Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 15:18
Cellules de communications en Algérie qui n’ont rien à communiquer :  A qui profite la séquestration de l’information ?

La quasi-totalité des institutions publiques sont dotés de cellules de communications. L’ensemble des moyens humains et matériels ont été mis à la disposition de ces directions, départements et services. Malheureusement, ces structures sont dépourvues de la chose la plus essentielle à savoir : L’information.

A chaque fois où les services de communication sont sollicités, c’est le black-out total. « Nous n’avons pas d’information sur le sujet que vous venez d’évoquer. Nous avons entendu parler et nous avons lu comme vous l’information sur la presse. Désolé, nous ne pouvons ni confirmer et ni informer cet état de fait. Telles sont les réponses les plus fréquentes émanent de ces services de communications. Dans la mesure où le demandeur de l’information insiste, les fonctionnaires de ces services disposent de dizaines de réponses mais sans l’information. «Envoyez-nous un courrier ou une télécopies et on vous répondra. «Laissez-nous vous coordonnez on vous rappellera plus tard. Vous pouvez attendre plusieurs années, personne ne vous appellera. Lorsque vous seriez obligez de rappeler, il vous sera répondu ce qui suit : « Le responsable de la communication est en réunion. Le directeur de la communication est en mission. Le chef de service est en congé de maladie». Au sujet de l’information, l’ex Ministre de la communication s’est exprimé à ce sujet, indiquant à l’époque que le secteur public ne s'est pas encore adapté aux nouvelles réalités de la communication en raison du fait qu'il reste perçu encore sous une optique dépassée par les évènements. Le Ministre à ajouter je cite : « Les institutions de l’Etat doivent se mettre en conformité avec la nouvelle réalité qu'offre la communication moderne». Malheureusement, la chose essentielle pour laquelle ces services de communications ont été créés n’est jamais disponible à savoir : L’’information. Pourtant, ces services sont dotés du matériel informatique sophistiqué, télécopieurs, de nombreux fonctionnaires et de plusieurs lignes téléphoniques. Pour l’instant, nous avons évoqué uniquement les démarches effectuées auprès de certains ministères, wilayas, administrations et autres directions. Lorsque nous nous adressons aux tribunaux, nous serions orientés vers les Cour de justice. «Adressez-vous au siège de Cour, il existe des cellules de communication pour vous informer», répondent-ils. Au niveau des Cour de justice, le personnel de ces structures de «Communication» nous ont fait savoir ce qui suit : «Désolé, nous ne sommes pas habilités à vous donner d’information. Notre mission consiste à enregistrer le courrier et orienter les citoyens uniquement comme le stipule notre structure». Lorsque nous insistons, nous serions orientez vers le procureur général. C’est le seul qui pourrait vous informer, nous disent-ils. Au niveau du secrétariat du premier responsable du parquet, il nous a été à chaque fois demandé d’envoyer une télécopie ou d’écrire une correspondance au procureur général. Même avec cette procédure qui en réalité n’est qu’une « Fuite à l’avant», aucune information ne sortira du parquet. Les courriers et les télécopies adressées aux différentes Cours de justice, resteront sans réponse pour ne pas dire qu’ils finiront dans les corbeilles à papiers. En somme, la question qui mérite d’être posée est la suivante, à quoi servent les structures chargées de la communication si toutefois, elles n’ont rien à communiquer ?

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires