Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 21:14
Algérie : L’incident survenu au tribunal de Khenchela continue de faire l’événement

Lire l'article en PDF sur le journal (Page 3) :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-08-20/l...

Non satisfait du verdict, le plaignant a poignardé son adversaire qui se trouvait à ses côtés à la barre. Cette affaire qui a déjà fait couler beaucoup d’encre continue de faire l’événement, à l’intérieur du pays et même à l’étranger.

Cet incident a complètement chamboulé l’affaire en question, car le premier plaignant s’est reconverti lui-même en accusé et vice-versa. Une troisième personne a été ajoutée à l’affaire, il s’agit du frère de l’agresseur. Ce dernier qui se trouvait dans la salle a franchi la barrière et s’est retrouvé devant la barre du prétoire au moment où son frère tenait toujours son couteau à la main. Du haut de la barre, la présidente s’est levée pour fuir tout en criant très fort «nahiwlou le mousse» (enlevez-lui le couteau), ont raconté des témoins. Ces derniers ont ajouté que le frère de l’agresseur aurait réussi à maîtriser la main de son frère avant qu’il ne soit désarmé par les éléments de la police et de la gendarmerie. Dans la foulée, ce dernier voyant son frère dans un état hystérique a laissé éclater sa colère et aurait lancé des injures à la juge, lui reprochant sa partialité. «Est-ce que, c’est ça la justice, Est-ce que ça, c’est de la justice ?» a crié à plusieurs reprises le frère de l’agresseur, selon les mêmes témoins, présents dans la salle. Cet incident s’est achevé par l’évacuation du blessé vers les urgences de l’hôpital 120-Lits de Khenchela alors que l’agresseur et son frère ont été arrêtés par les services de police. L’auteur de l’agression a été placé sous mandat de dépôt alors que son frère a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire. Une semaine après cet incident, cette affaire est toujours évoquée par les habitants du chef-lieu de wilaya et des communes de la région. Que ce soit dans la rue, salons de café, marchés, bains maures et dans d’autres lieux publics, on ne parle que de cette affaire. A chacun sa version, les citoyens donnent raison à une partie et incriminent l’autre, s’interrogeant sur la crédibilité et le rôle de la justice et sur le comportement des justiciables. «Il y a de quoi devenir fou, surtout lorsque nous constatons que nous sommes frustrés par ceux qui sont en principe chargés de nous rétablir dans nos droits», a indiqué Mme F. D. Cette dernière a ajouté que le citoyen à l’origine de l’agression a été contraint de se comporter de la pire des sortes lorsqu’il a constaté qu’il a été lésé dans ses droits. «Sinon comment expliquer que ce citoyen est allé demander justice au tribunal alors qu’il était en mesure de faire justice lui-même au début de l’affaire», a ajouté notre interlocutrice. Cette version est partagée par d’autres citoyens qui ont insisté également sur le caractère de la région de Khenchela à vocation tribale et conservatrice. Les histoires de femmes et les conflits fonciers sont à l’origine des 99% des disputes, batailles rangées qui éclatent entre tribus et qui se terminent toujours par en queue de poisson. C’est le cas de cette affaire qui a été traitée par le tribunal de Khenchela et qui aurait pu engendrer des conséquences très graves. Heureusement que dans cette affaire les deux parties sont issues d’une même tribu. Ce n’est pas le cas de quelques citoyens qui ont indiqué que l’agresseur est dans le tort, il ne devrait pas recourir à la violence du moment qu’il pourrait faire appel de la décision devant la cour d’Oum El-Bouaghi. Contrairement aux précédentes opinions, certains citoyens ont directement tirés à boulets rouge sur les magistrats les accusant de tous les noms. «Arrêtez de nous faire avaler n’importe quoi. Il faudrait "nettoyer" nos tribunaux et nos institutions de ceux qui ont rangé les lois de la République dans les "tiroirs" pour s’enrichir avec de l’argent sale», ont-ils indiqué. Cette affaire a dépassé les frontières algériennes, plusieurs internautes ont réagi à travers les réseaux sociaux par de nombreux commentaires. Si les uns ont déploré l’incident évoqué plus haut, certains se sont interrogés sur plusieurs sujets, à savoir «comment pouvoir instaurer une justice saine en Algérie» et «sur les méthodes et les mesures à entreprendre par le pouvoir afin d’habituer la société à plus de civisme et à rejeter le recours à la violence».

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires