Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 00:05
Algérie : Le divorce entre les Frères musulmans et le MSP est-il définitivement consommé ?

Lire l'article en PDF sur le journal. (Voir Page 2) http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-08-11/l...

La confrérie des Frères musulmans semble avoir décidé de lâcher définitivement la main des dirigeants du MSP. Le cautionnement dont a fait l’objet le Mouvement pour l’édification nationale (MEN) par l’international de la confrérie, le place comme le nouvel représentant des Frères musulmans en Algérie.

Photo : Abderrazak Mokri, Président de l’actuel HMS, ex-HAMAS Créé le 6 décembre 1990, l’actuel MSP ou HMS, ex-Hamas n’a pas satisfait l’Organisation internationale de la confrérie. Ce sont ces raisons qui auraient contraint les «Frères musulmans» de se séparer du parti créé par feu Mahfoud Nahnah. D’autres raisons pourraient être entre autres, l’échec subi par le MSP que ce soit sous le patronage de Bouguerra Soltani ou de l’actuel secrétaire général, Abderrazak Mokri. Selon des sources proches des dirigeants islamistes que ce soit au Caire ou Europe, la confrérie reproche aux dirigeants du MSP, leur incompétence de mener le mouvement à prendre le pouvoir en Algérie. Afin de corriger le tir et de donner du sang neuf aux islamistes proches de leur mouvement, la confrérie internationale vient de désigner Mustapha Belmahdi, comme guide «Morched» pour diriger les destinées du nouveau parti qui vient de recevoir son agrément. Il s’agit du Mouvement pour l’édification nationale (MEN). Le nouvel homme fort du MEN se félicitant de l’agrément obtenu auprès du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a promis de faire le maximum pour rassembler les islamistes autour de son mouvement. «C’est par un verset coranique (Sourate Koraich) que Belmahdi a commenté l’information faisant état de l’obtention de l’agrément, indiquant je cite : «Fel Yaaboudo Raba Hadh El Beyte, Eladhi Ataamahoum Men Joueê, Wa Amanahoum Min Khawf». Traduction : «Qu’ils adorent le Seigneur de cette maison qui les a nourris de la faim et sécurisés contre la peur». La décision du ministère de l’Intérieur portant agrément de ce mouvement a surpris les observateurs du milieu politique en Algérie. Nos interlocuteurs s’interrogent surtout sur le moment et encore sur les critères qui ont permis à l’agrément de ce mouvement. A en croire les déclarations de certains spécialistes politiques, des pressions auraient été exercées sur le Premier ministre à Washington et qui aurait appelé son ministre de l’Intérieur, lui demandant à signer illico-presto l’agrément de ce parti proche de la confrérie. Ce n’est pas le cas pour d’autres observateurs politiques qui parlent d’une décision personnelle émanent de M. Belaïz, donné déjà partant dans le futur gouvernement qui sera annoncé durant la rentrée sociale. Plusieurs noms de personnalités islamistes algériennes ont convoité la «tête» du MEN. C’est finalement, l’international des Frères musulmans qui aurait tranché en cautionnant Belmehdi Mustapha en qualité de «Morched» en Algérie. Dans un passé encore récent, le bureau d’orientation de la confrérie dont le siège se trouve à Londres (Grande-Bretagne) a indiqué dans une dépêche que Mustapha Belmehdi est le seul représentant de la confrérie en Algérie. Plusieurs sources ont également rapporté que le nouveau président a été nommé il y a quelques mois en qualité de superviseur général des Frères musulmans en Algérie. Toujours et selon des sources proches de la confrérie internationale, des dirigeants islamistes algériens auraient été approchés à plusieurs reprises. Il leur a été demandé de procéder à la dissolution de leurs mouvements et de rejoindre le nouveau parti dans le but d’unifier les rangs des «Frères». L’international de la confrérie aurait même envoyé des «blâmes» aux dirigeants islamistes leur reprochant de n’avoir pas profité pour prendre le pouvoir en Algérie, comme ce fut le cas en Tunisie, au Maroc et en Egypte. Les Frères musulmans dans le monde n’arrivent pas à comprendre pourquoi partout dans les autres pays arabes, les mouvements islamistes réussissent à «renverser la table» et ce, en obtenant des résultats probants, à savoir, pris le pouvoir ou sont devenus des partenaires aux régimes en place à la faveur du «printemps arabe», à l’exception de l’Algérie. En somme, que ce soit le MSP, MEN ou autres mouvements qui représentent la confrérie, cela ne pourrait rien changer, si les dénominations ou les têtes de responsables changent. L’objectif et l’idéologie sont les mêmes.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires