Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 23:02
Algérie : Quand des fonctionnaires se «jettent» dans les bras des barons de la drogue !

Lire l'article en PDF sur le journal "La Nouvelle République" :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2016-04-28/lnr.pdf

L’évasion organisée d’un dealer de l’une des plus grandes et vieille prison d’El Harrach (Alger) a surpris plus d’un. Cet état de fait n’aurait jamais eu lieu sans la complicité de fonctionnaires corrompus, qui en voulant s’enrichir très vite ne reculent devant rien, allant jusqu’à se «jeter» dans les bras des barons de la drogue.

Selon des sources généralement bien informées, la somme perçue par les fonctionnaires corrompus et les complices à l’origine de l’évasion du dealer s’élève à plus de 3 milliards de centimes. Dans l’attente des résultats de l’enquête, une avocate et plusieurs autres agents du pénitencier d’El-Harrach auraient préparé et faciliter la fuite du prisonnier. Ce dernier a réussi à quitter sa cellule et à sortir en dehors de la prison, en se déguisant dans une robe d’avocat introduite pour la circonstance par l’un de ses complices que l’enquête déterminera. Comme dans les films, le détenu qui serait originaire de la wilaya de M’Sila a trouvé à sa sortie un véhicule qui l’attendait et s’est éclipsé dans la nature. Ce n’est que tard dans la soirée que l’alerte a été donnée aux forces de sécurité, à ce moment-là, le détenu était loin, s’il n’a pas quitté le territoire nationale. Pour l’instant, le premier responsable de la prison d’El-Harrach a été suspendu de ses fonctions alors que plusieurs suspects de complicité ont été placés en détention préventive. L’avocate du prisonnier aurait également été arrêtée par les éléments de la gendarmerie, selon plusieurs sources. La fuite de ce dealer de l’une des prisons les plus sécurisées du pays a fait réagir plusieurs citoyens, notamment les internautes qui s’interrogent sur cet état de fait. Ces derniers ont indiqué que contrairement aux pauvres consommateurs et les petits commerçants de stupéfiants, les barons de la drogue ne tardent jamais en prison et réussissent à se retrouver en liberté. A ce même sujet, nos interlocuteurs ont également ajouté que cette évasion d’El-Harrach n’est pas la première du genre. Plusieurs barons arrêtés le sac à la main avec plusieurs quintaux de drogue se sont retrouvés dehors quelques jours seulement après leur incarcération, ont-ils déclaré. L’un de nos interlocuteurs nous a fait rappeler la fuite d’un trafiquant de drogue de la prison d’Aïn Beida (Oum El-Bouaghi) en mai 2014. «Le détenu de 26 ans condamné à une lourde peine a réussi à retrouver la liberté dans des circonstances énigmatiques», a-t-il indiqué. Dans la même wilaya, un autre dealer condamné à 10 ans de prison ferme a également retrouvé la liberté à la suite d’une «erreur», nous a expliqué un autre citoyen. Une fonctionnaire de la Cour a été suspendue de ses fonctions alors que le fuyard demeure introuvable jusqu’à ce jour. Toujours et selon des déclarations de citoyen, un baron de la drogue résidant dans une wilaya non loin d’Oum El-Bouaghi, aurait versé plus de 2 milliards de centimes à une tierce personne qui aurait accepté de faire la prison en sa place. A en croire les déclarations de nos interlocuteurs, l’avocat qui aurait servi d’intermédiaire a reçu, la somme de 100 millions de centimes. Ces déclarations sont à prendre, bien attendu, avec prudence, les auteurs de ces divulgations qui se sont exprimés sous l’anonymat, n’ont versé aucun document justifiant leurs dires. «C’est un secret de polichinelle. Toute la population le sait et en parle», ont-ils ajouté. Par faute de preuve, nous avons décidé de ne pas donner le nom de la ville et ni celle des témoins de ces scandales. De toute manière, il arrivera un jour où ces fonctionnaires corrompus, rendront compte de leurs méfaits devant la justice en compagnie de leurs complices et ce, quelle que soit leur fonction ou leur grade. En somme, malgré que ces commis de l’Etat indélicats ne soient pas dignes d’exercer dans l’administration algérienne, ils ne pourraient en aucun cas souiller l’image des fonctionnaires honnêtes qui ont sacrifié leur vie à servir l’Etat, le citoyen et le pays. Nous y reviendrons

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires