Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 17:18

Les joueurs algériens évoluant à l’étranger font l’objet ces derniers jours d’une vaste campagne antisportive. Les auteurs de cette propagande n’ont pas trouvé autres pour souiller l’image de ces joueurs que de les prendre en photo avec des jeunes filles. Les mêmes photos montrent les joueurs entrain de danser et de boire un coup. Et aprés, "trinquer et à la votre, Bsahtkoum, makra fel gheyara".       

  

 En effet, des énergumènes proches du courant islamiste tentent d’injecter leurs venins entre les joueurs évoluant en Algérie et leurs frères qui jouent à l’étranger. Se voulant connaisseurs et conseilleurs à la fois, les « déstabilisateur » préconisent du changement à l’entraineur national par un langage communautaristes pour ne pas dire extrémiste. Sans aucune honte, ces personnes ont écrit, je cite : « Ya Saadane, El hel, Rahou Fi Ouled Edar ». Traduction : « Saadane, la solution se trouve au niveau des enfants de la maison ».  

Pour ces mentalités arides,  seuls les joueurs évoluant à l’intérieur du pays sont considérés comme enfants du pays. Ne s’arrêtant pas là, les « déstabilisateur s » se sont permis de prendre des photos aux joueurs alors que ces derniers profitent de leurs séjours dans leurs pays pour ce distraire avec leurs frères et sœurs. Cet état de fait est une atteinte à la vie privée et n’a rien à voir ni avec le journalisme et ni avec autres choses. Un joueur est jugé sur le terrain mais pas sur sa vie privée. Et puis, est-ce le fait d’avoir dansé, chanter ou de se  rafraichir la gorge en compagnie d’amis, cela est considérés comme étant un crime ? Pourtant, ces mêmes personnes ont dans le passé glorifiés les mêmes joueurs après leur brillante qualification au mondial. Est-ce que ces joueurs sont considérés comme Algériens lorsqu’ils gagnent et ne le sont pas, lorsqu’ils perdent ?  De toute manière, ce n’est pas l’avis de la majorité du peuple Algérien qui a démontré à maintes reprises qu’il est toujours derrière son équipe pour le meilleur et pour le pire. Ce n’est pas donc une poignée d’affairistes ou de perturbateur qui peuvent nuire à l’image de ces joueurs et de l’équipe nationale.  Un proverbe dit : quand la caravane passe ………….

Abderrahmane Hakkar

Partager cet article

Repost 0

commentaires