Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 15:12

L’ex-journaliste qui a été assassiné par des terroristes Islamistes, a été inhumée dans son village natal à Ben aarous, commune d’Ouled Aïssa (40 Km) de Boumerdés. Selon des témoignages, les obsèques ont été accomplies dans la peur.  

 

TERRO.jpg

 

Nous revenons un instant sur le crime commis sur la personne d’un ex-correspondant de presse pour détailler les circonstances exactes de cet assassinat. Selon des témoins Rabah a senti qu’il était poursuivi par trois individus et s’est mis à courir. Malheureusement, deux autres complices  surgissent d’un autre coin pour le cribler de balles. Les cinq balles tirées à bout portant ont transpercé le thorax et la tête de la victime ont déclaré des témoins. Les auteurs de l’assassinat au nombre de 05 éléments ont la direction d’un maquis avoisinant. «Nous sommes guettais » murmura un villageois à son voisin, au moment de l’enterrement de Rabah. Le villageois faisait allusion aux terroristes qui se trouvaient aux alentours du village et à leurs complices présents aux funérailles. Plusieurs  villageois ont indiqué que les terroristes observaient les funérailles et n’excluent pas la présence d’entre-deux parmi la foule. « Les gens du village ne font plus confiance à personne et mesure leur parole avant de parler. Agé de 44 ans et père de 05 enfants, notre confrère a travaillé pour plusieurs quotidiens dont le journal « Akhbar al-Assima» Les Infos d’Alger. Rabah surnommé dans son village de «éssahaffi» le journaliste n’avait pas d’ennemi, il a été assassiné uniquement parce qu’il était journaliste ont indiqué ses proches. Les groupes armés islamistes en Algérie accusent les journalistes de collaboration avec les forces de sécurité. Ces accusations sont totalement fausses et infondées. Au cours de la décennie noire et à  l’instar des citoyens intègres, les journalistes Algériens ont choisi leur camp. Ils étaient pour beaucoup dans la sauvegarde de la République et de la démocratie. Les journalistes ont  refusé l’extrémisme et ont rejeté le projet destructif visant à instaurer un état théocratique milité en Algérie. Cet état de fait n’a pas été apprécié par ceux qui voulaient faire de l’Algérie un Afghanistan bis. Voila pourquoi, les extrémistes gardaient toujours la haine contre les journalistes. La preuve : notre confrère qui a cessé ses activités journalistiques depuis bien longtemps n’a pas été oublié et fut assassiné. Il n’est pas la seule victime de cette barbarie, la liste est longue

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires