Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 17:21

Les familles victimes du terrorisme ont appris avec un grand soulagement, la condamnation à mort de l’émir de « Katibat el Anssar » Mourad Mesrour alias « Akrama », dit « Laouar ». Ce dernier au passé terroriste houleux  a reconnu avoir abattu lui-même, le jeune policier Khaled Ayed dans un faux barrage sur la route reliant Tigzirt   à Tizi-Ouzou. (Voir notre édition du 06 Avril 2008). Dans son audition,  le criminel ne pouvait pas nier les faits qui lui sont reprochés, une vidéocassette filmée et diffusée sur Internet par Al-Qaïda au Maghreb Islamique dé  montre la façon- sauvage par laquelle le jeune policier a été assassiné.  jpg_Algerie.jpg

Photo : Faux barrage terroriste du 05 avril 2008 où le jeune policier a été assassiné par les criminels Islamistes 

 

 

Donné pour mort à plusieurs reprises, le criminel n’a été finalement que blessé, arrêté, soigner avant qu’il ne soit présenté devant la justice. L’émir assassin révéla aux enquêteurs comment il a rejoint les maquis et comment il a été élu émir du groupe terroriste « katibat al ansar ». Sans aucun remord, le criminel a reconnu avoir participé à plusieurs opérations terroristes menées contre les forces de sécurité et surtout sur l’assassinat du jeune policier Khaled Ayed. Le criminel n’a fait que confirmer et en détail les circonstances de l’assassinat du policier dont les faits ont été enregistrés par ses acolytes et mis en ligne sur le youtube.  L’affaire remonte exactement au 05 Avril 2008, un faux barrage a été dressé à l’aube à la sortie de la ville côtiére de Tigzirt en allant vers Tizi-ouzou au lieu dit Hagga prés de l'intersection qui méne vers le village Ait said. Sous le commandement du chef terroriste Mesrour des dizaines de véhicules ont été interceptés par les terroristes qui portaient des uniformes de l’A.N.P et des gardes communaux. Vers les coups de 7H du matin, un véhicule de transport de voyageurs a été arrêté. Parmi les passagers se trouvait le policier Khaled Ayed qui croyant à un vrai barrage des forces de sécurité a décliné son identité. Forcer de se mettre à plat ventre, le malheureux policier a aperçu que certains hommes armés chaussés des bottes en caoutchouc. A ce moment, il est convaincu qu’il est tombé dans un faux barrage. Dans une dernière tentative, il essaya de s’échapper dans les buissons mais il fut cribler de balles par les criminels. Poussés par la haine, les criminels ont tenus à vider quelques chargeurs sur le corps sans vie du policier. Comme à leurs habitudes, ils achevèrent l’assassinat en tranchant la gorge de la victime. Avant de repartir, les sanguinaires ont distribués des tracts et des cassettes vidéo aux passagers qu’ils avaient interceptés. Le chef terroriste a ajouté qu’il a rejoint les rejoints les maquis en 1996 et qu’il avait participé à plusieurs opérations terroristes.  L’émir terroriste a reconnu avoir participé à l’attaque contre une patrouille de l’A.N.P  chargé de l’approvisionnement d’un poste avancé situé à Bakhti Tizi-Ouzou. Il devait également reconnaitre qu’il a assassiné deux policiers en faction devant une banque à Dellys avant de repartir avec deux Kalachnikov.  Le criminel a également ajouté qu’il a attaqué avec ses acolytes un bar et avoir enlevé un gardien de prison à Tizi-Ouzou avant de l’égorger. Pour conclure, l’émir a déclaré qu’il a perdu un œil alors qu’il tentait de récupérer une arme d’un garde communal et qu’il a été blessé par les forces de l’ANP à la main et à la jambe avant d’être capturé sur le massif de Sidi Ali Bounab, le 17 Mai 2009. Devant le tribunal, l’émir a bien voulu se rétracté de ses déclarations mais les preuves sont formels. Après délibération, le tribunal criminel de Tizi-Ouzou a condamné Mourad Mesrour à la peine capitale.  A la fin de l’audience, le criminel n’a pas manqué de lancer des injures à l’encontre des Magistrats mais fut maitriser par les forces de l’ordre. La condamnation à mort du chef  terroriste a été accueillie avec un grand soulagement par les familles des victimes et par la grande majorité de la population de Tizi-Ouzou.

 

Abderrahmane Hakkar

Partager cet article

Repost 0

commentaires