Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 15:31
Existe-t-il un pacte entre la rébellion «touareg» et les islamistes armés, liés à Aqmi, (Al-Qaïda) au Maghreb islamique ? C’est en tout cas ce que laisse supposer les informations en provenance de l’ouest du Mali qui, depuis hier se trouve sous le contrôle total de l’entreprise terroriste.


aqmi 3.jpg

  

  

 

En effet, même si les responsables des «touareg» nient toute approche avec les combattants d’Aqmi, les informations en provenance de l’Ouest du pays indiquent qu’une union a mis aux prises les deux camps. Trois émirs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) se trouvent depuis hier au Nord du Mali, selon des informations dignes de foi. Abou Zéïd, Mokhtar Belmokhtar et Yahya Abou Al-Hammam, tous trois Algériens, ont participé à une rencontre entre Iyad Ag Ghaly (le chef du mouvement islamiste Ansar Dine) et les imams de la ville», a précisé la source. Aux imams, Iyad Ag Ghaly, une ex-figure des rébellions touareg des années 1990, a expliqué «qu'il n'est pas venu pour l'indépendance mais pour l'application de la loi islamique», selon un employé de la direction régionale du Trésor. La région a été prise par des rebelles touareg et des mouvements islamistes, qui depuis hier est sous le contrôle des islamistes armés d'Ansar Dine (défenseurs de l'islam) avec le soutien d'éléments d'Aqmi, selon des témoins. Ces deux groupes ont rapidement chassé les touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA). Le MNLA, qui se revendique laïc, ambitionne un Etat touareg, tandis que les islamistes veulent imposer la charia (loi islamique) sur l’ensemble du territoire Malien. A Tombouctou, les hommes d'Iyad Ag Ghaly font désormais la loi : ils récupèrent des biens volés et invitent les propriétaires à venir les récupérer, selon un témoin. Ils ont également arrêté et traîné en ville des jeunes ligotés qui s'apprêtaient à incendier un bâtiment public. Ils ont menacé la prochaine fois de couper des mains. Profitant du putsch à Bamako contre le pouvoir d'Amani Toumani Touré le 22 mars, les rebelles touareg, des militants islamistes, sans oublier des supplétifs du régime libyen rentrés au pays lourdement armés après la chute de Kadhafi en août 2011, sont passés à la vitesse supérieure. En trois jours, les trois capitales du nord, Kidal, Gao (nord-est) et Tombouctou (nord-ouest) sont tombées sans presque aucune résistance d'une armée malienne sous-équipée et désorganisée. Pour l’instant nous ne savons pas si les islamistes veulent progresser vers le sud et aller jusqu'à Bamako ? Pour l’instant, les islamistes et la rébellion touareg contrôlent l’Ouest du pays mais plusieurs indications indiquent que leurs objectifs consistent à conquérir Bamako et les autres régions du pays.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires