Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 00:22
Algérie : Un fondamentaliste remplace un autre à la tête du parti islamiste le MSP
C’EST DÉSORMAIS ABDERREZAK MOKRI QUI A ÉTÉ ÉLU PRÉSIDENT DU HMS AU COURS DU CINQUIÈME CONGRÈS DU PARTI TENU À LA COUPOLE DU COMPLEXE OLYMPIQUE MOHAMED-BOUDIAF À ALGER.

Aprés Aboudjerra, c'est Makri (Photo) qui est élu à la tête du MSP

Cet état de fait n’est pas une surprise, les militants du MSP ont choisi l’homme le plus «fondamentaliste» pour diriger le mouvement à la place de Bouguerra Soltani. M. Mokri remplace à ce poste M. Soltani qui a présidé le MSP de 2003 à 2013. M. Mokri qui était vice-président du mouvement, était en compétition pour le poste de président avec M. Abderrahmane Saidi, ancien président du Majliss echoura (Conseil consultatif) du MSP. M. Mokri a obtenu 177 voix contre 65 pour M. Saidi, alors que deux bulletins nuls ont été enregistrés à l’issue du vote auquel ont pris part 244 membres des 249. Dans une longue lettre insérée sur le site du parti, l’ex-président du MSP est longuement revenu sur la période de 10 ans dont il a dirigé le parti. «La seule perte dans ce monde est que l’être humain vit et meurt sans qu’il sache qu’il a été créé pour prier le Bon Dieu», a écrit M. Soltani. «C’est une longue expérience que nous avons vécu ensemble pendant cette période», a ajouté l’ex-chef du MSP tout en essayant de donner des leçons à son prédécesseurs et surtout à ceux qui selon lui n’ont rien fait pour mériter les attestations d’honneur du parti. En réalité, ce changement n’apporterait certainement rien au parti, et ni à la République. Si le nom du Président a changé, hélas l’idéologie reste la même pour ne pas dire qu’elle se radicalise de plus en plus. Avant de penser à changer de guide ou de bureau, les Algériens s’attendaient à ce que ce mouvement se restructure pour se mettre en conformité avec les lois de la République. Malheureusement, ce n’est pas le cas, le MSP comme les trois autres mouvements islamistes qui ont été créés dans l’anarchie des années 1990, continueront d’instrumentaliser l’islam à des fins politiques. Cet exemple a coûté très cher au pays et ce n’est pas encore fini. Ces mouvements qui utilisent l’islam pour accéder au pouvoir constituent un danger réel pour la démocratie et la République. Sans ces mouvements qui font du commerce avec l’islam, l’Algérie n’aurait jamais connu la décennie noire. Même les jeunes qui ont versé dans la violence et dans le terrorisme sont également victimes de ces partis. Endoctrinés par l’idéologie de ces mouvements, ces jeunes qui, au début semblent être modérés ne tarderont pas à verser dans la violence. «Ne vous inquiétez pas, vous ne serez pas mort au moment où vous commettez un acte pour le Bon Dieu. Vous rejoignez directement l’au-delà où les «Hour el Aïne» (Jeunes filles vierges de grande beauté) vous attendent», leur explique-t-on. Grâce à ce lavage de cerveau, des milliers de jeunes sont capables d’assassiner leur propre parent ou de se faire exploser. Des dizaines d’Algériens sont ainsi envoyés en Afghanistan, Bosnie, Pakistan, Syrie, Liban et dans d’autres pays pour combattre au nom de l’islam. La majorité de ces jeunes innocents font un aller sans retour, ils seront enterrés loin de chez eux avec la mention X.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires