Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 21:48

DEUX MOIS APRÈS L’ASSASSINAT DE CHOKRI BELAID, SA FAMILLE ET LES DIRIGEANTS DE SON PARTI MONTENT UNE NOUVELLE FOIS AU CRÉNEAU, ET ACCUSENT LE PARTI AU POUVOIR EN TUNISIE ET LE QATAR D’AVOIR COMMANDITÉ LE MEURTRE DU PRÉSIDENT DU PARTI DES DÉMOCRATES UNIFIÉS. 



  Photo : La rue Tunisienne réclame la vérité sur l'assassinat de chokri Belaid 

 Quelques heures seulement après l’assassinat de Chokri Belaid , la famille du défunt et surtout son épouse ont immédiatement pointé du doigt les dirigeants islamistes d’Ennahda en Tunisie. Deux mois après cet événement, la famille Belaid et les responsables du PPDU persistent et signent : le mouvement dirigé par Rached Ghannouchi et le Qatar seraient derrière son assassinat. Le frère du défunt Chokri Belaïd a indiqué, dans un entretien accordé à un quotidien, que deux membres du mouvement Ennahdha sont impliqués dans le meurtre et que le Parti des patriotes démocrates unifiés détient des preuves qu’il révèlera prochainement. Hier, Abdelmadjid Belaid a confirmé sur le plateau d’une télévision avoir eu des informations de sources dignes de confiance concernant l’identification d’un véhicule qui aurait été utilisé lors du meurtre du président du PPDU. Il a déclaré qu’il s’agissait d’une estafette qui a servi à transporter le tueur ainsi que sa moto. Ce dernier a précisé que le véhicule appartient à une société qatarie implantée à Tunis dont le gérant est membre du parti islamiste Ennahda. Au cours de son intervention, le frère du défunt a indiqué qu’il s’étonnait que le juge d’instruction en charge du dossier de l’assassinat refuse d’auditionner le mis en cause et ce, malgré l’insistance du groupe de défense. De son côté, Mohamed Jemour, secrétaire général-adjoint du Parti des patriotes démocrates unifiés, a affirmé, lors de la conférence de presse tenue mardi 2 avril 2013, qu’ils ont présenté au juge d’instruction le numéro de matricule de la voiture utilisée dans l’assassinat : « Jusqu’à présent, nous attendons une réaction de la part du juge d’instruction !» M. Jemour a précisé, en outre, que le numéro de matricule était 138 Tunis 3583 et que l’un des actionnaires dans la société propriétaire de cette voiture est un membre influent du mouvement Ennahdha. Selon d’autres sources, deux véhicules auraient été identifiés dont l’un tunisienne et appartenant à l’entreprise qatarie «l’Oasis». Zied Lakhdar, secrétaire général d’El-Watad, a privilégié la thèse de l’implication de l’Etat du Qatar dans l’assassinat de Chokri Belaïd et a pointé du doigt le manque de sérieux du gouvernement dans cette affaire. Nous apprenons également que les avocats de la défense du martyr Chokri Belaid ont réclamé au juge d’instruction du tribunal de première instance de Tunis l’émission d’un mandat d’amener à l’encontre du chef actuel du gouvernement, Ali Laârayedh, comme l’exige la loi. La défense estime qu’après deux convocations sans suite, le juge d’instruction est en droit et a le devoir d’émettre un mandat d’amener dans la mesure où le chef du gouvernement ne bénéficie d’aucune immunité. Pourquoi le Qatar serait-il impliqué dans l’assassinat de Chokri Belaid ? Selon des proches, des politicologues et des médias tunisiens, le président du PPDU, un opposant au régime islamiste en Tunisie, n’a jamais caché son arrogance aux dirigeants du Qatar. Si Chokri Belaid avait à maintes reprises affiché son rejet à l’ingérence de Doha dans les affaires intérieures de la Tunisie, ses dernières déclarations auraient été fatales pour lui. Quelques heures avant sa mort, Chokri Belaid a accordé une interview au journal Al-Khaliij (le Golfe) qui parait à Sharjah. Il a employé l'expression «crime politique» seize fois et affirmé que ce qui se passe en Syrie est une conspiration israélo-américaine soutenue par les pays du Golfe, et qu'Ennahda préparait des plans terroristes en Tunisie. Chokri Belaid est l'un des rares hommes politiques tunisiens à avoir violemment critiqué le Qatar, indiquant que les islamistes d’Ennahda sont aux ordres de Doha. Il a également déclaré qu’il était au courant des armes que le Qatar aurait fait entrer en Tunisie. «Des propos largement suffisants aux islamistes pour le liquider physiquement», a indiqué le professeur Bassam Tahan. Pour l’instant, la question demeure officiellement sans réponse et ce, dans l’attente des suites de cette affaire, si elle y en aura, bien sûr. Nous apprenons qu’à la demande de la famille de Chokri Belaid, le ministère public près le tribunal de première instance de Tunis a décidé de faire bénéficier Mme Basma Khalfaoui, veuve de Chokri Belaid et ses deux filles, d’une protection officielle rapprochée.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires