Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 14:52
 

Nous apprenons que les forces de polices Tunisiennes continuent de rechercher activement un journaliste de la Télévision privée " Al-Hiwar Atounssi". Le journaliste en question Boukadous Fahem est accusé d'incitation à l'ordre public, d'appartenance à une association de malfaiteur et ce en assurant la couverture des Événements de Sfax.  
Notre confrère Boukadous est rentré dans la clandestinité depuis le 05 juillet dernier. L'organisation Reporters Sans Frontière a demandé l'arrêt des poursuites judiciaires engagées contre 
Fahem Boukadous. 
 " Pour avoir assuré la couverture médiatique des manifestations populaires dans la région minière de Gafsa (350 km au sud de Tunis) en 2008, ainsi que sa collaboration avec des médias étrangers qu'il avait mis en contact avec des syndicalistes, lui valent d'être recherché par les forces de l'ordre" a indiqué R.S.F 
Me Radhia Nasraoui, présidente de l'association de lutte contre la torture en Tunisie (ALTT), a rencontré, le 11 novembre 2008, une délégation de Reporters sans frontières à Tunis. "Il est reproché à Fahem Boukadous, dans l’acte d’accusation, d’avoir établi des contacts avec les manifestants pour ses reportages. Chaque fois que son nom est mentionné, c’est en lien avec ses activités professionnelles de journaliste", a indiqué l’avocate.  "Les autorités tunisiennes ne peuvent continuer à rappeler leur attachement à la liberté de la presse à chaque grande commémoration nationale, alors qu’un journaliste est contraint de se cacher. La faible couverture médiatique d’un événement aussi important que le mouvement social de Gafsa illustre la faible marge de manœuvre des médias tunisiens, dès qu’il s’agit de traiter de l’actualité politique nationale", a déclaré Reporters sans frontières. "Fahem Boukadous s’est trouvé au bon moment et au bon endroit pour témoigner de ces troubles sociaux. L’acharnement des autorités l’a poussé à abandonner son travail pour éviter une arrestation certaine. Nous demandons l’abandon des charges retenues contre le journaliste pour qu’il puisse retrouver sa famille et reprendre sa mission d’information", a ajouté l’organisation. 
Une délégation de Reporters sans frontières s’est rendue dans la capitale tunisienne du 10 au 12 novembre 2008. Un rapport de mission, faisant état des pressions subies par la presse d’opposition et les journalistes indépendants, sera prochainement publié sur le site de l'organisation. Plusieurs organisations et associations pour la défense de la presse dont le Collectif des journalistes Algériens en France ont demandé aux autorités Tunisiennes de veiller à ce que cessent les intimidions, les provocations et les poursuites judiciaires contre les journalistes.   

Tahar Djaout

Repost 0
hakkar abderrahmane
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 17:16


Dans le cadre de la lutte antiterroriste plusieurs groupes islamistes a été appréhendés par la police Espagnole durant ces derniers mois . Les individus arrêtés auraient couvert des terroristes impliqués dans les attentats du 11 mars 2004 à Madrid. Selon des sources médiatiques, les personnes mis en cause  seraient tous d’origine Marocaine. L’information a été confirmée par les services du Ministère de l'intérieur Espagnol. L’opération des arrestations a été  effectuée en Catalogne (nord-est), à Madrid et en Andalousie (sud). Selon le communiqué de Ministère de l’intérieur les individus interpellés sont soupçonnés "d'avoir couvert et aidé à fuir" cinq des personnes "impliquées dans les attentats islamistes du 11 mars" 2004 à Madrid qui ont fait 194 morts. Cette opération, menée par la police nationale espagnole, est dirigée par le juge Baltasar Garzon de l'Audience nationale, le tribunal antiterroriste espagnol a indiqué une source judiciaire. La même source a ajouté que l’opération intervient dans le cadre d'une enquête ouverte en 2005, qui avait permis le démantèlement en Espagne d'une "structure terroriste qui s'occupait d'endoctriner, de recruter, de financer et d'envoyer des terroristes en Irak, avec pour mission de perpétrer des actions terroristes. Toujours et dans le cadre de la lutte antiterroriste, le  31 octobre 2007, l'Audience nationale avait condamné 21 des 28 accusés des attentats contre des trains de banlieue de Madrid, le pire carnage terroriste jamais commis en Espagne, dont trois à des peines record de 40.000 ans de prison, limitées dans la pratique à 40 ans chacun. Plusieurs opérations policières avaient déjà été menées ces derniers mois en Espagne dans les milieux islamistes, particulièrement en Catalogne. Au début de l'année, la garde civile avait démantelé un groupe d'islamistes radicaux, majoritairement pakistanais, soupçonnés de préparer un attentat à Barcelone. Dans le mois de juin passé, huit islamistes d’origines algériennes  avaient été arrêtés à Barcelone. Malgré les diverses arrestations opérées par la police, l’Espagne demeure toujours la cible des terroristes liées à l’organisation d’Al-Qaïda. Ainsi aprés l'Algérie, le Maroc, l'Egypte, la Syrie, la France, l'Espagne et la Grande Bretagne, le terrorisme islamiste est aujourd'huit un "tsumani" qui n'a pas de frontiére. La lutte antiterroriste n'aurait pas de résultat sans l'éradication totale de ce fléau à partir de ces racines.

Daniel Pearl

Repost 0
hakkar abderrahmane
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 16:06

  

Une jeune fille accusée d'adultère a été atrocement assassinée par plus de 50 hommes sur ordre du dit "tribunal islamique"en Somalie. Selon des témoignages, la pauvre femme a été enterrée vivante jusqu’au cou avant que 50 hommes ne s'acharnent sur la pauvre dame en la massacrant à l'aide des grosses pierres. Ce drame a eu lieu dans la journée du lundi dans la ville portuaire de Kismayo. Cette ville qui échappe au contrôle du gouvernement en place est contrôlée par des islamistes depuis le mois d'août passé.

Les mêmes témoignages ajoutent que des milliers de somaliens ont assisté à ce meurtre dont a été victime la malheureuse Aïcha Ibrahim.  Avant qu'elle ne soit massacrée, un islamiste en l'occurrence Monsieur       " Hayakallah" qui portait une barbe jusqu'au ventre a déclaré à la foule je cite : "Madame Aïcha a reconnue les faits qui lui ont été reprochés et elle a  demandé au tribunal de la condamner pour qu'elle soit purifié". Selon le dit "cheikh" , la pauvre dame a entretenu des relations sexuelles extra-conjugales et méritait la punition adéquate selon la charia. La ville de Kismayo a été prise le 22 août par une coalition de combattants fidèles au leader islamiste Hassan Turki, dont le nom figure sur la liste américaine des financiers du terrorisme, et de "shebabs", le principal groupe de combattant extrémistes en Somalie.

Depuis, une nouvelle administration a été mise en place dans la ville et a commencé à mettre en application une forme très stricte de la Charia. "Cet après-midi, nous disons à la population de Kismayo que nous appliquons une punition très rare dans cette région et qui constitue une première à Kismayo", a ajouté le Cheikh Hayakallah dans son adresse à la foule. Les caméras et autres appareils photos étaient interdits lors de cette exécution publique à laquelle ont pu assister des journalistes de presse écrite et de radio.

Ce n'est pas uniquement en somalie que des femmes et des hommes sont atrocement assassinés par de telle manière, d'autres pays à l'image de l'Arabie Saoudite et de l'Iran continuent malheureusement sans impunité de pratiquer cette méthode inhumaine et qui constitue une véritable atteinte aux droit de l'homme.

 Ait-Mébarek Allaoua  

Repost 0
hakkar abderrahmane
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 15:55

  

La direction générale de l’algérienne des Eaux a procédé à un mouvement partiel qui a touché plusieurs directeurs d’unités  opérant dans les différentes zones du pays. L’algérienne des eaux (A.D.E) est un établissement public national à caractère industriel et commercial. L’établissement a été crée par le décret exécutif N° 01-101 du  21 avril 2001.  L’établissement est placé sous la tutelle du Ministère chargé des ressources en eau dont le siège est Alger. Parmi ces permutations, le  directeur de  l’unité de Khenchela Monsieur Bouchriha Abdellah  a été  désigné en qualité de directeur d’unité à Souk Ahras. De son côté Monsieur Tahar Serrar a été nommé dans les mêmes fonctions à la tête de l’unité de Khenchela. Le directeur de zone de Souk-ahras avec qui nous avons pris attache n’a pas manqué de nous déclarer que la situation au niveau de l’unité de Souk Ahras a été redressée depuis décembre 2007. Le directeur de zone n’a pas manqué également de nous apporter un démenti à l'information portant le détournement  de deux transformateurs d’une valeur de 2 millions de dinars. Le même responsable a complètement rejeté les mêmes informations concernant l'A.D.E de Souk ahras relatives à un éventuel trou de 30 millions de dinars, au niveau de  la gestion des fonds des œuvres sociales. Néanmoins le directeur en question  nous a bien confirmé la disparition de plus de 400 compteurs, précisant que le dossier se trouve entre les mains de la justice. A niveau de l’unité de Khenchela, la permutation a été opérée sur  fond de  protestations et de contestations ouvrières. Il y a quelques jours, la justice a rendu son verdict dans une affaire de détournement de fonds de plusieurs millions de dinars. Le tribunal de khenchela qui a statué sur cette affaire a condamné par contumace, l’auteur principal à 5 ans de prison ferme assorti d’une lourde amende. Selon des sources concordantes, l’accusé aurait quitté le pays pour un pays voisin alors que d'autres indiquent qu'il aurait rejoint un groupe terroriste dans les maquis de « Djebel al djorf » dans la wilaya de Tébessa. L'audience a eu lieu également en l'absence des témoins qui selon certaines reçus des menaces de mort. Dans ce même cadre et au niveau de cette même unité, plusieurs affaires demeurent en suspend telles que le vol d’un camion Neuf d'une valeur de 165 millions de centimes et la disparition énigmatique de plusieurs micro-ordinateurs du siège administratif. L’unité des eaux de Khenchela  souffre financièrement et n’arrive même pas à assurer régulièrement les salaires des travailleurs. Il est de mêmes pour les autres fournisseurs et autres organismes tels que : la Sonelgaz, la C.N.A.SA.T,  les impôts  et les recettes des contributions diverses où elle demeure endettée jusqu’au  cou.  Un  bras de fer oppose toujours les travailleurs de l’agence d’une part et les cadres gestionnaires de l’autre. Des travailleurs avec qui, nous avons pris attache montrent du doigt les dirigeants de l’entreprise d’être à l’origine des problèmes et pointent du doigt des personnes étranger à l'entreprise. Pour en savoir plus à ce sujet, nous avons essayé de joindre le directeur de l'algérienne des Eaux "Zone de  Batna" mais en vain.

Ait Mébarek Boukhzar

Repost 0
hakkar abderrahmane
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 15:50

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur overblog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog.

Bon blogging

L'équipe d'overblog

PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs overblog

Repost 0
hakkar abderrahmane
commenter cet article