Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 18:30

Se référant au «printemps arabe», l’opinion internationale n’a pas ménagé l’Algérie. «Une abstention record du scrutin, suivi de l’anarchie dans le pays avant que les islamistes ne s’accaparent du pouvoir», telles étaient les prévisions de ceux qui ne jurent que par la déstabilisation du pays.

bouteflika 13.jpg


«Ils veulent un «printemps arabe», le peuple a répondu par un «printemps algérien», a déclaré le ministre de l’Intérieur lors de la conférence de presse relative aux résultats des élections législatives. En effet, mis à part quelques amis de l’Algérie, la majorité des pays du monde s’attendait à ce que l’Algérie soit secouée par l’anarchie et finira avec un pouvoir islamique comme ce fut le cas en Tunisie, Libye, Maroc et Egypte. Les «prévisionnistes» et la majorité des politologues du monde ont certainement oublié que le dernier mot reviendrait toujours au peuple et non pas à la surenchère. Connaissant parfaitement le peuple algérien lorsqu’il s’agit de relever le défi, le Président Abdelaziz Bouteflika a vu juste en s’adressant à la nation. «Nous avons fait notre devoir et nous avons terminé. L’Algérie est entre vos mains, prenez-en soins et vous avez intérêt à redevenir maître de votre destin», a voulu faire comprendre le Président de la République au peuple Algérien. A travers son discours tenu à Sétif, le président de la République a d’une pierre fait deux coups, déjouant ainsi tous les pronostics relatifs à ce scrutin. Le message a été reçu 5 sur 5 par les citoyens qui ont décidé de répondre à l’appel de leur Président. A la première heure des élections, les citoyens se sont rués vers les centres de vote pour accomplir leur devoir électoral. Interrogée par la presse, la majorité des électeurs a indiqué qu’elle a été touchée par le discours du Président Abdelaziz Bouteflika et a été convaincue de se rendre en masse aux urnes. Il y a même ceux qui étaient indécis mais ont en fin de compte décidé de participer aux élections consécutivement aux discours du chef de l’Etat. Comme il l’avait si bien dit le ministre de l’Intérieur, les ennemis de l’Algérie s’attendaient à voir un «printemps arabe» en Algérie. Le peuple algérien a répondu par un «printemps algérien». Tant mieux pour nos amis et tant pis pour nos ennemis.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires