Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 22:13
 

Quelques minutes seulement après la levée de l’audience, des centaines de manifestants ont tenté de prendre d’assaut le box où se trouvait Hosni Moubarak. Il a fallu l’intervention énergique des forces de l’ordre pour repousser la foule surexcitée. Ne baissant pas les bras, les Frères musulmans ont appelé la foule à faire justice elle-même au niveau de la prison de Tora.

 

17054292541282228629.jpg

En effet, depuis ladite «révolution», l’Egypte se trouve dans un véritable bourbier. La prise du pouvoir par les islamistes n’a pas apaisé les tensions. Bien au contraire, la situation s’est dégradée. A chaque événement, la rue gronde et l’anarchie s’installe. C’est le cas après l’annonce des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, où des milliers de manifestants ont pris d’assaut les rues de la capitale et des autres villes égyptiennes, réclamant l’annulation du scrutin. Heureusement que ces résultats ne sont pas définitifs, car un deuxième tour est prévu les 16 et 17 de ce mois, ce qui a pu calmer les nerfs surchauffés des milliers de manifestants. L’autre événement était le verdict du procès de l’ex-président Hosni Moubarak. Malgré la condamnation à la perpétuité de l’ex-chef de l’Etat égyptien et de son ministre de l’Intérieur, des heurts ont éclaté dans plusieurs villes égyptiennes. Les instigateurs ne sont autres que les Frères musulmans, les salafistes et l’ensemble des militants islamistes. Même le candidat finaliste à l’élection présidentielle a appelé le peuple à se préparer pour une seconde révolution. Il a également demandé aux milliers de manifestants se trouvant à la place Tahrir de ne pas quitter ces lieux car, selon lui, la révolution n’est pas terminée. Par cette attitude, on ne va certainement pas voir le représentant des islamistes à l’élection présidentielle, féliciter son concurrent en cas de défaite. Les Frères musulmans qui contrôlent l’Assemblée populaire nationale ne semblent pas rassasiés et n’arrêtent pas d’inciter les citoyens à la violence. Lors du procès de l’ex-chef de l’Etat, des centaines de manifestants présents à l’intérieur et à l’extérieur de la salle ont tenté de prendre d’assaut le box où se trouvait l’ex-Raïs. La foule a été repoussé in extremis par les nombreuses forces de l’ordre qui ont réussi à évacuer Hosni Moubarak à bord d’un hélicoptère. Les autorités égyptiennes qui ont déployé plus de 20 000 éléments des force de l’ordre autour du tribunal auraient certainement compris qu’un scénario similaire à «Kadhafi» était en préparation. Mégaphone à la main, un haut dirigeant de la confrérie a demandé aux manifestants de la place Tahrir de se diriger vers la prison de Tora et de faire se faire justice eux-mêmes. «Je demande aux familles des victimes et à l’ensemble des citoyens de marcher vers la prison de Tora», a répété le cadre des Frères musulmans. A quelques jours de l’élection présidentielle, la rue gronde toujours en Egypte alors que le pays est secoué par une vague d’anarchie et de violence. Devant les menaces, l’insécurité et le désordre qui règnent, l’ensemble des indices indiquent que le pays se dirige à grands pas vers le «chaos».

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires