Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 01:26
Affaires des "Pots de vin" et effondrement d'un château d'eau  Où en sont les enquêtes ?

Cliquez sur le lien pour lire l'article en PDF sur le journal "La nouvelle République 04 :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2016-03-28/lnr.pdf

Des enquêtes ouvertes à plusieurs niveaux au sujet d’un scandale relaté par la presse espagnole concernant un éventuel pot-de-vin impliquant des cadres de l’Algérienne des eaux.

Il est de même pour l’effondrement d’un château d’eau, 24 mois seulement après sa mise en service. Si plusieurs enquêtes ont été ouvertes que ce soit par la tutelle ou par plusieurs autres secteurs, aucune suite n’a été filtrée pour l’instant sur et ou se si situent sur le niveau des résultats ?
En effet, une sale affaire de pot-de-vin a été relatée par la presse espagnole, impliquant selon eux des cadres de l’Algérienne des eaux. A l’époque, nous avons appris que le ministère des Ressources en eau a ouvert une enquête à ce sujet. Même les services du Premier ministre et sur instruction de Abdelmalek Sellal auraient également ouvert une enquête à ce sujet.

Pour rappel, un montant estimé à 2,5 millions d’euros aurait été versé aux comptes de certaines familles des cadres de l’ADE impliqués dans cette scabreuse affaire selon la presse espagnole. (Voir notre édition n° 5418 du 13 décembre 2015). Ces pots-de-vin auraient été versés pour l’obtention de contrats publics par des sociétés espagnoles en Afrique et en Amérique latine. Citant l’Algérienne des Eaux, la presse espagnole a indiqué que c’est par l’intermédiaire d’un certain Cristobal Tomé, présent en Algérie, qui aurait indiqué avoir versé de l’argent aux membres de la famille des responsables de l’Algérienne des eaux pour obtenir un contrat de construction et de montage d’une canalisation dans le cadre du projet de station de dessalement d’eau de mer dans la wilaya de Tlemcen.

L’autre affaire qui reste en suspens concerne l’effondrement d’un château d’eau situé dans la ville de Khenchela. Les vagues d’eau et de coulée de boue qui ont traversé la ville de khenchela ont provoqué un embouteillage monstre dans les rues et les quartiers du chef-lieu de wilaya. Un mur de l’enceinte de la wilaya n’a pas résisté à la force des eaux et s’est écroulé. Plusieurs habitations, garages et lieux de commerce, édifices publiques dont la Banque nationale d’Algérie et la direction des forêts ont été inondés.
Cet ouvrage qui s’est écroulé 24 mois seulement après sa mise en service a provoqué la colère des autorités de la wilaya, les élus et les représentants de la société civile. Le premier chef de l’exécutif qui s’est rendu à l’époque immédiatement sur les lieux a promis que tout sera fait pour mettre la lumière sur ce désastre afin de déterminer les responsabilités de chacun sur cette affaire. 48 heures seulement après cette catastrophe, une commission d’enquête a été dépêchée par le ministère des Ressources en eau à Khenchela.

Les services de sécurité de la wilaya ont à leur tour ouvert une enquête à ce sujet. Depuis, rien n’a filtré, ni sur les résultats des enquêtes du scandale des pots-de-vin ni sur l’effondrement du château d’eau. Pour en savoir plus à ce sujet, nous avons jugé utile de nous rapprocher du ministère des Ressources en eau. «Envoyez-nous un courrier et nous répondrons à vos questions», nous a-t-on répondu.
Malheureusement, nos écrits et nos différents rappels sont restés sans suite. A ces mêmes sujets, nous avons tenté également de joindre le directeur de l’Algérienne des eaux, en vain. Comme d’habitude, le secrétariat du directeur général nous annonce à chaque fois, que le premier responsable de l’ADE n’est pas disponible. En somme, les résultats de ces enquêtes seront-ils connus dans les jours à venir ou seront-ils définitivement classés ? Attendons pour voir.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires