Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 13:28

Profitant des émeutes en Algérie et en Tunisie, les stations de télévision d’Al-Jazzera, El-Moustakillah et Al Hiwar incitent au quotidien et heure par heure, les populations dans les deux pays à la violence et à la rébellion contre les pouvoirs en place.  

 

2.jpg

2.jpg

3.jpg

 

 

 

 

 

Le directeur d’Al-Moustakillah, Yahia Abou Zakaria et Rachid Al-Ghanouchi : Une seule idéologie et un seul combat.

 

En effet, depuis le déclanchement des émeutes dans les deux pays, les trois chaînes consacrent au quotidien et par heure des émissions spécifiques à ces événements, visant à déstabiliser les deux pays. Sinon comment expliqué que les trois chaînes admettent que des incitations à la violence et à la rébellion soient diffusées à partir de leurs écrans ? Les téléspectateurs qui ont suivis les programmes de ces trois stations auraient certainement remarqués que les émissions consacrées aux événements dans les deux pays ont dépassés largement les simples couvertures médiatiques. Bien au contraire, se sont des véritables appels à la violence et à la rébellion. Au cours de leurs interventions, les dits « journalistes » de ces trois chaînes, n’évoquent pas de simples émeutes de contestations sociales, mais parlent de révolution populaire contre les deux régimes. Comme d’habitude, les plateaux de ces trois chaînes se sont reconvertis en véritables tribunes de propagande anti-algérienne et anti -Tunisienne. Que se soit à partir de leurs sièges respectifs, à Qatar, en Grande Bretagne où par le biais de leurs «invités» habituels se trouvant en Algérie et en Tunisie, les dites chaînes lancent des appels aux deux peuples de poursuivre selon eux, l’insurrection jusqu’au bout. Les opposants islamistes se trouvant à l’intérieur et à l’étranger des deux pays ont fait leurs réapparitions sur les écrans de trois stations de télévisions. Les Rachid Al-Ghanouchi, Abassi Madani, Abdelhamid Brahimi, Mourad Dehina, Laarbi Zaatout, Yahia Abou Zakaria et autres islamistes, alimentent sur les écrans des trois chaines la polémique, détournant la contestation sociale à des «soulèvements populaires» contre les deux régimes. Signalons que les trois chaînes sont suivis par des milliers d’islamistes dans le monde ont été interdites d’exercer en Algérie, en Tunisie et au Maroc

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires