Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 09:07
Madani Mazrag (Emir de l'AIS) : Le retour des égorgeurs, c'est pour bientôt

Dans une déclaration à une chaîne de télévision arabe, l’ex-«émir» de l’Armée islamique du salut (AIS) a indiqué qu’il a bel et bien rencontré la semaine dernière le chef du cabinet de la présidence de la République Ahmed Ouyahia.MadaniMezrag a ajouté qu’il est confiant du retour de son parti sur la scène politique à savoir l’ex-Front islamique du salut.

Dans un entretien à la chaîne de télévision El-Arabia, l’ex-émir de l’AIS a confirmé sa rencontre avec M.Ouyahia, la semaine passée et que selon lui, ils ont longuement discuté sur plusieurs sujets. Dans sa déclaration, Madani Mezrag a parfois fait l’éloge au chef du cabinet de la présidence de la République mais parfois sans manqué de le fustiger. «Certes, M. Ouyahia est un éradicateur mais pas un extrémiste. L’actuel chef du cabinet de la Présidence est une partie dans la crise algérienne mais possède un poids au niveau de l’Etat. Lors de notre rencontre, j’ai trouvé en lui ce que je n’ai pas trouvé chez certains qui n’arrêtent pas de chanter la «réconciliation». Poursuivant ses déclarations l’ex-émir de l’Armée islamique du salut (AIS) a apporté des critiques envers ses anciens supérieurs à savoir Abassi Madani et Ali Belhadj. Sur ce même sujet, Madani Mezrag a indiqué que les deux responsables du Front islamique du salut ont laissé plusieurs occasions de dialoguer avec le pouvoir pour trouver un consensus, chose qui aurait certainement permis au parti de revenir sur la scène politique et d’arriver à nos objectifs. Notre décision de dialoguer avec le pouvoir est souveraine et vous allez voir que le Front qui sera créé après la Constitution ne sera pas le FIS d’aujourd’hui, a-t-il ajouté. Cette déclaration n’est pas claire, MadaniMZzrag n’a pas donné de détail et a laissé planer le doute sur le Front islamique de demain. Le doute reste entier également au niveau du cabinet deM.Ouyahia en gardant lemutisme sur les déclarations de Madani Mezrag, Hachemi Sahnouni et Abdelkader Boukhamkham. Si ces derniers indiquent qu’ils ont été invités et avaient rencontrés le chef du cabinet, aucune information n’a confirmé ou démenti ces informations. Cet état de fait n’a pas laissé indifférents les représentants de la société civile etmême les citoyens qui s’interrogent sur ce renversement de situation. A ce sujet, M. Rabah une victime du terrorisme a indiqué, je cite :«Je ne comprends rien du tout. Nos dirigeants qui ont promis au peuple de ne jamais permettre le retour du pays aux années 1990, sont en train de dialoguer avec ceux qui sont à l’origine de la décennie noire».

Lire l'article depuis le journal : http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-06-08/l...

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires