Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 22:00
 

Des appels à la désobéissance civile sont lancés sur Facebook pour paralyser le pays le 12 février prochain. Comme on le sait, cette date représente le premier jour de l’après- Hosni Moubarak en Egypte. Cet état de fait intervient au moment où les affrontements se poursuivent pour le quatrième jour consécutif entre manifestants et forces de l’ordre dans plusieurs villes égyptiennes.

 

egypte 6 fevrier.jpg


Au Caire, des centaines de policiers bloquaient les rues menant au ministère de l'Intérieur, dans le centre de la capitale égyptienne, et tiraient des gaz lacrymogènes pour contrôler des dizaines de manifestants lançant des pierres et des cocktails Molotov. Selon des sources dignes de foi, la police a construit un mur de béton en travers de la rue Mansour, devenue l'épicentre des violences, et s'abritait derrière des rouleaux de fil barbelé dans d'autres rues de ce secteur proche de la place Tahrir. Des manifestants ont capturé un homme qu'ils ont présenté comme étant un officier de police en civil, le ramenant derrière leurs lignes sous les hourras, pendant que certains tentaient de protéger l'homme des coups portés par des protestataires. Les mêmes sources ajoutent que la police a lancé un assaut sur les positions des manifestants. Depuis le début des manifestations et des affrontements jeudi, au lendemain du drame du football à Port-Saïd (nord), douze personnes ont été tuées au Caire et à Suez et 2 532 autres blessées, dont des policiers et des manifestants, a annoncé samedi le ministère de l'Intérieur. Des Egyptiens sont descendus dans la rue pour réclamer le départ du pouvoir militaire, accusé d'inaction face aux violences dans le stade. Parmi les victimes du drame de mercredi se trouveraient de nombreux «ultras», supporteurs de foot bien organisés et politisés, qui ont participé aux manifestations ces derniers mois contre l'armée au pouvoir en Egypte depuis la chute du président Hosni Moubarak il y a un an. Le ministre de l'Intérieur Mohamed Ibrahim a dénoncé devant la presse «la volonté constante» des manifestants d'envahir son ministère, qu'il a mise sur le compte d'un «complot» pour «affaiblir le pays». «C'est à cause de cette volonté persistante (de s'en prendre au bâtiment) que nous sommes obligés de le défendre», a-t-il poursuivi. ll a également démenti les spéculations selon lesquelles l'ancien ministre de l'Intérieur de Hosni Moubarak, Habib el-Adli, actuellement jugé en même temps que l'ancien président, serait derrière les événements de Port-Saïd et les troubles qui ont suivi. «Adli est en prison et il n'a plus de partisans dans ce ministère», a-t-il déclaré. Cependant, un gazoduc alimentant Israël et la Jordanie a été la cible d'une attaque à la bombe survenue dans la péninsule égyptienne du Sinaï dimanche aux petites heures du matin. Environ dix hommes armés ont placé des explosifs sous le gazoduc, à l'ouest de la ville d'El-Arish, dans le nord de la péninsule du Sinaï, et l'ont fait exploser vers 01h00, heure locale (23h00 GMT, samedi), selon des sources sur place. Il s'agit de la 12e explosion visant ce gazoduc depuis février 2011.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires