Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 21:47

L'Algérie renforce son dispositif de sécurité sur les frontières sud A l’approche de l'intervention militaire au Sahel, l'Algérie a pris toutes les dispositions nécéssaires pour sécuriser les frontières du pays. En plus du dispositif militaire installé depuis les événements en Libye, des renforts ont été dépéchés tout au long des frontières de la Libye,le Niger, Mali et de la Mauritanie.

 

Pour des raisons de sécurité aucun chiffre officiel n'a été annoncé par le ministre de la Défense. Des sources concordantes parlent de plusieurs milliers d'hommes de troupes et d'officiers qui ont été installés tout au long des frontières avec les pays indiqués précédemment. La décision de renforcer le dispositif de sécurité déjà sur place a été prise quelques jours seulement après que l'ONU a ouvert la voie à une eventuelle intervention militaire au Mali. Le Conseil de sécurité onusien a adopté le 12 octobre dernier et à l'unanimité, une résolution appellant les organisations régionales africaines et les Nations unis à présenter sous 45 jours un plan d'intervention militaire au Mali. La résolution a chargé le secrétariat général de l'ONU de travailler avec la communauté économique des pays africains pour présenter des recommandations détaillées et praticables en vue d'une opération militaire au Mali. Aux côtés des HDT de l'ANP, des unités des gardes des frontières ont été également renforcées dans les frontières Sud. Des milliers d'hommes d'infanterie et d'un soutien aérien ont pris leur position à la veille de l'intervention militaire au Sahel. L'Algérie qui a tout au long du conflit malien prévilligié la voie des négociations n'a pas également épargné le recours à la force pour éradiquer le terrorisme dans cette région. Cet état de fait ne pourrait être entrepris sans que les frontiéres algériennes ne soient sécurisées pour éviter toute tentative d'infiltration sur son territoire. Même si le compte à rebours n'a pas commencé, l'Algérie a précédé l'intervention militaire en sécurisant ses frontières avec ses voisins du Sud. Alors que l'action militaire au Mali se prépare, les trois groupes islamistes armés : Aqmi, Ançar Edine et le Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) continuent d'occuper le Nord du Mali. Le Président malien par intérim a indiqué qu'il souhaitait au nom de son peuple, l'aide de la Cedeao pour récupérer le Nord de son pays et de lutter contre le terrorisme. La Cedeao a prévu d'envoyer plus de 3 000 soldats pour libérer le Nord du Mali des mains des terroristes islamistes. Pour l'instant aucune information n'a filtré sur le nombre et l'origine des troupes qui prendraient part à l'opération militaire pour reconquérir le Nord du Mali. A en croire certaines sources, le Niger, le Tchad et l’armée régulière malienne elle-même pourraient constituer le fer de lance de cette force de frappe destinée à éradiquer les groupes terroristes. Les mêmes sources ajoutent que d'autres pays de la région à l'image de la Mauritanie pourraient également participer à cette opération militaire. Les forces américaines pourraient participer également par des frappes préventives alors que la France devrait en principe assurer la logistique. La question de l’intervention militaire au nord Mali revêt d'une grande importance pour les USA, à tel point qu’elle a fait l’objet, il y a quelques mois, d’une audition au Congrès, du secrétaire d'Etat adjoint chargé des questions africaines, Johnnie Carson. Le responsable américain avait alors estimé que la force militaire que préparait la Cedeao pour son intervention au Nord Mali devrait s'efforcer de stabiliser le Sud du pays et ne pas s'aventurer dans le Nord. Dans l'attente du jour "j", l'armée algérienne poursuit ses préparatifs en envoyant des renforts afin de sécuriser les frontières et d'empêcher des éventuelles infiltrations de groupes terroristes en Algérie.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires