Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 21:57
 

Interpellé par la gendarmerie et mis sous mandat dépôt par le procureur du tribunal d’Ain-Turk, le gérant du célèbre restaurant « Al-Djawhara» a été libéré.

 

thumbnail.php?file=Prostitution_Oran_857286343.jpg&size=article_medium

Photo : Les Algériens n'ont pas demandé la lune. Ils veulent travailler, chanter, danser,boire et vivre en paix.    

La victime a déclaré que des gendarmes se sont présentés au restaurant dans la nuit et qu’il a présenté le registre de commerce accompagné d’un récépissé relatif à une demande de dépôt d’agrément pour la vente de boissons alcoolisées. Le lendemain et en se présentant devant le procureur il a été placé sous mandat de dépôt ?? Sur quelle base a agit le procureur pour  emprisonné le mis en cause se sont interrogé les avocats du gérant. Selon la défense de l’accusé, l’emprisonnement de leur client était arbitraire en raison de l’absence de la peine de prison dans le délit dit « vente de boissons alcoolisées sans autorisation». Lors de l’audience des centaines de citoyens ont pris d’assaut le tribunal d’Ain Turk en guise de soutien au gérant du restaurant. Cet état de fait a incité le procureur d’instruire des ordres aux gendarmes de laisser entrer dans la salle d’audience que les personnes ayant des convocations du tribunal. Après le réquisitoire du procureur et les plaidoiries de la défense, le gérant a été condamné à 20.000Dinars Algérien et remis en liberté. Le restaurant a été mis sous scellés et demeure pour l’instant fermé. Connu et estimer par tous, la libération de Monsieur Belhadj a été saluée en Algérie et même à l’étranger. Des dizaines de courriers et d’Emails ont été expédiés par des Algériens résidants à l’étranger et en Algérie faisant l’objet de soutien à Monsieur Belhadj. Les nombreux clients de ce lieu, souhaitent la réouverture du restaurant dans les meilleurs délais. Pour certains, l’emprisonnement et la fermeture du restaurant « Al-djawhara » est un acte grave visant à fermer au futur l’ensemble des lieux de divertissions à savoir, cabaret, bar etc. Pourtant, les Algériens ne demandent pas la lune. Ils veulent travailler, chanter, danser, boire et vivre en paix. 

Abderrahmane Hakkar

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires