Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 22:47
Corruption : La DGSN à pied d'oeuvre

Cliquez pour lire l'article en PDF sur le journal, la 'Nouvelle République" Page 1 et 03 :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2016-02-09/lnr.pdf

Dans le cadre de la lutte contre la corruption et les détournements des deniers publics, les services de police ont mené plusieurs opérations à travers le territoire national. De nombreux fonctionnaires et des hauts cadres de l’administration ont été appréhendés la «Main dans le sac» et furent traduits par devant les tribunaux territorialement compétents. Ces actions ont trouvé un écho favorable au sein de la population, appelant à poursuivre la lutte contre ces fléaux qui ont porté atteinte à l’économie nationale.

La corruption, le blanchiment d’argent et le détournement des deniers publics qui sévissent dans le pays est un secret de polichinelle. Ces fléaux touchent pratiquement l’ensemble des secteurs ou même pour retirer un acte de naissance, il faudrait mettre «La main dans la poche». Ces derniers jours les forces de police ont retroussé les manches, déclarant la guerre à la corruption qui gangrène la société, dans l’attente de faire de même pour l’autre fléau à savoir : Le blanchiment d’argent. Au cours de cette semaine, c’est un directeur de l’exécutif qui a «Mordu à l’hameçon» à savoir, le premier responsable de la «Caisse de l’état» au niveau de la wilaya de Skikda. Ce dernier a été appréhendé par les éléments de la police judiciaire au moment où il a entamé une opération de perversion, dépassant le 1Milliard et demie de centimes, contre le règlement de la situation fiscale d’un entrepreneur. Selon des informations qui restent à confirmer, les éléments de la brigade économique de la wilaya d’Annaba auraient découvert un détournement de plus de 16 Milliards de centimes au niveau de la municipalité d’Annaba. De leurs côtés, les éléments de la sureté de la wilaya de Biskra ont appréhendé un huissier de justice « La main dans le sac», recevant d’un agriculteur la somme de 5 millions de centimes, contre l’octroi d’un document administratif relatif à un conflit sur un acte de propriété. Les policiers en tenue civile ont appréhendé l’huissier de justice en flagrant délit en possession de la somme, qui servira comme pièce à conviction, lors de la présentation du mis en cause devant le tribunal. Dans la wilaya de Blida, plus exactement à Ouled Yaiche, les éléments de la brigade de recherche et d’investigation ont procédé à l’arrestation d’un fonctionnaire de la Daïra à l’origine de la falsification de 700 reçus de 6000D.A, relatif aux timbres des passeports biométriques. A la suite d’une perquisition au domicile du mis en cause, les policiers auraient découvert également 30 passeports biométriques non délivrés et 40 autres documents de voyage détruits. Dans la wilaya de Tissemsilt, c’est le directeur de l’office public de gestion de l’immobilier (OPGI) qui a été arrêté par les éléments de la police judiciaire. Le responsable en question a été appréhendé en flagrant délit dans une affaire de corruption d’une somme de 1 million de dinars contre l’octroi d’un projet à un entrepreneur. Selon des sources dignes de foi, plusieurs autres affaires liées à des affaires de corruptions n’ont pas encore été entamées pour des raisons mystérieuses. Cet état de fait a contraint plusieurs plaignants à saisir les plus hautes instances du pays, notamment le Ministre de la justice. Lors de la visite de M. Tayeb Louh à Khenchela de nombreux citoyens ont tenté d’exposer leurs cas mais en vain. C’est le cas de cette famille qui attend depuis plus de 3 ans, l’ouverture d’une enquête sur une affaire de corruption, faux et usage de faux et de destruction de biens d’autrui. Nos interlocuteurs ont exhibés des documents dont une fiche de propriété (Cadastre) indiquant qu’ils sont falsifiés et impliquant des fonctionnaires dans une affaire de démolition d’un logement situé en plein centre-ville. «Nous n’arrivons pas à comprendre pourquoi, les services compétents ne veulent toujours pas ouvrir une enquête à ce sujet» ont-ils lancés. Un autre sexagénaire résidant dans la commune de N’sigha a indiqué qu’il a été victime d’une injustice. «Ils m’ont marginalisé (Hagrouni), j’ai passé 8 mois de prison pour rien» a éclaté en sanglot M. Djoghlal. Ce dernier interpelle le Ministre de la justice pour l’envoie d’une commission d’enquête. En somme, en plus de la lutte contre la corruption et les détournements des deniers publics, les services de sécurité attendent le «Feu vert» de la justice, leur permettant d’ouvrir des dossiers épineux qui ont porté atteinte à l’économie nationale. Il s’agit du blanchiment d’argent au et au su de tous, par des individus qui ont construit des «Châteaux» et des investissements colossaux dans le pays. N’importe quel citoyen que vous interrogez sait que les propriétaires de ces «Richesses» n’ont jamais bossé, ne sont pas des héritiers et n’ont pas gagné un sou au «Loto». D’où viennent ces «Milliards» alors ? Nos interlocuteurs ont conclu qu’il s’agit uniquement de l’argent sale et qu’il est temps pour les services compétents se saisissent de ces dossiers.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires