Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 16:15

Deux officiers de la gendarmerie ont été blessés par l’explosion d’une bombe à Ain Rich, dans la région de Msila en Algérie. Selon des sources dignes de foi, les gendarmes ont été alertés sur la présence d’un corps sans vie au lieu dit « Ain riche ». Une fois sur les lieux et au moment où ils s’apprêtaient à soulever le corps, la bombe a explosée, blessant grièvement le commandant de la compagnie d’Ain el Melh et le chef de brigade d’Ain Rich.

xin_e92e2d6fc9654cf2955de79f5a6d9d58.jpg

Les deux gendarmes furent évacués à l’hôpital militaire  d’Ain Naadja. Selon les premières informations, les terroristes ont sauvagement égorgés un handicapé mental de 20 ans avant de placer l’engin explosif prés de son corps. La bombe aurait été actionnée à distance où aurait explosé après que les gendarmes ont essayé de faire retourner le corps. Selon des habitants, plusieurs dizaines de terroristes Islamistes liés à «Katibet al Mouhajiroune » activent encore dans cette région. Ce n’est pas la première fois que les terroristes utilisent ce genre de procédé pour surprendre les forces de sécurité. Dans la même wilaya, un officier de l’armé a été tué dans l’explosion d’un corps piégé en 2008. La bombe humaine est une stratégie adoptée dans le passé par les sanguinaires du Groupe Armé Islamique. Après avoir tué une personne, les terroristes dissimulent un engin explosif dans son corps avant d’alerter les forces de sécurité. Plusieurs éléments de forces de sécurité et même de pompiers ont été tués par cette façon. Dans les années 1996 et 1997, les sanguinaires du G.I.A ont abandonné cette ruse criminelle après que les forces de sécurité ont trouvé un procédé efficace pour déjouer ces attentats barbares.    

Abderrahmane Hakkar

Partager cet article

Repost 0

commentaires