Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 18:50
  • Neuf personnes ont été appréhendées par les éléments de la brigade mobile de la police judiciaire dans la région de Tadmaït (wilaya de Tizi-Ouzou). Des documents subversifs et des pièces d'identités en possession des personnes arrêtées ont été récupérés par les forces de police. L'interpellation des mis en cause a fortement soulagés les habitants de cette contrée qui ont beaucoup souffert des affres du terrorisme.




     

    Selon des informations dignes de foi, la vigilance des citoyens et leur étroite collaboration avec les services de sécurité ont permis à l'arrestation des membres de ce réseau. "Pour la sécurité de tous, notre devoir consiste à aider les services de sécurité dans leur combat contre le terrorisme" devait déclarer un citoyen de la localité. Cinq membres du groupe ont été écroués par le magistrat instructeur alors que le reste a été libéré provisoirement, avec pour charge de se présenter régulièrement devant les locaux des services de police jusqu'à la fin de l'enquête et leur présentation devant le tribunal pour y être jugés pour les faits dont ils sont accusés. Par cette nouvelle arrestation, les forces de sécurité viennent de réussir un grand coup au aux groupes terroristes, affaiblis et par les différentes opérations de ratissage et par les redditions multiples de leurs chefs. Durant ces dernières 48 heures, un dangereux "émir" en l'occurrence Ali ben Touati dit Abou Tamim s'est rendu avec armes et bagages aux mains des services de sécurité. Ben Touati était le chef de la nébuleuse phalange de "Katibat el Ansar". Le chef terroriste a indiqué aux forces de sécurité que plusieurs éléments armés s'apprêtaient à se rendre dans les prochains jours. A ce même sujet, le chef terroriste a également donné des informations précieuses aux éléments des forces de sécurité, qui pourraient les aider à mettre hors d'état de nuire de nombreux terroristes.
    Maatoub Lounes
Repost 0
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 12:50


 
              
   

RETENUE EN OTAGE,  L’ORGANISATION DES  NATIONS UNIES DOIT PROTEGER LA POPULATION CIVILE DE GHAZA.

Comme nous l’avons donné dans nos précédents papiers, malgré les milliers de mort, la paix à Gaza est très loin à se dessiner. Le cessez le feu unilatéral n’a pas été respecté et chaque partie tire la couverture de son côté. Des roquettes et des missiles ont été de nouveau lancés en direction des territoires israéliens. Des groupes armés du Hamas ont également procédé à des opérations militaires à l’encontre des soldats israéliens. En riposte, l’armée Israélienne à tuer deux palestiniens durant ces deux  48 heures. L’aviation a également bombardé des lieux situés prés de Rafah (frontières Egyptiennes) visant des tunnels, utilisés selon Israël, pour l’acheminement des armes. Les dirigeants du Hamas à l’abri des bombardements et qui se trouvent au Liban, en Syrie et dans d’autres capitales continuent de souffler sur les cendres et appels à la résistance, au Djihad et à plus de sang. De son côté, le Ministre de la défense Israélien a une nouvelle fois menacé de riposter aux tirs des roquettes et de missiles. Ces déclarations indiquent qu’une nouvelle offensive  sur Gaza précédée par des bombardements aériens. Le seul moyen d’éviter une seconde boucherie, il est demandé à l’organisation des nations Unies d’aider les civiles à quitter la ville de Gaza. Des camps de réfugiés pourraient êtres  dresser en extrême urgence pour accueillir  les civiles. Ces camps seront destinés aux enfants, femmes et vieillards en premier lieu et en second aux civils désirant fuir la ville. Bien entendu, pour des mesures de sécurité pour les refugiés et afin d’éviter aux camps d’être infiltrés par des groupes armés, les cantonnements devraient être contrôlés et protéger  par les forces de maintien de la paix des Nations Unis. Des milliers de palestiniens civiles servent de bouclier humain pour les groupes armés liés au Hamas. Par peur, les citoyens palestiniens à Gaza ne peuvent même pas manifester leurs souhaits et leurs désirs de quitter la ville vers d’autres cieux pour se protéger des bombardements de l’armée Israélienne. En collaboration avec l’Egypte, l’O.N.U devrait aider et sécuriser les itinéraires pour l’acheminement des civiles. Ces camps seront installés provisoirement dans divers lieux et ne seront levés qu’après l’instauration d’une paix définitive à Gaza. L’état israélien devrait respecter le cessez le feu durant cette opération.  Sur  le plan politique  et pour une paix durable, l’ensemble des  groupes armés et milices doivent être dissoutes. Il devrait avoir en Palestine un seul état avec un seul gouvernement et une seule armée. Si toutefois cet état de fait ne pourrait pas avoir lieu, la nomination par des sages d’un Haut conseil d’état Palestinien est vivement recommandée.  Ce conseil d’état aurait pour tache, la préparation des élections présidentielles et législatives. Les membres du conseil ne pourront pas se constituer candidats aux diverses élections. En somme, l’urgence consiste à protéger rapidement des civiles Palestiniens dans des camps de réfugiés sous l’égide des forces de maintien de la paix des Nations Unis.

Abderrahmane Hakkar                        

Repost 0
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 13:23

Pour que nul n’oublie. Il y a exactement 12 ans, nous quittait Abdelhak Benhamouda assassiné par des mains criminelles un certain 28 janvier 1997. Ce jour là, vers les coups de 13 Heures 30, malgré les menaces, dont il a fait l’objet, Benhamouda comme un lion quittait la Maison du Peuple, le siège de l’UGTA, la centrale syndicale. Avant de monter dans son véhicule, des criminels surgissent et ouvrent le feu sur lui. Atteint d’une pluie de balles, «l’Homme» avec un grand H réussi à riposter à l’aide de son révolver, atteignant ses assaillants, qui prennent la fuite, en direction du quartier de Belcourt. Touché par plusieurs balles, Benhamouda tombe dans les bras d’un de ses compagnons en prononçant «Khouya Kamel, Khadaouna». Oh frère Kamel, on a été trahis. Le garde du corps de Benhamouda, son chauffeur et le gardien du siège sont tombés également en martyrs. Avant ce drame, Benhamouda a échappé de justesse à ses tueurs en 1993 au niveau de la cité Garady, à Kouba. En 1994, la haine des criminels les a poussés à assassiner son frère et son oncle à Constantine. Une journée avant son assassinat, Benhamouda était l’invité de la Radio nationale Chaîne 1 à 12 Heures. Les auditeurs, qui ont eu l’honneur d’écouter son intervention à la Radio, ont été convaincus de faire face, pour stopper la machine infernale des intégristes, seules et uniques solutions pour sauvegarder l’Algérie républicaine et démocratique. Les assassins de feu Benhamouda et de ses compagnons ont été jugés le 04 janvier 2005. La chambre criminelle du tribunal d’Alger a condamné à mort les 05 islamistes en l’occurrence Benzadi Djaafar, Samir Kamli, Djamel Sabr, Oulah Bachiri et Djamel Djimidi, qui étaient tous membres du groupe terroriste du FIDA.(Front Islamique pour le Djihad Armé. Durant ce procès, en l’absence d’une partie civile, l’avocat de Benhamouda ayant déclaré au président du tribunal que la valeur de Benhamouda et son combat pour l’Algérie, c’est le peuple algérien, qui aurait dû se constituer partie civile. Benhamouda, l’instituteur, le directeur, le cadre de la Fédération des Enseignants, le Secrétaire Général de l’UGTA, le valeureux défenseur de l’Algérie n’est pas mort. La preuve: ses projets ont été réalisés et l’Algérie est restée debout. Repose en paix Abdelhak, les Algériens sont témoins de ton patriotisme et de ton amour pour l’Algérie.
Abderrahmane Hakkar

Repost 0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 18:46

Des correspondances frappées du logo de la branche dite ’’Al-Qaïda au Maghreb islamique » ex- G.S.P.C (Groupe islamique pour la predication et le combat) en Algérie,  rédigées en langue arabe et expédiées aux divers médias, dément l’information de la mort de plusieurs dizaines de terroristes dans les maquis de la région de Boumerdes et de Tizi-Ouzou(Algérie).

Selon le contenu du courrier, la mort par la peste de plus d’une quarantaine d’éléments armés est inexacte. Les signataires de cette communication  accusent les services de sécurité d’avoir donnée cette information, selon eux pour faire peur aux nouveaux recrues de regagner les maquis. Toutefois, la correspondance n’a pas pu être authentifier, les moyens informatiques sophistiqués permet à n’importe qui de faire de même. Néanmoins, nous pourrons lire entre les lignes pour dire que les auteurs du courrier, voulaient faire d’une pierre deux coups à savoir : démentir l’information  et faire croire aux éventuels "jeunes vulnérables égarés" que dans les maquis se trouvent des complexes tels que les « Strasphere las vegas, Hilton, Hôtel North Island, Hôtel Cipriani de Venise etc.  La mort de plusieurs dizaines de terroristes dans les maquis a été donnée par plusieurs médias que se soit en Algérie où à l’étranger. Si les causes des décès ont été attribuées à la peste, certaines informations parlent de la manipulation d’armes chimiques des mains des terroristes qui a mal tournée. Quelque soit l'origine de la mort des dizaines de terroristes dans les maquis de boumerdes et Tizi-Ouzou, des informations émanent récement de repentis indiquent que d’autres régions ont été infestés et plusieurs éléments armés ont été contaminés. Facheuse et mauvaise informations pour les terroristes,  leurs accolytes et ceux qui les soutiennent.  
Hasni Chakroun (dit cheb Hasni)

Repost 0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 18:42

 
                                                                                                                             Selon des informations émanent de plusieurs cadres Palestiniens dont Yasser Abd Rabou, des dizaines de citoyens résidant à Gaza ont fait l’objet d’arrestation et furent exécuter par les miliciens de «Hamas».
Les mis en cause sont accusés de  collaboration avec l’ennemi. Parmi ces personnes, un citoyen a été assassiné sur place et ce après avoir été accusé d’avoir aidé l’armée Israélienne à localiser le lieu où se trouvait Said Sayem qui a trouvé la mort dans un raid Israélien. Sans aucun jugement et sans que les personnes puissent êtres défendues par des avocats, les personnes pointées du doigt par le «Hamas » furent exécuter. Les mêmes informations émanent de palestiniens à Gaza ajoutent que plusieurs citoyens arrêtés par les milices de « Hamas» ont été torturés dans des salles de mosquées, universités et hôpitaux. On s’attendait à cet état de fait ont indiqué des sympathisants du parti « Fath » indiquant qu’il ne s’agit que de règlement de compte inter-palestinien. Interrogé à ce sujet, plusieurs chefs de « Hamas » ont indiqué que les personnes arrêtées sont des collaborateurs des Israéliens sans fournir de précision. Un proverbe dit « qui veut noyer son chien, l’accuse de rage ».

Repost 0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 16:09

images GAZA.jpg
Quelques heures seulement après le cessez le feu, Israël triomphe et les combattants de Hamas font de même en criant « victoire ». Mais qui est le perdant alors ? La population Gazaouite bien sur. L’offensive de l’armée Israélienne sur Gaza a fait plus de un millier de mort, autant de familles endeuillées, plus de 5000 blessés et une ville à moitié détruite.
Selon un bilan provisoire, 20 Milles bâtiments ont été endommagés dont 400 totalement détruits. 48 bâtiments gouvernementaux, 30 commissariats, 20 mosquées, 18 écoles, 3 cliniques ont également été ravagés. Les destructions ont été évaluées à plus d’un milliard de dollars selon le bilan provisoire. Comme rien ne s’était passé, les dirigeants de « Hamas » annoncent que leur « gouvernement » a repris du service. En parallèle, un autre gouvernement est toujours en place à Ramallah. Sur le terrain, « l’état » Palestinien se retrouve avec un président dont le mandat a expiré et avec deux gouvernements parallèles. Les états arabes dont l’arabie Saoudite, la Jordanie et d’autres pays s’apprêtent à verser plusieurs millions de dollars pour la reconstruction de Gaza. Pourtant, le conflit n’est pas encore fini, le «Hamas » est toujours là et Israël menace de reprendre les bombardements sur Gaza pour répliquer aux tirs de roquettes, de missiles, d’attentats ou d’enlèvements de soldats. Pourquoi alors reconstruire une ville sur le point d’être détruite à n’importe quel moment ? En somme, après la mort des milliers d’être humains, voilà un cessez le feu fragile et une crise interpalestienne qui se poursuit. Comme rien ne s’était passé, on efface tout et en recommence à Zéro.
Abderrahmane Hakkar

Repost 0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 16:39

 

Incroyable mais vrai! Au moment où le monde entier souhaite l’arrêt des combats et les bombardements sur la ville de Gaza, des dits « oulémas » incitent les combattants de Hamas et des autres milices Palestiniens à rejeter le cessez le feu et de continuer le « Djihad ». Cela arrive au moment où des
centaines de Palestiniens pleurent leurs morts
et continuent de retirer les dizaines de
cadavres sous les décombres.  
Parmi les signataires de cet appel figurent des personnalités islamistes telles que Youssef Al-Qaradawi président de la Fédération mondiale des savants musulmans. El Qaradawi a déclaré que la résolution de condamnation ne suffit pas et ne répond pas aux besoins de la population Palestinienne. « Nous devons rester fermes et prendre les mesures qui s’imposent contre les dirigeants d’Israël et leurs peuples » a t’-il ajouté. L'imam et prédicateur de la Grande Mosquée de la Mecque le cheikh Salah ben abdellah ben hamid ( photo au centre ) a quant lui déclaré qu’il est déraisonnable de laisser le peuple palestinien seul face à son sort. Plusieurs autres «chouyoukhs » de l’arabie Saoudite et du Yémen ont appelés les combattants de Hamas et les autres milices de poursuivre le combat. Certains islamistes ont trouvé le moyen de crier victoire, ils  félicitent les combattants du Hamas pour leur courage et invitent les autres combattants à retrouver Said Sayem au Paradis. Pour les « oulémas », le millier de victimes de la population de Gaza reste insuffisant, ils veulent encore plus de sang, plus de mort, plus de destruction et plus de Deuil. Enfin, les «oulémas» n’ont pas manqué de tirer à boulets rouges sur les dirigeants des pays arabes et Musulmans, les accusant de trahison. Il est évident pour les islamistes que toute personne qui voulait le cessez le feu ou la paix est selon eux un apostat, un  impies et un traître. C’est normal, les signataires de cet appel se trouvent avec leurs familles très loin des bombardements. « Après moi, le déluge » dit un certain proverbe.      

Abderrahmane Hakkar

Repost 0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 16:25
Il n’a que 35 ans, il est propre de corps, d’esprit et de tenues vestimentaires. Le défunt qui a terminé son service à l’aéroport d’Alger a pris le volant de sa voiture pour rejoindre sa pauvre femme et ses enfants à Ain défla.
Malheureusement, la victime a fait une très grande erreur celle de circuler de nuit car malgré l’amélioration de la situation sécuritaire, les "talibans d’algérie" tels des loups affamés quittent leurs grottes pour dresser des faux barrages dans les différentes routes d’Algérie. Au milieu de la nuit, croyant à un vrai barrage militaire, le douanier a exhibé  sa carte professionnelle pour pouvoir passer tranquillement. L’innocent douanier fut traîné de force hors de sa voiture par plus d’une dizaine de sanguinaires avant qu’il ne soit sauvagement égorgé. Alertés, les services de sécurité se sont dépêchés sur les lieux mais c’était déjà trop tard, les criminelles ont profité de l’obscurité pour disparaître dans la forêt. Impossible pour les éléments des forces de sécurité de poursuivre les meurtriers car comme à leurs habitudes, les assassins couvrent leur fuite en sèment derrière eux des engins explosifs. Mais cela ne veut pas dire que leurs crimes demeurent impunis, il viendra le jour où ils paieront de leurs actes soit des mains des forces de l’ordre soit des mains de la justice. Une chose est sur, les citoyens Algériens doivent toujours être vigilant et ne doivent pas voyager durant la nuit. Il est demandé également aux citoyens d’informer les services de sécurité en cas où ils sont en possession d’informations ou de renseignements sur les sanguinaires où sur ceux qui les aident.

M’hamed Boukhebza





Repost 0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 10:10

Au nom de la religion, des voix se sont élevées ces derniers jours en Algérie appelant à la violence à l’encontre des initiateurs d’un projet de loi portant abolition de la peine de mort. En effet, un député algérien a déposé une proposition de loi portant abolition de la peine de mort auprès du Bureau de l'assemblée Populaire Nationale. Ce dit projet co-signé par des plusieurs parlementaires, est soutenu pour le groupe du parti du R.C.D. La démocratie  en Algérie et dans le monde garantit aux opposants de donner librement leurs avis tout en respectant bien sur les opinions des autres. Malheureusement, certaines personnes veulent toujours imposer leurs propres lois en utilisant comme d’habitude la religion. Afin de s’imposer, ils ne manquent pas également d’utiliser des vieilles expressions antidémocratiques à savoir « celui qui n’est pas avec nous est considéré d’office contre nous, donc il n’est pas de chez nous». Ces mêmes personnes sont allées plus loin de cela en accusant gravement les initiateurs du projet de l’abolition de la peine de mort. « Ceux qui veulent abolir la peine de mort sont des apostats, ils ne doivent même pas être enterrés dans les cimetières Musulmans». Nous avons  repris ici, les déclarations de ceux qui refusent les idées des autres en employant toujours la religion pour appeler au meurtre à l’encontre de ceux qui ne partagent pas leurs opinions. Si cela n’est pas de l’incitation au meurtre, c’est quoi alors ? De quel droit ces personnes voulaient faire taire la voix des autres ? Même s’ils ne sont pas d’accord avec leurs idées, l’incitation à la violence et l’appel au meurtre ne doivent en aucun cas avoir lieu. Il faudrait également savoir que les êtres humains sont tous pareil et nul ne peut monopoliser ou de parler au nom d’une religion. Que ces personnes doivent savoir que l'Algérie est un pays démocrate, la liberté d'expression a été acquise haut la main et nul ne peut imposer ses idées ou ses opinions par la force. A bon entendeur ........    

Abderrahmane Hakkar
Repost 0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 09:42

« Je me suis retiré de la politique en 1998 et je n’ai pas l’intention de revenir ». Telle est la décision de l’ex-Président de la République Monsieur Liamine Zeroual, au sujet de son éventuelle candidature aux élections Présidentielles.  Liamine Zeroual qui à réussi de gouverner le pays dans une période très dramatique et ce en faisant face à l’avancée de l’intégrisme et le dictât des Islamistes qui voulaient par n’importe quel moyen de renverser la République pou y  instaurer une « Dawla islamiya ». Malgré les menaces, les assassinats collectifs, l’embargo militaires et financier,  Liamine Zeroual n’a pas abdiqué et a réussi à maintenir debout, un pays que tout le monde le voyer « ko ».  En 1998, Liamine Zeroual a démontré au monde entier que l’Algérie est une république démocratique avec preuve à l’appuie : son départ volontaire de la Présidence.  Un départ qui a fait rougir les pays les plus développés qui avait auparavant une mauvaise idée sur l’Algérie. En refusant de se présenter aux prochaines élections, Zéroual a voulu dire « non au régionalisme ». Il a voulu dire aussi : «  je suis sorti par la grande porte, je ne veux pas tenter de revenir par la fenêtre.»  Zeroual  a voulu également faire passer le message suivant : «  Un pays ne peut être fort que par ses institutions ».  L’ex- Président a bien  voulu expliquer  que la politique n’est pas moyen pour régler des comptes avec quiconque mais un système pour bien savoir gouverner un peuple et pour gérer un pays.

Abderrahmane  HAKKAR  

Repost 0