Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 22:58

L’émir de l’organisation terroriste Al-Qaïda a appelé le peuple du Yémen à se rebeller contre leur nouveau président Abd Rabo Mansour Hadi.

AYMAN_~1.JPG
Comme à ses habitudes, Adhawahri a accusé le président du Yémen d’être un agent de la CIA. Dans un enregistrement vidéo mis en ligne sur de nombreux sites «djihadistes», le chef de la nébuleuse organisation terroriste a incité le peuple du Yémen à se rebeller contre leurs dirigeants, les accusant d’être les produits du régime de l’ex-président Ali Abdallah Salah. Il a en outre demandé aux yéménites de soutenir les éléments liés au Péninsule arabique qui activent dans le Sud pour instaurer la loi islamique. L’intervention d’Adhawahri intervient au moment où l’armée yéménite mène une vaste offensive contre les terroristes d’Al-Qaïda pour reprendre deux villes qu'ils contrôlent depuis l'an dernier dans la province sudiste d'Abyane. «Il faut prendre conscience de ce qui se passe autour de vous», a déclaré le chef d'Al-Qaïda à l'adresse des Yéménites, qu'il a exhortés à «nettoyer le pays des politiciens corrompus et des vampires qui sucent le sang du peuple». Basée au Yémen, l'Aqpa est née d'une fusion des branches yéménite et saoudienne du réseau en janvier 2009. Il a renforcé son implantation dans le sud et l'est du pays à la faveur de la contestation qui a emporté M. Saleh. M. Hadi, qui lui a succédé en février, s'est engagé à combattre sans répit Al-Qaïda. «La décision du Yémen de poursuivre les éléments terroristes est irréversible», a assuré le Président en recevant dimanche à Sanaâ John Brennan, conseillé du président américain Barack Obama pour la sécurité nationale. Avant de démissionner, Ali Abdellah Salah a vainement tenté de convaincre l’opinion internationale que son pouvoir combattait Al-Qaïda. L’ex- Président a même fait l’objet d’une tentative d’assassinat. Il a été grièvement atteint lors d’une attaque de son palais présidentiel en juin 2011. Abdallah Salah a accusé le Qatar de vouloir déstabiliser le Yémen. Après avoir longuement résisté, Ali Abdelah Salah a finalement jeté l’éponge au mois de février 2012. Son départ n’a pas ramené la paix comme s’y attendait le Qatar et l’opposition du Yémen. Malgré avoir été élu démocratiquement, l’actuel président du Yémen est confronté non seulement à la même opposition de l’ancien régime mais aux terroristes d’Al-Qaïda.

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires