ce sujet. «Nous avons entendu cette information mais nous ne pouvons pas confirmer pour l’instant», nous a indiqué un agent de l’Algérienne des eaux, sous couvert de l’anonymat. Il est de même pour les services du ministère des Ressources en eau, notamment le département de la communication.

Toutefois, l’éventuel départ énigmatique de Merah Zidane a donné lieu à plusieurs spéculations au sujet de son «divorce» avec l’ADE et onze mois seulement après son installation à la tête de cette entreprise. Cependant, l’absence des motifs officiels relatifs au départ du directeur général de l’Algérienne des eaux a profité à certains milieux de commenter à leur façon cet événement.
Des pressions émanent de personnalités extérieures au secteur de l’eau seraient à l’origine de la démission de patron de l’ADE, ont-ils fait savoir. Ces derniers ont ajouté que le directeur général de l’Algérienne des eaux qui s’apprêtait à mettre de l’ordre dans son secteur en procédant à un changement à la tête de certaines entreprises de gestion des eaux des wilayas aurait été «empêché» de le faire. Les mêmes sources indiquent que plusieurs directeurs n’ayant aucune vocation dans la gestion de l’eau se trouvent depuis plusieurs années à la tête des ADE des zones et des unités des wilayas.

On ajoute que malgré la situation désastreuse qui prévaut au niveau des établissements qu’ils dirigent, il est impossible de «toucher» aux directeurs en question. Nos interlocuteurs nous ont fait rappeler la fameuse annulation du projet de la réforme initiée par leministère relatif à l’Algérienne des eaux en 2014.
Ce projet a été retiré quelques jours seulement de son application en raison d’une histoire de nominations abusives de certains directeurs à la tête des zones des ADE. Toujours et selon les déclarations de certains cadres des ressources en eau, le remaniement qui devrait être opéré à la tête des entreprises de gestion d’eau a été également retiré.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 19:47
Risque d’attentats imminents dans plusieurs pays

Lire l'article en PDF sur le journal "La nouvelle république" du 18 Juin 2016

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2016-06-18/lnr.pdf

A en croire certaines informations transmises aux services de sécurité belge et français, des risques d’attentats seraient imminent notamment en Belgique et en France. Ce n’est pas uniquement en Europe où le risque d’attentat est probable, plusieurs autres pays pourraient également être concernés par cette menace.

Les mêmes sources indiquent que des informations faisaient état de la présence de «djihadistes» en Europe dans le but de commettre des attentats terroristes. Toujours et selon les informations transmises aux services de sécurité de la Belgique, des terroristes islamistes liés à l’Etat islamique (EI) auraient quitté la Syrie au début du mois pour rejoindre l’Europe, via la Turquie et la Grèce.
Les «djihadistes» auraient été envoyés par leurs chefs criminels dans le but de commettre des attentats en Belgique et en France, selon des sources proches des services de sécurité belges. A ce titre, le centre de crise belge, qui a également fait état de cette alerte, ne prévoit pas pour le moment de relever le niveau d'alerte en Belgique à son stade le plus élevé.

La presse belge a également rapporté les informations et le message d'alerte transmis à la police de leur pays, indiquant que les «combattants auraient quitté la Syrie il y a environ une semaine et demie afin de rejoindre l'Europe via la Turquie et la Grèce, en bateau, sans passeport», sans préciser la date exacte de leur éventuel départ. «Ces individus se sépareraient en deux groupes, l'un pour la Belgique, l'autre pour la France, afin d'aller commettre des attentats par groupe de deux», ajoute le message, selon lequel «ils seraient déjà en possession de l'armement nécessaire et leur action serait imminente».
Ces informations sont à prendre, bien entendu, avec beaucoup de prudence, rien de concret n’indique que les dits djihadistes se sont dirigés vers l’Europe. En ce mois de Ramadhan, une période choisie par les extrémistes islamistes pour commettre leur sale méfait, la menace d’attentat ne vient pas uniquement de ce groupe venant de la Syrie ou d’ailleurs. Les intégristes islamistes sont nombreux, ils se trouvent dans les quatre coins du monde et pourraient frapper n’importe où et à n’importe quel moment. Cet état de fait n’est pas une raison pour paniquer, bien au contraire, il faudrait redoubler de vigilance et être prêt à faire face aux forces du mal.

L’expérience a prouvé que les fanatiques islamistes choisissent leurs cibles. Par lâcheté, ils s’attaquent surtout aux faibles, reculent devant les puissants et ne frappent que par astuce, exploitant la baise de garde et les évènements particuliers. Il est donc conseillé aux services de sécurité surtout ceux du renseignement de redoubler de vigilance pour annihiler toute tentative émanant de ces extrémistes.
Les citoyens devraient également s’impliquer dans cette guerre contre le terrorisme en signalant tout objet ou individu suspect aux forces de sécurité

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 01:05
Assassinat de deux policiers à Paris :  Un acte criminel à caractère exclusivement propagandiste

Lire l'article en PDF sur le journal "La nouvelle République" du 16 juin 2016 :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2016-06-16/lnr.pdf

Les français se sont réveillés hier sous le choc après le double assassinat commis contre un officier de police et de sa campagne à Magnanville, dans les Yvelines (Paris). En assassinant, le policier et sa campagne, le criminel voulait certainement faire un coup de «Pub» à l’organisation terroriste qui s’est autoproclamée « Etat-Islamique», plus connue de Daech.

L’auteur de ce crime, un jeune à peine âgé de 25 ans qui vivait en France à Nantes la Jolie (Banlieue Parisienne), ses parents retraités étaient au Maroc. Il était connu des services de police et avait déjà condamné dans le passé dans plusieurs affaires de droit commun. Après les affaires de petites délinquances, le meurtrier s’est radicalisé et avait condamné à 3 ans de prison dont 6 mois avec sursis et une mise en épreuve de deux ans à la suite de sa participation à un projet terroriste. Il avait été jugé, avec sept autres prévenus, pour sa participation à un réseau d'acheminement de djihadistes vers les zones tribales situées entre l'Afghanistan et le Pakistan en 2011. Avant de commettre son sale méfait, le tueur s’est bien préparé allant jusqu’à posté des séquences de son crime, utilisant sa page Facebook live, qui a été aussitôt fermé par les services de sécurité. Dans son enregistrement, le meurtrier des deux policiers avait au meurtre contre les éléments des forces de sécurité, les journalistes et les rappeurs. Il a également indiqué qu’il avait agi aux ordres de ses chefs qui ont demandé aux islamistes armés, notamment ceux qui ont fait allégeances à l’organisation de Daech à tuer les mécréants avec n’importe quelle arme en leur possession. Après ce double assassinat, la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête sur le décès du policier et sa compagne, retrouvée morte à son domicile après l'assaut du Raid. L'enquête est confiée à la sous-division antiterroriste de la police judiciaire, à la PJ de Versailles et à la direction générale de la sécurité intérieure, a annoncé le parquet de Paris. Selon une source policière, l'homme se serait revendiqué du groupe djihadiste Etat islamique durant les négociations avec les policiers du Raid, avant d'être abattu. Des témoins ont rapporté aux enquêteurs qu'il aurait crié "Allah Akbar" en attaquant les policiers, pour mourir en martyr afin qu’il soit récompensé par «Allah», selon les fourberies de ceux qui l’avaient endoctriné. «Les mécréants que vous avez tuez seront immédiatement jetés en enfer. Ce n’est pas le cas pour les martyrs qui seront reçus là-haut pour vivre éternellement au paradis avec les belles femmes vierges «Hor El Aïn», que personne n’avaient touché, même pas les Djinns». Nous avons donné ici, les termes et les propos des émirs et responsables des organisations terroristes lors de l’endoctrinement de leurs éléments. Comme nous l’avons expliqué dans nos précédentes éditions, les islamistes-endoctrinés sont même capable de tuer leurs propres parents, dans le cas où des ordres leurs soient donnés par leurs «Maitres». Prenant hier la parole, le procureur de la république a tenu une conférence de presse, confirmant que le tueur a déclaré que lors des négociations avait indiqué qu’il a fait allégeance au chef de l’Etat islamique «Daech» Abou Bakr Al Baghdadi, il y’ trois semaines. Il a ajouté également selon le procureur qu’il est musulman, qu’il fait ramadan et qu’il a répondu aux ordres de ces chefs pour tuer les mécréants chez eux. Le procureur a également indiqué que le tueur a menacé de faire tout sauter dans le cas où les policiers donneraient l’assaut. Lors de la perquisition de son domicile, il a été retrouvé un Coran, une Djellaba, des documents et une liste nominative de personnalité à assassiner, a indiqué le procureur. Hier trois individus liés au tueur, âgés de 27, 29 et 44 ans ont été interpellés et ont été placés en garde à vue dans cette affaire.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 19:11
En solidarité avec les familles et les collègues des deux policiers lâchement assassinés à Paris  : Nous sommes tous des policiers

En solidarité avec les familles et les collègues des deux policiers lâchement assassinés à Paris : Nous sommes tous des policiers

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 22:04
Algérie : Quand les «Salafistes» dictent leur loi

Exerçant dans la l’illégalité, les militants du courant salafiste profitent du mois du ramadhan pour violer les lois de la République, imposant leur idéologie et leur dictat à tout le monde. Ne disposant d’aucune autorisation pour le faire, les membres de cette organisation clandestine dirigent des prières de «Tarawihs» et procèdent à la distribution des produits alimentaires dans la rue.

En effet, le ramadhan est redevenue en quelque sorte la période ou selon certains énergumènes la période où tout est permis. Ce qui est encore très grave est que cette catégorie de personnes ne recule devant rien, allant jusqu’à bafouer des lois de la République. Pour justifier cet état de fait, on vous explique que c’est le ramadan, qu’ils font le jeûne et veulent gagner selon eux les «Hassanates», c’est-à-dire les bonnes actions. Si tels est le cas, cet état de fait pourrait se faire sans que se permettre de bafouer les lois de la République. Quel est alors le véritable objectif recherché lorsque la prière des «Tarawihs» est organisée dans la rue ? Il est de même pour la distribution des produits alimentaires sans aucune autorisation. Certains organisent la rupture du jeûne dans la rue et proposent des « Ftours» aux usagers de la route. Nous avons posé la question aux organisateurs à l’origine de ces initiatives, écoutons leurs réponses : « En ce qui concerne les prières des soirées (Tarawihs), premièrement, il fait chaud à l’intérieur des mosquées alors que dehors, les fidèles pourraient accomplir la prière à l’aise». Quant à la distribution de la nourriture pendant la rupture du jeûne, ce ne sont uniquement que des actions de bienfaisances ». Les arguments avancés par nos interlocuteurs pourraient être valable et pris en considération si toutefois ces actions ont été organisées par des associations et organisations homologuées et ayant des statuts délivrés par les autorités compétentes. Comme l’ensemble des pays, l’Algérie est gérée par des institutions et disposent des lois de la république qu’il faut respecter. Dans le cas contraire, ce sera la «jungle» et n’importe qui fait tout ce qui lui semble bon et ce même si cet état de fait pourrait nuire à la sérénité et la sécurité des biens des citoyens et de l’état. Au sujet des «Tarawihs» et de la chaleur dans les mosquées que nos interlocuteurs voulaient justifier pourraient être valable si toutefois nous sommes dans les époques antérieures aux années 1980. Fort-heureusement, ce n’est pas le cas, la technologie a avancé ce qui a permis à l’utilisation des climatiseurs non seulement dans les appartements, les chambres d’hôtels, cafés restaurants, les grandes surfaces. En Algérie, la majorité des mosquées est équipée de ces appareils, installés spécialement pour faire à la chaleur en été ou au froid en hiver. En second lieu, les prières des « Tarawihs» sont organisées durant la nuit et non pas à midi ce qui explique que la température tombe et n’est pas la même que celle de la journée. Donc, la thèse évoquée par les organisateurs d’accomplir la prière des «Tarawihs» dans la rue n’est pas valable. Imaginons que certaines mosquées ne sont pas dotées de climatiseurs, il n’existe aucune loi qui autorise l’accomplir des prières des « Tarawihs» dans la rue pour échapper au froid, la chaleur ou même si la ville en question ne dispose pas de lieu de culte. Néanmoins, pour d’autres considérations, les autorités locales pourraient délivrer des dérogations lorsqu’ils estiment que l’évènement en question ne présente pas de risque. Sachant que les autorités locales du pays ne délivrent pas de telles autorisations, les hors la loi exploitent le mois de jeûne pour tenter de franchir ce qui est interdit par les lois de la république. C’est le cas de ce qui se passe ces dernières soirées dans la cité Lescure dans la ville d’Oran où les prières des «Tarawihs» sont organisées dans une place publique au milieu des grands immeubles. Ceci dit que les individus à l’origine de cet attroupement sans autorisation ont commis une infraction à la loi sans pour autant craindre les sanctions qui pourraient intervenir. Selon des sources autorisées, c’est un chef islamiste responsable dans le courant Salafiste qui a osé défier les autorités locales de la wilaya d’Oran. Ce dernier qui selon nos interlocuteurs a été averti à plusieurs reprises continuent de faire la sourde oreille, défiant les autorités locales. « Nous avons signalés cet énergumène à qui de droit mais l’individu en question trouve que personne ne peut l’empêcher de faire ce qu’il veut. A chaque fois, il fait venir des militants de ce courant et organisent des prières dans une petite salle de prière «Mossala», a-t-il fait savoir. Ce n’est pas la première fois que ce chef salafiste prend en otage toute la cite Lescure Lors de la fête des sacrifices de l’année écoulée, le même individu a organisé la prière de l’Aïd dans cette même place. Après la prière, les centaines des militants de ce courant ont scandé des slogans politiques avant que certains n’escaladent sur les terrasses des bâtiments sous les cris d’’Allah Ou Akbar, Dieu est grand. C’est le même cas dans la vielle ville d’Ali Mendjelli (Constantine) , ou les prières de la soirée El Ichaa et Tarawihs se déroulent depuis le début du Ramadan dans la rue. En lieu et place de la mosquée fermée pour des travaux de réfection, les prières sont organisées dans la place si El Haoues. Même si les organisateurs ont demandés et obtenus l’autorisation, cela ne pourrait pas justifier de faire la prière dans la rue, qui est une infraction aux lois de la République. Chaque soirée, des tapis sont posée à terre et des deux haut-parleurs ont été installés à l’extérieur de chaque côté de la place. De telles scènes nous fait rappeler les années de la décennie noire et que l’Algérie paie encore les conséquences de cette tragédie. Toujours et dans ce mois de Ramadhan, il a été constaté la distribution de nourritures surtout pendant la rupture du jeûne par des inconnus dans plusieurs villes d’Algérie. Cet état de fait pourrait être un «Non évènement» dans la mesure où les auteurs de ces actions activent dans un cadre règlementaire. Nul ne peur crier au scandale dans le cas où des membres d’une association caritative décident de distribuer des repas pendant la rupture du jeûne aux personnes, familles nécessiteuses ou à des usagers de la route. Même si un groupe de citoyen décide de faire ce genre d’acte de bienfaisance pourrait le faire mais il faudrait demander et obtenir une autorisation des autorités compétentes. Malheureusement, ce n’est pas le cas, plusieurs associations non agrémenté où leur dossier rejeté par l’administration défie les autorités du pays et exercent dans l’illégalité Plus grave encore, certains chefs autoproclamés de ces mouvements activent dans les réseaux sociaux et lancent des incitations à la rébellion et à la violence. A travers sa page Facebook, l’émir de ce mouvement a récemment versé son venin contre une catégorie d’Algériens, critiquant leur façon de vivre. A travers une vidéo posté sur sa page en compagnie de deux barbus, cet énergumène s’est adréssé aux jeunes Algériens leur reprochant d’avoir mis des boucles d’oreilles et de se coiffer comme des femmes, selon lui. Si cette état de fait n’est pas une incitation à la violence, c’est quoi alors ? Dans un autre pays, les genres de cet individu qui sont nuisibles et qui représentent un danger pour la société seront immédiatement interpellés pour s’expliquer devant la justice.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article