Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 09:59
Algérie : La «Mafia» du football

Cliquez ou faites copie-coller du lien pour Lire l'article en PDF sur le journal "La nouvelle République" page 04 :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2016-05-11/lnr.pdf

Tous les moyens sont bons pour blanchir l’argent «sale». C’est l’exemple d’une bande de mafieux qui a choisi un autre terrain, à savoir celui du football pour y arriver à ses fins.
Cette «mafia» active principalement à l’approche de la fin de saison sportive pour profiter de son savoir-faire dans les truquages des matches de football. En ces périodes, les terrains ne décident plus des résultats des équipes concernés par l’accession ou la rétrogradation, place à la magouille et à la «chkara». Les pseudo-dirigeants de certaines équipes ne sont pas les seuls à choisir ces méthodes malsaines et honteuses pour permettre à tel ou tel club d’accéder ou de rétrograder. Cette «mafia» est composée également d’arbitres, délégués, joueurs et par plusieurs intermédiaires dont des entrepreneurs par accident qui se sont enrichis avec de «l’argent sale». Bien connue dans les milieux sportifs, cette «mafia» intervient à quelques semaines seulement de la fin de saison de football pour décider du sort des équipes concernées par l’accession en division supérieure ou qui devraient rétrograder en division inférieur. Si les rencontres des équipes concernées par l’accession ou la relégation sont programmées sur les terrains, les résultats sont connus d’avance dans les salons des luxueux véhicules, les hôtels et parfois au sein de villas. Ces individus sans foi et ni loi utilisent tous les moyens pour arriver à leur fin. Même si le bureau fédéral et la ligue ne divulguent pas l’identité du trio arbitral, ils arrivent par le biais de leurs complices à connaître les noms des officiels qui devraient diriger les matches de la semaine. C’est à ce moment-là qu’ils sortent de la poche leurs smartphones de dernière génération pour prendre attache avec leurs vis-à-vis. Tirés à quatre épingles et circulant à bord de bolides, ils connaissent par cœur les ficelles et les rouages. Certains arbitres ont reçu du pognon au niveau même de leur domicile par ces dirigeants corrompus. Selon des témoignages, un arbitre aurait même reçu de l’argent de deux dirigeants qui se sont affrontés et dont le vainqueur accédera en division supérieur. Cet arbitre malsain a favorisé les deux équipes pendant plus de 60 minutes de la partie et a décidé de ne pas désigner de vainqueur. N’importe quel spécialiste de la magouille ne pourrait pas imaginer comment cet arbitre aller procéder du moment qu’il a perçu de l’argent des deux côtés. Et bien, c’est simple, le référé a réussi à provoquer un incident qui a été suivi d’un envahissement de terrain des supporters des deux camps. L’arbitre qui ne s’attendait à cela a profité de la fumée des bombes de gaz lacrymogène pour s’échapper. Les services d’ordre qui ne savaient rien du tout sur cette affaire de magouille ont eu du mal à maîtriser la situation et à aider l’arbitre à quitter le terrain et ensuite la ville. Ce n’est que le lendemain que tout le monde a su que l’arbitre a reçu de l’argent des mains des dirigeants des deux équipes, qui ont tout au long de la semaine tenté de retrouver l’arbitre en question dans sa ville natale pour récupérer leurs argent, en vain. Ils ne pourraient même pas déposer plainte contre le référé. Seuls l’arbitre et les dirigeants des deux clubs savaient comment cette histoire a terminé. Dans les cas où les arbitres ne veulent pas marcher dans la combine, ce sont les dirigeants malhonnêtes qui magouilleront entre eux. Nous donnons l’exemple de ce directeur technique qui a reçu de l’argent avec au moins trois joueurs de son club. Alors que son équipe était leader, il a été sollicité par les dirigeants de l’équipe classée en seconde place et n’a pas résisté à leurs offres. Le jour du match qui l’opposa à une équipe qui jouait le maintien, le directeur technique en question a demandé aux trois meilleurs joueurs de «lever» le pied. Ne s’arrêtant pas là, il a demandé à l’entraineur de faire jouer les attaquants en défense et vice-versa. Malgré cette manœuvre, le leader a été battu par une petite marge à la grande stupéfaction de tous. Interpellé par une personnalité de la ville, le dirigeant corrompu a expliqué qu’il a évité l’accession à son équipe sous prétexte que son club n’avait pas les moyens nécessaires pour évoluer en Division une. Ces derniers jours, le torchon brûle entre l’équipe de l’USM Annaba et l’US Biskra qui évoluent en ligue amateur et qui sont en course pour accéder en Division nationale deux. Les Annabis accusent les dirigeants de Biskra d’avoir tenté de corrompre leur gardien de but lors du dernier match opposant les deux clubs. Les Biskris rejettent les accusations de leurs adversaires. A la suite d’une plainte déposée par les dirigeants de l’USM Annaba, une enquête est ouverte par les éléments de la sureté de wilaya. Nous y reviendrons

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires