Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 17:20
Algérie (Batna) : Deux octogénaires jetés à la rue

Lire l'article en PDF sur le journal la Nouvelle République du 03 Février 20166

La situation dans laquelle se trouvent deux octogénaires, dont une femme non-voyante, a fait le buzz dans les réseaux sociaux cette semaine. En pleine période hivernale, les deux vieillards «habitent la rue» après avoir été expulsés de leur logement.

Interrogés par les citoyens, les deux personnes ont indiqué qu’elles avaient été expulsées par la force de de leur logement jetées à la rue. Répondant aux questions d’un «facebooker» Ami Al Wafi a indiqué que son épouse est aveugle et que lui-même est infirme. «Personne n’est venu à notre secours, excepté le maire de la ville qui nous a rendu visites, a-t-il ajouté. Sans logement, le couple n’a pas trouvé autre que de se réfugier dans une bâtisse abandonnée et menaçant ruine située à la citée Ezmela. « Nous dormons sur des cartons et nous partageons ces lieux avec les serpents et les chats», a fait savoir la vieille dame qui n’a pas pu retenir ses larmes. Cette dernière a ajouté : « Ils m’ont expulsée de ma maison par la force et m’ont jetée dehors. Est-ce que cela est une houkouma ?» La mise en ligne de la vidéo de ce couple sur les réseaux sociaux n’a pas laissé indifférents les internautes. Ces derniers se sont interrogés sur l’expulsion de ce couple sans que les auteurs de cette décision prennent en considération les conditions difficiles de ces malheureux. Plusieurs questions méritent d’être posées à ce sujet. Pour qui l’Etat construit des logements sociaux si ce couple ne peut pas en bénéficier ? Quel rôle pour les services de la Direction de l’action sociale si un tel cas n’est pas pris en charge par cette institution ? L’histoire de ces octogénaires n’est pas unique, des dizaines de familles avec enfants, hommes et femmes sont dans la rue. Pourtant dans la Constitution du pays, le droit de logement est consacré pour chaque citoyen. Malheureusement, cette loi n’est pas appliquée. Dans l’attente qu’un logement social leur soit attribué, les sans domiciles fixes (SDF) devraient normalement bénéficier d’un hébergement d’urgence et pris en charge dans des chambres d’hôtel. Ce n’est pas encore le cas chez nous, les nécessiteux sont abandonnés à leur sort alors que l’Etat consacre chaque année plusieurs millions de dinars pour cette catégorie de la population. Nous avons souhaités connaître l’avis du directeur de l’action sociale et du chef de daïra de Batna, mais en vain. Si les moyens de communication du premier sont coupés, le deuxième est en mission, a-t-on appris auprès de son secrétariat.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires