Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 23:33
  

La Grèce est toujours sans gouvernement et personne ne voit vraiment l’avenir de ce pays. La thèse d’une sortie de la zone euro commence à prendre forme et ce, même si une majorité de dirigeants politiques européens se garde bien de spéculer sur une telle issue.

 

grece 2.jpg

 

Le président grec n’a pas réussi à convaincre les partis politiques de former un gouvernement de coalition, et éviter ainsi de nouvelles élections qui pourraient conduire le pays à la faillite et la sortie de la zone euro. Le président Carolos Papoulias a réuni dimanche matin les trois partis arrivés en tête aux élections de dimanche dernier, la droite, le parti de gauche radical anti-rigueur Syriza et les socialistes, qui ont, tour à tour cette semaine échoué à former une coalition viable. Dans le cas où un processus pour former un gouvernement échoue, c’est vers d’autres élections que le pays se dirige. Hier, une porte-parole de la Commission européenne a déclaré, je cite : «Nous voyons le futur de la Grèce dans l’euro et nous voulons qu’elle reste dans la zone euro. C’est selon nous, la meilleure solution pour la Grèce, sa population et pour l’Europe dans son ensemble». Elle devait ajouter que la Grèce restera dans la zone euro mais il est évidemment important que le pays respecte les engagements qu’il a pris. Cette mise au point a été faite après une déclaration du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, qui a estimé la semaine dernière, sans la nommer, que la Grèce devrait quitter la zone euro si elle ne parvenait pas à respecter ses engagements. «Tout le monde doit respecter les accords», a-t-il indiqué, en soulignant que «c’est comme dans un club». «Je ne veux pas parler d’un pays spécifique, mais si un pays ne respecte pas les règles, mieux vaut qu’il parte». Dans l’incapacité de former un gouvernement depuis les législatives du 6 mai, Athènes s’achemine vers de nouvelles élections qui pourraient voir les opposants à l’austérité obtenir la majorité et entraîner le pays vers une possible sortie de la zone euro. Car sans application du plan d’austérité, le pays n’aura plus d’autre choix, ont martelé plusieurs responsables européens. Une solution doit impérativement être trouvée d’ici jeudi, date prévue de la première séance du nouveau parlement grec, faute de quoi de nouvelles élections seront convoquées pour le mois prochain.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires