Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 12:50
Décès de l’ex-sénateur-maire Khellaf Mahmoud (RND) : La wilaya de Khenchela en Deuil

Khellaf Mahmoud, l’ex-sénateur de Khenchela et l’ex Maire de la commune de Tamza a quitté ce monde à l’âge de 57 ans. La disparition du «Père des pauvres» ou de « Si Mahmoud El Akel», le gentil, comme le surnomment les citoyens a endeuillé les habitants des quatre coins de la région de Khenchela.

Membre de l’organisation des enfants des «Chouhadas», le défunt a occupé plusieurs responsabilités politiques en autre Président de l’Assemblée Populaire Communale de Tamza et Sénateur de Rassemblement Nationale Démocratique (RND) pour la wilaya de Khenchela. Selon des informations proches de sa famille, le défunt a eu un malaise alors qu’il se rendait au chevet de son beau-frère hospitalisé à Mostaganem. Sauf autre complication, certains de ses proches évoquent un éventuel infarctus qui serait à l’origine de son brusque décès. L’information faisant état du Décès de M. Mahmoud Khellaf est tombée tel un couperet non seulement sur ses proches et ses amis mais également sur l’ensemble des autorités de la wilaya, personnalités et surtout sur les habitants de la région. «Les plus touchés de cette disparition sont les nombreux pauvres et les nécessiteux de la région», nous a indiqué une cadre de la wilaya. Cette dernière a ajouté que le défunt était en quelque sorte le «Père» de cette catégorie de personnes. « Si Mahmoud a toujours partagé ses revenus avec les personnes miséreuses avec qui il s’associe à leurs problèmes de la vie», a indiqué un médecin exerçant au chef-lieu de wilaya. De nombreux citoyens ont témoigné de la gentillesse, la bonté et la parfaite éducation de l’ex-Sénateur. Toujours et selon les mêmes témoins, on n’arrête pas à taper à la porte de Si Mahmoud, sollicitant des aides financières où son intervention pour régler un quelconque problème. Selon le Président d’un parti politique le défunt ne possède aucun patrimoine à l’exception de son véhicule ou d’un appartement T3. « La disparition de Si Mahmoud est une grande perte» ont conclu nos interlocuteurs. En raison de l’exiguïté de son appartement où il habitait dans un bâtiment, la protection civile a été contrainte de dresser une tente pour accueillir les personnes venues des quatre coins du pays pour assister aux funérailles. Une foule très nombreuse composée de hautes personnalités, dirigeants de partis politiques, simples citoyens et des autorités locales à leur tête le wali de Khenchela a accompagné le défunt à sa dernière demeure ou il a été inhumé au cimetière du village de Chendgouma, commune de Tamza situé à environ 30 Km du chef-lieu de Wilaya Khenchela. En ces circonstances douloureuses, nous présentons nos sincères condoléances à la famille Khellaf, Cherrab et à l’ensemble des proches du défunt

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 00:29
Algérie : Trois terroristes abattus et un autre fait prisonnier

Lire l'article en PDF (Page 2) : http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-10-11/l...

Un détachement des forces de l'Armée nationale populaire (ANP) relevant du secteur opérationnel de Bouira (1re Région militaire) a réussi hier matin à mettre hors d'état de nuire trois terroristes près du barrage Asserdoun au sud de Lakhdaria. trois terroristes abattus.

Au cours de cette opération, les forces de sécurité ont récupéré deux fusils automatiques de type Kalachnikov et un fusil semi-automatique, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). Dans un communiqué, le ministre de la Défense a ajouté que dans le cadre de la lutte antiterroriste et lors d'une opération de ratissage et de bouclage, un détachement des forces de l'Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel de Bouira/1re Région militaire, a réussi à mettre hors d’état de nuire trois terroristes près du barrage Asserdoun au sud de Lakhdaria. Selon le même communiqué l'opération «est toujours en cours dans cette zone. Par ailleurs et lors d'une opération de ratissage au niveau de la forêt de Machraa Sfa, près de la zone Foussa de la wilaya de Tiaret/2e Région militaire, un détachement des forces de l'ANP a neutralisé jeudi 9 octobre 2014 à 16h00, un terroriste et arrêté un autre», note le communiqué du MDN. L'opération qui était toujours en cours, a permis de récupérer deux fusils automatiques de type Kalachnikov, une quantité considérable de munitions, des téléphones portables et divers objets», a-t-on ajouté

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 23:51
~~Mosquée du Puy En Velay en Haute Loire (France ) : «Les musulmans sont innocents des méfaits et des crimes commis au nom de l’islam»

Lire l'article en PDF sur le journal (Page 2) :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-10-11/lnr.pdf

Dans un prêche de la grande prière du vendredi, l’imam Abdelatif Al Mouhalhal a tiré à boulets rouges sur ceux qui prônent la violence et qui assassinent au nom de l’Islam. «Les musulmans sont «innocents» des méfaits et des crimes commis au nom de l’islam», a indiqué l’imam-prédicateur.

Photo : L’imam- prédicateur reçoit les félicitations des fidèles après son prêche. Vendredi 10 Octobre 2014

"Je suis venu porteur d’un message à la communauté du département de la Haute Loire et à tous les musulmans de France", a indiqué l’Imam. «Je vous recommande, je vous conseille et je donne conseil à moi-même afin de respecter les valeurs de l’islam qui prône la paix, la tolérance et le dialogue» ,a indiqué l’imam. L’hôte de La haute Loire dans le Puy en Velay n’a pas mâché ses mots indiquant que les Musulmans n’ont rien à voir avec les criminels qui assassinent au nom de l’Islam. Même l’Islam n’a rien à voir avec les sanguinaires qui violent les femmes, égorgent les enfants et qui assassinent les innocents, a ajouté l’imam. Récitant des versets de Coran et élevant la voix, l’imam a démontré que l’Islam n’a jamais dit qu’il fallait tuer en son nom. La situation qui prévaut en Tunisie, Libye, Egypte et en Irak a également été évoquée par le prédicateur, qui n’a pas manqué de fustiger les groupes armés qui activent dans ces pays. «Regardez ce qui se passe en Syrie et en Irak, ils enlèvent les femmes, les violent et assassinent les citoyens de ces pays au nom de l’Islam», a déclaré l’Imam. Est-ce que c’est ça l’Islam, s’est interrogé le prédicateur devant les fidèles ? Ceux qui disent que le «djihad» est d’aller tuer les gens est un ignorant et ne sait rien de l’Islam», a-t-il indiqué. A ce sujet, Abdellatif Al Mouhalhal a voulu expliquer que le mot «djihad» dans le Coran prescrit à l’être humain de lutter et de faire l’effort constant afin d’atteindre et de demeurer dans le droit chemin. Lutter contre le mal de n’importe quelle sorte dans la société est une forme de djihad. Se lever chaque jour pour aller travailler aux de contribuer à la société et pour améliorer sa vie et celle de ses enfants est une forme de djihad. Donner de son temps dans le bénévolat pour aider les gens dans le besoin est aussi une forme de djihad. En somme, comme nous l’avons donné dans nos précédents papiers, les musulmans sont les premières victimes de ces fanatiques qui instrumentalisent l’islam à des fins personnelles et politiques. Ces groupes armés ne sont que les bras armés de certains mouvements qui leur assurent la couverture politique pour arriver au pouvoir

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 23:46
~~Assassinat d'Hervé Gourdel (Algérie ) : L'étau se resserre autour des terroristes

Lire l'article en PDF sur le journal :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-10-11/lnr.pdf

Depuis l’enlèvement de M. Hervé Gourdel par un groupe de criminels qui instrumentalisent l’islam à des fins personnelles et politiques, les forces armées ont engagé des recherches dans les régions montagneuses du Djurdjura. Les éléments de l’ANP ont réussi hier à localiser le lieu de séquestration choisi par les sanguinaires et de récupérer du matériel de guerre, munitions et des documents subversifs.

Les forces de l’Armée nationale soutenue par la Gendarmerie nationale ont effectué depuis le 21 septembre dernier des recherches pour retrouver les criminels. De gros moyens en hommes de troupes et en matériel ont été déployés pour permettre l’arrestation ou l’élimination de ce groupe à l’origine du lâche assassinat. Dans un communiqué rendu public, le ministère de la Défense a indiqué que l’opération dans sa première phase a permis aux forces de l’Armée nationale populaire de découvrir l’endroit où a été séquestré Hervé Gourdel à savoir sur les hauteurs du mont Djurdjura, dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le campement qui servait de refuge pour ce groupuscule terroriste, lors de l’exécution de son acte abject a été détruit et les équipements qui étaient à l’intérieur ont été récupérés. Du matériel de guerre, entre autres des roquettes pour mortier, grenades, munitions, téléphones portables, jumelles et autres moyens de communication ont été retrouvés sur les lieux. La découverte de ce matériel indique et affirme que les criminels ne sont pas loin et auraient été contraints de quitter hâtivement ce lieu, laissant derrière eux des affaires importantes qui pourraient aider les forces de sécurité à les exploiter. D’habitude, les sanguinaires prennent le soin soit de détruire le matériel en leur possession ou de le prendre avec eux en cas de changement de lieu. En raison du difficile accès aux chemins accidentés, les criminels utilisent les ânes pour transporter leur matelas, nourritures et matériels. Ce n’est pas le cas pour cette fois-ci. Ils avaient précipitamment quitter les lieux avant l’arrivée des forces de sécurité. L’ensemble de ces facteurs indiquent que l’étau se resserre autour du groupe terroriste qui ne tardera certainement pas à tomber dans les mailles des filets des forces armées. Dans un communiqué, le ministère de la Défense a ajouté qu’avec les opérations de recherches et des ratissages qui se poursuivent, les éléments des forces armées sont déterminés à traquer ces criminels, jusqu’à leur éradication totale

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 23:08
L’Aïd (Fête du sacrifice) célébré dans le «sang» !

Lire l'article en PDF sur le journal (Page04) http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-10-07/l...

Que reste-t-il de l’Aïd d’antan (fête du sacrifice) où les peuples musulmans célébraient dans la paix, la gaieté, la pitié et la tolérance ? Dans le passé, le sang des pauvres moutons, chèvres ou autres animaux à sacrifier était le seul «mauvais goût» de cette «fête».

Aujourd’hui, cette fête est célébrée dans le «sang» des êtres humains, qui coule à flot dans pratiquement la quasi-totalité du monde arabomusulman. Au cours de ces dernières années, le monde non musulman ne cesse d’appeler à ne pas faire souffrir les pauvres animaux, lors des fêtes de sacrifice. Si les uns proposent d’endormir la bête avant qu’elle ne soit égorgée, les autres recommandent à ce que cette fête de «sacrifice» soit abandonné, comme l’avaient fait plusieurs religions dans le monde. Comme on le sait, chaque communauté clame détenir la vérité sur la fête du sacrifice dont l’histoire est racontée plusieurs fois différemment. Même les autres religions ont pratiqué ce sacrifice dans le passé avant qu’il ne soit abandonné sur ordre de leur prophète, disent-ils. Ce n’est pas le cas des musulmans qui continuent à pratiquer ce rite durant lequel chaque année des milliers d’animaux sont sacrifiés. Pourtant, l’histoire des religions et surtout de ce sacrifice est la même et les personnages sont également de même à l’exception de quelques différences insignifiantes. On peut lire dans les autres livres sacrés, les noms des prophètes Abraham, Isaac, Ismaël, Jacob, Moïse, Jésus, Marie, etc. Dans le Coran, nous retrouvons les noms des mêmes prophètes avec quelques différences : Brahim, Ishak, Yaacoub, Moussa, Aïssa, Meriem, etc. Comme on le constate, ce sont pratiquement les mêmes noms avec de légères différences dans la prononciation. Le problème aujourd’hui n’est pas dans les noms des prophètes ou de la vraie et la fausse religion. Même dans l’islam, nous retrouvons des différences à commencer chez les sunnites et les chiites qui se déchirent aujourd’hui en Irak, au Liban et en Iran. Le mal qui ronge le monde arabomusulman est autre, car ce sont les musulmans eux-mêmes qui souffrent en même temps que ces pauvres bêtes à sacrifier le jour de l’Aïd. Non seulement ils sont à l’origine de leurs propres souffrances, mais ils sont responsables des malheurs des non-musulmans. De quel «Aïd» peut-on parler lorsque le sang des êtres humains coule à flot en Libye, Yémen, Liban, Syrie, Egypte,Irak et dans plusieurs autres pays du monde musulman ? De quel «Aïd» peut-on encore parler lorsque des innocents sont atrocement décapités au nom de l’islam ? Demandez ce qu’ils pensent de cet «Aïd» aux milliers de musulmans qui ont abandonné leurs familles et leurs biens, fuyant leurs pays uniquement pour échapper aux violences, à la barbarie et aux atrocités commises par ceux qui se disent défendre l’islam. Demandez aux enfants qui, à la place des habits neufs, se réveillent sur le sang non pas des animaux mais celui des êtres humains qui coule et qui continue de couler dans plusieurs pays du monde arabe. Oui, certains pourraient nous répondre en disant que même les Occidentaux sont responsables des actes de violence. Nous sommes d’accord, mais un défi est lancé à quiconque de nous donner le nom d’un pays autre qu’arabe ou musulman qui le fait au nom d’une quelconque religion, autre que l’islam. Donc, ce n’est pas la peine d’accuser les autres d’un mal qui se trouve chez nous et commis par nous-mêmes et ce, malgré que certains pays non musulmans ont contribué dans cet état de fait. En somme, c’est dans le «sang» que les musulmans ont célébré cet «Aïd» ; croisons les doigts pour que ces même fêtes reviennent dans les années à venir dans de meilleures circonstances

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 08:49
Algérie : Le message du peuple

Lire l'article sur la "Une" du journal (Rubrique Edito) :

~~http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-10-06/l...

Les erreurs de quelques responsables au niveau de l’Etat ont coûté très cher au peuple et au pays. Durant la décennie noire, les Algériens ont beaucoup souffert et le pays a failli connaître le même sort que celui de l’Afghanistan pour ne pas dire de la Yougoslavie. Le courant islamiste Une menace réelle pour l'Algérie.

Le courant islamiste Une menace réelle pour l'Algérie

Le courant islamiste Une menace réelle pour l'Algérie Pour sortir de cette crise, le peuple algérien a payé un lourd tribut, très lourd même. Des hommes, des femmes, des enfants et des citoyens issus de toutes les catégories ont connu les affres du terrorisme aveugle de la décennie noire. Même si l’erreur de ce drame des années 1990 ne lui incombe pas, le peuple a décidé d’assumer ses responsabilités en disant «Non», avec un grand «N», à l’intégrisme, à la violence et à l’Etat théocratique. Grâce à leur courage et leur amour à la patrie, les Algériens ont choisi leur camp en se mettant derrière les forces de sécurité du pays. Malgré le couteau et la kalachnikov des «égorgeurs», le peuple algérien n’a pas cédé et n’a jamais abdiqué devant la barbarie et les crimes et la terreur des sanguinaires. Le peuple algérien dit aujourd’hui également prêt à payer trois fois plus le prix de la tragédie, pour la tranquillité et la stabilité du pays. Il est de même pour les membres des familles des victimes du terrorisme qui, à chaque fois, affirment qu’ils sont également prêts à donner leurs vies pour l’Algérie. Le peuple a dit son mot au cours de cette tragédie, il le dit encore aujourd’hui et à haute voix : «Non à l’intégrisme. Non à la violence. Non à un Etat théocratique. Vive la République. Vive la démocratie. Vive l’Algérie.» Pour la paix et la sérénité de l’Algérie, ils l’avaient dit hier, ils le disent aujourd’hui et ils le diront autant de fois que nécessaire. Par ces sacrifices, les Algériens veulent envoyer un message au pouvoir par lequel ils disaient : «On ne désespère pas, nous gardons toujours l’espoir de voir l’emblème de l’Algérie se hisser très haut aux côtés des grandes nations de cette planète.» Pourvu que le message passera.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 23:17
Quatre personnes décapitées par des criminel-islamistes en Egypte : Le temps a fini par nous donner raison

Des intégristes islamistes ont inséré sur Twitter une vidéo montrant l’exécution par décapitation de quatre personnes accusées selon eux d’être des espions d’Israël et de l’armée Egyptienne. Ce groupe se revendique être d’Ansar Beït al-Maqdess (Les partisans de Jérusalem) en Egypte.

Le peuple Egyptien a choisi son camp : Comme fut en Algérie, seules les forces armées sont en mesure de défendre l’état Républicain.

Comme nous l’avons donné à plusieurs reprises dans nos précédentes éditions, les appellations de ces groupes de criminels ne changent en rien de leurs idéologies ou de la barbarie. Quelle est la différence qui existe entre les sanguinaires d’Ansar Beït Al-Maqds, Ansar Acharia, Gspc, Aqmi, Front d’Enosra, Daech ou autres ? Aucune, mis à part la diversité du nom de l’organisation criminelle, la cruauté et la sauvagerie qui sont les mêmes. Il convient donc de ne pas donner d’importance aux appellations de ces mouvements de fanatiques qui n’ont pas de projet autres que la terreur, le sang et la mort. Contrairement à ce que pensent et croient les hauts dirigeants de ce monde, il n y a pas de mauvais et de bons terroristes. Il n’existe pas encore des islamistes modérés et des islamistes extrémistes. C’est par la catégorie des modérateurs que les islamistes passent vers l’extrémisme. Si ces individus-assassins surnommés « Djihadistes» sont des accusés, ils sont également des victimes. Ce monde n’aurait pas connu de «Terrorisme islamiste», sans les endoctrinements de ceux qui se sont auto-proclamés défenseurs de l’islam et de ceux qui instrumentalisent cette religion à des fins politiques et autres. Donc, la véritable lutte contre ce fléau devrait se faire par ces racines entre autre la mise hors d’état de nuire de ces chefs-fanatiques. Sans cela, le terrorisme islamiste continuera à menacer le monde et ce même si le dernier des terroristes sera éliminer. Il y aurait toujours des individus qui seront également endoctrinés et prêt à assassiner leurs propres parents. Quant à l’Egypte, les forces armées ont pour l’instant réussi à corriger les erreurs du passé à savoir : D’avoir lâché la main de l’ex-Président Hosni Moubarak et d’avoir permis aux intégristes islamistes de s’emparer du pouvoir. L’actuel Président de la République M. Abdelfattah Al Sissi a réussi de remettre le train de l’Etat Egyptien sur rail. Ce n’est pas le cas malheureusement des autres pays déchirés par le dit « Printemps Arabe» qui sont toujours sous la menace de ceux qui voulaient instaurer des pouvoir théocratiques et qui 100 fois plus pire que les états policiers. De toute manière, le temps a fini par nous donner raison et continua toujours à le faire.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 07:00
Le Canada et l’Algérie sont déterminés à lutter contre le terrorisme

Lire l'article en PDF sur le journal (Page 02) en cliquant sur ce lien : http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-10-01/l...

En visite au Canada, le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a eu des entretiens avec John Baird, son homologue canadien. S’exprimant après cette rencontre, le chef de la diplomatie canadienne a déclaré que le Canada et l’Algérie sont des partenaires, déterminés à lutter contre l’extrémisme et le terrorisme.

Le Ministre des AE Algérien M. Lamamra et son homologue Canadien M. John Baird. Plusieurs sujets politiques ont été abordés par M. Lamamra avec son homologue canadien, notamment le fléau du terrorisme. Dans une déclaration, le ministre des Affaires étrangères canadien a indiqué que le Canada et l’Algérie sont des partenaires déterminés à lutter contre le terrorisme et l’extrémisme. «A titre de coprésidents du groupe de travail sur le Sahel, du Forum mondial de lutte contre le terrorisme, nos deux pays mobilisent d’autres pays et d’autres acteurs en Afrique du Nord et au Sahel pour lutter contre le fléau de l’extrémisme» a-t-il indiqué. A ce même sujet, le chef de la diplomatie canadienne a ajouté : «Les partenariats de sécurité comme ceux-ci sont essentiels pour faire face à de nouvelles menaces, telles que l’augmentation du nombre de combattants terroristes étrangers, y compris ceux qui se joignent à l’État islamique en Iraq et au Levant ainsi qu’à Al-Qaïda au Maghreb islamique. Je serai heureux de poursuivre la coopération avec nos partenaires algériens afin de bâtir un monde plus sûr, à la fois pour les Canadiens et les Algériens». Toujours et au sujet du terrorisme, le ministre canadien a indiqué qu’il a discuté avec M. Lamamra sur la possibilité d’intensifier les relations commerciales entre le deux pays. «Le Canada est prêt à accroître ses échanges commerciaux avec des marchés émergents du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, ainsi que ses investissements dans la région. Les entreprises canadiennes se montrent très intéressées par le nouveau programme de développement économique quinquennal de l’Algérie, et bien placées pour l’aider à le concrétiser, en particulier dans des secteurs où le Canada possède une vaste expérience, comme l’exploitation minière, l’agriculture et l’agroalimentaire ainsi que le pétrole et le gaz», a-t-il conclu. Evoquant le conflit libyen, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a exprimé le «soutien» de son gouvernement à l'Algérie pour l'action qu'elle mène en faveur de la réconciliation nationale en Libye et s'est réjoui des perspectives de lancement d'un dialogue politique inclusif entre personnalités et forces libyennes. Le chef de la diplomatie canadienne s'est «réjoui» lors de sa rencontre avec M. Lamamra, des perspectives de lancement d'un dialogue politique inclusif entre personnalités et forces libyennes. Lors de cette séance de travail, les deux chefs de la diplomatie ont également discuté des questions d'actualité régionale et internationale, notamment au Mali et en Libye, à la lumière des efforts déployés par l'Algérie pour promouvoir des solutions pacifiques. M. Lamamra a souligné l'importance de l'accompagnement des actions politiques et sécuritaires par des initiatives de développement dans la région notamment au Mali, sous différentes formes, y compris dans le cadre de la coopération triangulaire, tout en soulignant les efforts consentis par les deux pays, dans le cadre de la lutte antiterroriste au Sahel. Par ailleurs, plusieurs questions d'intérêt commun ont été abordées lors de cet entretien en tête à tête qui s'est élargi par la suite aux deux délégations. Le chef de la diplomatie algérienne a mis l'accent sur l'importance du renforcement et de la diversification de la coopération bilatérale. Il a ainsi mis en évidence le renforcement du dialogue politique sur l'actualité régionale et internationale, l'exploitation des importants atouts qu'offre l'économie algérienne en termes de partenariat et d'investissements à la lumière du plan quinquennal 2015-2019, initié par le président de la République Abdelaziz Bouteflika. M. Lamamra a également axé sur «l'unique position» de l'Algérie pour de futurs investissements canadiens, situation qui en fait une importante porte d'entrée sur l'Afrique mais également sur l'Europe et le Moyen-Orient. Il a aussi mis en exergue l'importance de la dimension humaine dans cette relation que représente une communauté algérienne de grande qualité et bien intégrée qui constitue un pont et un vecteur dynamique dans le renforcement des liens entre les deux peuples ainsi que pour la promotion de valeurs communes. La séance de travail était l'occasion d'échanger des vues sur d'autres questions d'intérêt commun.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 06:55
Algérie : Nouvelles manifestation des familles des disparues

Lire le papier en PDF sur le journal page 03 : http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-09-30/l...

Une centaine de personnes membres des familles des disparus ont organisé, hier, une manifestation au niveau de la Grande-Poste à Alger. famille des disparus.

La majorité des manifestants réclamaient la vérité sur leurs proches issus du FIS dissous, portés disparus au cours de la tragédie qu’a traversée le pays dans les années 1990. Ces derniers se sont donné rendez-vous hier, où ils se sont rassemblés à l’occasion de l’anniversaire de l’adoption par voie du référendum du projet de la Charte de la réconciliation nationale. Les manifestants ont brandi des pancartes et des photos de leurs proches, scandant des slogans anti-pouvoir. Des injures ont été également proférées à l’encontre de hauts responsables civils et militaires du pays par les manifestants qui réclamaient la vérité sur leurs proches disparus durant les années de braise. Pour rappel, ce n’est pas uniquement des militants du parti islamiste dissous qui ont disparu au cours de cette tragédie. Plusieurs membres des forces de sécurité, journalistes et même des simples citoyens sont portés disparus jusqu’à ce jour. Même le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a perdu son neveu également. Dans le passé, le président de la République n’a pas manqué de déclarer que lui-même faisait partie des familles des disparus et que ce dossier lui tient à cœur. Le chef de l’Etat a indiqué également que lors de cette période d’anarchie, il y avait des morts, des blessés mais également des disparus qu’on ne reverrait peut-être jamais. «En ce qui me concerne, je suis sûr que je ne reverrai jamais mon neveu», a-t-il ajouté. Il est vrai que la situation des disparus est vraiment dramatique, mais compliquée. Malgré cet exemple, certaines familles refusent toujours de tourner la page et réclament toujours la vérité sur leurs proches. Selon le président de la cellule d’assistance judiciaire pour l’application de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, la majorité des familles des disparus ont été indemnisées. Selon lui, seules quelques familles qui ne représentent que 10% refusent toujours de se faire indemniser. Elles réclament avant tout la vérité et veulent que les auteurs de ces enlèvements soient punis par la justice. Qui sont les auteurs de ces enlèvements? Aucune personne ne pourrait déterminer avec exactitude le nom de l’auteur d’enlèvement. Cependant, certains membres de ces familles accusent des membres des forces de sécurité mais sans pouvoir le prouver. Le fait d’accuser une partie quelconque sans préciser le nom de l’auteur ne veut en aucun dire détenir une preuve. Même une action introduite au niveau de la justice ne pourrait pas tenir, car l’accusation est vague et ne concerne pas une personne particulière. Tout le monde veut la vérité et chaque famille voudrait connaître la vérité sur son proche qu’il soit membre des forces de sécurité, militants de l’ex-FIS, journaliste ou simple citoyen. Malheureusement, par l’absence de preuves, les accusations restent très vagues et difficiles à justifier. C’est le cas de certaines familles qui par faute de détenir de preuves concrètes n’ont pas trouvé autre que d’accuser des hauts responsables dans le pouvoir, cela n’a pas de sens.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 06:49
Réconciliation nationale en Algérie : C’est pour quand la fin du projet ?

Lire l'article sur le journal en PDF (Page 3): http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-09-30/l...

Il y a exactement neuf ans, les dirigeants du pays ont mis en application le projet de la réconciliation nationale, permettant aux éléments des groupes armés de se repentir contre l'abandon des poursuites à leur encontre. terroristes algériens.

Les groupes terroristes islamistes à l’origine des milliers d’assassinats : ils doivent se réconcilier avec qui ?

Le projet qui a été soumis au référendum a été adopté par le peuple qui n’a pas trouvé autre que de répondre par le «Oui» au souhait du pouvoir qui voyait en cette idée une sortie de crise pour rétablir définitivement la paix dans le pays. Pourtant, à cette époque-là, les forces de sécurité, tous corps confondus, ont réussi à vaincre sur le terrain un terrorisme des plus cruels dans le monde. Se voyant vaincus, les terroristes islamistes n’ont eu que deux choix à faire : se repentir ou mourir. Plusieurs milliers ont profité de cet état de fait pour se rendre aux forces de sécurité. L’Etat a tenu ses promesses, ils furent libérés et ont rejoint leurs familles. Ce n’est pas le cas de certains autres qui ont rejeté la main tendue du pouvoir et choisi de continuer leur «djihad». Après quelques mois, plusieurs autres ont préféré retourner aux maquis et ce, malgré le «pardon» de l’Etat. Aujourd’hui, le pouvoir a tiré les conclusions de ce projet, parlant d’une réussite du moment que la paix et revenu au pays et que des milliers de vie ont été épargnés. Selon le président de la cellule d’assistance judiciaire pour l’application de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, ils sont 8 500 terroristes qui se sont rendus avec armes et bagage aux forces de sécurité depuis 2006. Toujours selon le même responsable, 32 000 dossiers relatifs aux bénéficiaires des mesures de cette charte sur 60 000 déposés auprès des comités de wilaya durant la période allant de 2006 à juin 2012 ont été réglés. M. Azzi a précisé que les dossiers restants n’ont pas été réglés, les comités de wilaya n’ayant pas trouvé le cadre juridique leur permettant de satisfaire les demandes de ces catégories, outre certains cas sociaux n’ayant pu trouver de solutions. Au sujet des personnes disparues, M. Azzi a indiqué que 90% des dossiers des disparus sur les 6 541 familles recensés ont été indemnisés. Au sujet des dossiers des disparus, il a indiqué les 10% restants réclament, a-t-il dit, la vérité sur le sort de leurs proches et l’application de la justice. Satisfait de ce bilan et des résultats obtenus par le biais de ce projet, le gouvernement propose cette expérience à plusieurs pays en conflit. Si le pouvoir se réjouit, plusieurs parties voient les choses autrement et ne cachent pas leur mécontentement. C’est le cas de certaines familles des disparus qui refusent d’adhérer aux propositions du gouvernement. Une centaine de membres de cette association ont organisé une manifestation devant la Grande-Poste à Alger. Il est de même pour les chefs islamistes qui demandent plus, réclamant une «amnistie générale» mais avec des conditions. Selon eux, seuls les «moudjahidine», les ex-terroristes pourraient en bénéficier de cette grâce. Enfin, la partie la plus perdante dans cette affaire est bien sur la famille des victimes du terrorisme. Les membres de cette association ont indiqué qu’ils sont les véritables victimes de cette décennie. «Nous avons perdu définitivement nos parents, proches et enfants, ils ne reviendront plus.» Ces familles bénéficient de l’appui et du soutien, pratiquement, de l’ensemble des citoyens, demandant la fin de ce projet de cette action de clémence. «Doit-on toujours attendre revenir des criminels qui continuent leurs sales méfaits et qui ne font qu’allonger la liste des victimes du terrorisme ?» se sont interrogés plusieurs citoyens. «Si c’est le cas, certains autres vont faire de même, du moment qu’ils savent qu’ils ont toujours la possibilité de revenir chez eux et d’échapper à la justice», ont conclu nos interlocuteurs

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article