Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 22:29
Comme d’habitude, les dirigeants du parti dissous tentent toujours de refaire surface à n’importe quel événement en Algérie. C’est le cas du premier et du deuxième chef de l’ex-FIS qui ont oublié qu’il est impossible de faire reculer le pays aux années 1990.
 
Abbassi-Madani-1868.jpg
 


En réplique à l’appel du boycott des élections lancé par Abassi Madani et Ali Belhadj, les Algériens ont voulu répondre par un proverbe turc qui disait : «Un homme avisé ne se laisserait pas se faire mordre deux fois au même trou de serpent». En effet, comme à chaque événement, les responsables de la décennie noire s’insurgent et veulent induire encore une fois en erreur les Algériens. Les deux hommes et leurs acolytes ne veulent pas admettre que l’Algérie de 2012 n’est pas celle de 1990. Ils ne veulent pas également comprendre qu’ils ne pourraient pas se foutre de la gueule des Algériens comme ils l’avaient fait dans le passé. Pour ne pas remuer le couteau dans la plaie, les Algériens préfèrent répondre aux bourreaux de leurs enfants, parents et proches qu’ils ne sont pas prêts à retourner aux années de braise. Pour être plus clair, les Algériens voulaient dire à ces individus, que si dans le passé ils ont été trompés, il n’est pas possible de tomber dans le même piège. La majorité des Algériens qui ont vécu les années de braise ne veulent même parler de ces personnes et ne retiennent d’eux qu’un souvenir douloureux. «Les Algériens ont tourné la page de l’histoire mais n’ont pas par contre oublié ce qui s’est déroulé»» ont-ils indiqué. Ces derniers ont ajouté que les Algériens ont besoin d’aller de l’avant et rêvent d’un pays moderne et n’ont pas besoin de ceux qui voulaient les faire retourner au moyen âge. Les dizaines de jeunes avec qui nous avons abordé ce sujet ont déclaré ne pas connaître ces mecs. C’est le cas d’un jeune technicien qui nous a déclaré, je cite : « Si vous parlez des chefs terroristes, le peuple algérien a pardonné mais nous sommes derrière l’Etat pour poursuivre ceux qui continuent de refuser la main qui leur a été tendue». C’est la même chose pour les dizaines de femmes avec qui nous nous sommes entretenues et dont certaines ont même refusé qu’on leur évoque le nom d’Abassi ou de Belhadj. «Personne ne fait attention à ces mecs», nous a répondu Fadhila. Elle devait ajouter que les Algériens ont compris que ceux qui appellent au boycott des élections, travaillent pour le compte des ennemis de l’Algérie. C’est le même constat de Najet qui trouve que les Algériens ont appris la leçon et ne sont pas prêts à écouter X ou Y. Les deux fonctionnaires de l’éducation ont déclaré que les Algériens aiment relever les défis et que c’est pour cette raison qu’ils vont se rendre aux urnes en force. En somme, les personnes avec qui nous avons discuté ont déclaré qu’elles s’attendaient à une participation massive aux prochaines élections législatives. En ce qui concerne les appels au boycott ou de voter pour les islamistes, elles ont répondu par le proverbe suivant : «Un homme avisé ne se laisserait pas se faire mordre deux fois au même trou de serpent.»

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires