Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 18:58

Les autorités britanniques ont transféré l’ex émir d’Al-Qaïda  « Abou Katada » et plusieurs autres Islamistes de la prison «Long Lartin » vers un autre établissement pénitencier plus sur. Selon des sources dignes de foi,  cette décision a été prise afin de séparer les éléments d’Al-Qaïda, jugés très dangereux, avec les autres prisonniers du droit commun et aux délits moins graves.   

 

abuqatadawife_ithink.jpg?w=300&h=275

 

Photo : « Abou katada Al Phalestini » de son vrai nom Omar Mahmoud Athmane. Né en 1961, de nationalité Jordanienne, d’origine Palestinienne.   

  

Les autres Islamistes transférés en compagnie d’abou Katada sont Omar Mahmoud Abou Omar, Makhloliv Ammar, Adel Abdul Majeed Abdul Bari, Khaled Al Fawwaz, Babar Ahmad, Syed Talha  et Abdul Shakoor. A l’instar de l’ex – émir d’el-Qaida, ces derniers sont également très dangereux et pourraient endoctrinés les autres résidants de la prison de «Long Lartin». Même en prison, « Aboukatada et ses acolytes restent très dangereux et devraient faire l’objet d’un suivi particulier. Ce transfert pourrait également faire avorter prématurément un éventuel projet de tentative d’évasion, que les nombreux acolytes résidant à Londres pourraient entreprendre. Abou Katada a été libéré au mois de juin de l’année 2008 à la suite d’une décision d’une commission spéciale. En 2009, il Fut arrêté de nouveau après que les sanguinaires de l’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) ont réclamé sa libération en échange de quatre ressortissants britanniques retenus en otage au mois de Janvier 2009. Condamné par un tribunal en Jordanie, son  extradition a  été demandée à maintes fois, mais la justice Britannique s’est opposée. Plusieurs autres chefs terroristes poursuivis par leurs pays pour terrorisme se trouvent actuellement libre en Grande Bretagne. Toutefois, la Grande Bretagne pourrait se débarrasser définitivement de ces chefs terroristes en procédant à leur extradition vers leurs pays d’origines.

De Paris Abderrahmane Hakkar

Partager cet article

Repost 0

commentaires