Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 20:13
Tunisie : Les forces de sécurité payent «cash» leur inexpérience dans la lutte antiterroriste

Les terroristes ont encore frappé en Tunisie et continueront à le faire, profitant ainsi premièrement de l’inexpérience des forces de sécurité et en second lieu du «laxisme» pour ne pas dire la complicité des islamistes au pouvoir.

Bien entraînés et bénéficiant de l’aide et de l’assistance de leurs acolytes activant dans les rangs d’Aqmi ex-GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat), les islamistes armés tunisiens continuent à faire des victimes parmi les forces de sécurité. Cette fois-ci, les criminels islamistes ont profité de l’inexpérience des éléments des forces de l’ordre les entraînant dans un guet-apens avant d’assassiner deux d’entre eux. Dans la même opération, les mêmes criminels ont également tué deux autres citoyens et blessé plusieurs autres. Imitant les actions terroristes des groupes armés algériens issus du GIA, AIS et du GSPC, les criminels islamistes tunisiens ont dressé un faux barrage par lequel ils arrêtaient des véhicules des usagers de la route et procédaient aux vérifications des papiers des citoyens. Cet état de fait leur permettrait de découvrir les éléments des forces de sécurité, des journalistes ou des hommes politiques parmi les passagers des véhicules. L’une des victimes ayant vu le groupe armé habillé en treillis militaire a cru qu’il s’agissait de militaires est tombé dans le piège en déclinant son identité. Selon un blessé, le groupe armé a demandé à la victime de présenter ses papiers, il a répondu qu’il était leur collègue. « Ils lui ont demandé alors de descendre de la voiture avant qu’il ne soit criblé de balles», a ajouté le témoin. Comme ils le voulaient, les criminels savaient pertinemment que les citoyens laissés libres allaient alerter les forces de sécurité. C’est justement ce qui a été fait. Les gendarmes qui ont été alertés sur la présence d’individus armés sur la route se sont rendus sur les lieux pour vérifier. Les habits militaires portés par le groupe armé auraient même induit en erreur les vrais gendarmes qui furent lâchement assassinés. Comme à leur habitude, les sanguinaires auraient certainement égorgé les victimes avant de prendre la fuite, emportant avec eux les armes et les tenues des gendarmes. D’habitude, avant de partir les criminels prenaient soin de piéger les cadavres et de déposer des explosifs sur le chemin qu’ils ont emprunté pour faire d’une pierre plusieurs coups à savoir : faire encore des victimes, retarder l’avancée des forces de sécurité et protéger leur fuite. Dans un communiqué rendu public, le ministère de l’Intérieur a indiqué que l’opération terroriste s’est déroulée aux environs d’une heure du matin. Dans le même communiqué, le ministère a ajouté qu’à la suite des renseignements parvenus, faisant état de la présence d'un groupe de personnes bloquant la route et procédant à des braquages dans la localité d'Ouled Menaâ, une patrouille de la garde nationale a été dépêchée sur place. A l'arrivée de l'unité, quatre terroristes ont ouvert le feu sur les agents, ce qui a causé la mort des agents Abdelhamid Ghazouani et Fejri Bousaidi. L'attaque a fait deux blessés». Des renforts sécuritaires ont été envoyés et ont constaté que le même groupe terroriste avait précédemment arrêté une première voiture dans laquelle se trouvaientt un agent de la protection civile, un agent pénitentiaire et des citoyens. Ces derniers ont également été la cible du groupe armé. Les tirs ont ainsi causé la mort de l'agent Issam Mechergui et du citoyen Mohamed-Ali Kotti. Les autres passagers ont été blessés», lit-on également dans le communiqué du ministère. En somme, ce n’est pas parce que la nouvelle Constitution a été élaborée et que des élections allaient être organisées que les Tunisiens pourraient crier victoire. La Tunisie est loin de retrouver son calme et sa sérénité d’avant, surtout lorsqu’on sait que le courant islamiste fait main basse sur le pays et ce n’est pas l’opposition politique qui pourrait rétablir l’ordre et réinstaurer de nouveau l’Etat républicain

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires