Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 22:51
Enlèvement de M. Hervé Gourdel dans la région de Tizi-Ouzou (Algérie): Et si les citoyens se mobilisent ?

Après les forces de sécurité, une autre action pourrait également permettre la libération du ressortissant Français, enlevé par un groupe armé : La mobilisation citoyenne.

Photo : La mobilisation finit toujours par payer en Kabylie.

Si les Kabyles se mobilisent et exigent la libération de leur hôte, les ravisseurs de M. Hervé Gourdel n’auront pas autres, que de répondre par l’affirmatif. En 2013, la mobilisation citoyenne a donné ses fruits, obligeant les ravisseurs à libérer un jeune enlevé par un groupe armé. Le jeune fils d’un entrepreneur a été Kidnappé par des hommes armés au lieu-dit «Aguelaguel», non loin du chef-lieu de commune d’Ath Zmenzer, daïra de Beni Douala, quinze kilomètres au sud du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou. La libération de ce jeune n’a pu se faire qu’après une large mobilisation de la population qui a exigé sa libération immédiate sans aucune condition. Une grève générale et une caravane de sensibilisation ont été organisées par la population, refusant le paiement d’une rançon de 250 Millions de centimes demandée par les ravisseurs. Devant la pression de la population, le groupe armé a été obligé de libérer le jeune de 24 ans qui a été déposé par ses ravisseurs non loin de son domicile. Espérant que les citoyens de Tizi-Ouzou feraient de même pour libérer M. Hervé Gourdel

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 22:48
Le groupe armé à l’origine du rapt du randonneur français identifié : Il s'agit du groupe armé surnommé «la Phalange El Houda

Lire l'article en PDF sur le journal (Page 2)

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-09-24/l...

Le groupe à l’origine de l’enlèvement du touriste français pourrait être celui d’Abdelmalek Gouri, le sanguinaire alias Khaled Abou Slimane. Membre de l’ex-FIS dissous et ex-terroriste du Groupe salafiste de prédication et le combat (GSPC) l’actuelle Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Le groupe surnommé «la Phalange El Houda» dirigé par le criminel Abdelmalek Gouri a fait allégeance dernièrement à l’organisation criminelle de l’Etat islamique (EI) connu sous le nom de «Daaech». Ce groupe a déclaré qu’il a changé d’appellation et se prénomme pour l’instant «Jund Al-Khilafah», les soldats de la califat. L’allégeance du groupe de l’ex-GSPC et de l’ex-Aqmi à l’organisation de l’Etat islamique n’a pas été faite en raison de l’idéologie désastreuse commune. Abdelmalek Gouri et ses acolytes voulaient par cette allégeance, bénéficier des aides financières de cette organisation terroriste, financée par plusieurs Etats du Golfe. Ce sont ces raisons qui nous poussent à chaque fois de répéter que l’appellation ne change pas grand-chose, pour ne pas dire que c’est un non-événement. Si les appellations changent, l’idéologie, l’objectif, la cruauté et la barbarie demeurent les mêmes. L’émir de ce groupe de criminels islamistes dont l’âge avoisine la quarantaine est originaire de Boumerdès, plus précisément de Boudahr. Connu des services de sécurité pour ses activités avec l’ex-Front islamique dissous, Abdelmalek Gouri a purgé une peine de cinq années d’emprisonnement pour soutien aux groupes terroristes. Après sa libération, il a rejoint ces acolytes dans les maquis de la région de Kabylie. La région où l’alpiniste a été enlevé est une région où les terroristes islamistes activent. Plusieurs citoyens et membres des forces de sécurité ont été exécutés par les groupes armés issus de l’ex-Front islamique du salut à savoir le Groupe islamique armé (GIA) et le Groupe salafiste de rédication et le combat (GSPC). Des enlèvements de citoyens ont été également enlevés dans cette région, réclamant la majorité du temps des rançons à leurs familles. Les terroristes islamistes des phalanges «d’Al Houda» et « «d’El Ghouraba» ont été, à plusieurs reprises, neutralisés par les forces de sécurité par la mise hors d’état de nuire de leurs «émirs». Si certains ex-terroristes se sont rendus aux autorités, bénéficiant des mesures de clémences de l’Etat, d’autres ont refusé de déposer les armes. Traqués sans cesse par les forces de sécurité, les groupes islamistes ont été obligés de se replier dans les zones montagneuses dont les accès sont très difficiles. Cet état de fait ne les a pas empêchés de perpétrer de temps à autre à commettre des assassinats des citoyens et des membres des forces de sécurité. La majorité des citoyens assassinés sont tombés dans de faux barrages dressés par les sanguinaires islamistes à l’aube ou au milieu de la nuit. Profitant de l’obscurité, les criminels islamistes installent de temps à autre des faux barrages avant de se replier après avoir accompli leurs sales méfaits. Ce n’est pas uniquement les fonctionnaires ou les commis de l’Etat qui constituent la cible de ces sanguinaires. Même de simples citoyens seront assassinés sans aucun prétexte. Selon leur devise : «Celui qui n’est pas nous est forcément contre nous». Les criminels islamistes visent également la majorité du temps les convois des forces de sécurité. La même tactique est souvent utilisée par les terroristes dans leurs attentats contre les patrouilles des forces de sécurité. Les groupes terroristes font exploser des bombes placées au milieu de la route avant de prendre les militaires pour cible. Avant de s’enfuir, les criminels islamistes s’emparent des armes et des tenues des victimes. Avant leur repli, ils ne manquaient pas de piéger derrière eux les chemins empruntés, une façon de se couvrir et de ralentir l’intervention des forces de sécurité. Afin de faire également plus de victimes dans les rangs des services de sécurité, certains cadavres seront également piégés par les criminels islamistes. Ces dernières années, ces pièges sont souvent évités par les forces de sécurité, aguerris et expérimentés dans ces astuces des «djihadistes».

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:53
Les Algériens qui étaient en compagnie de M. Hervé Gourdel toujours entendus par les services de sécurité.

Les 05 Algériens qui étaient en compagnie du ressortissant français M. Hervé Gourdel, au moment de son enlèvement seraient toujours retenus et entendus par les services de sécurité.

Photo : Une vue de la région de Kabylie où les forces de sécurité tentent de retrouver les ravisseurs de l’otage français.

Il s’agit de cinq personnes (Un mineur) originaires de la wilaya de Bouira dont l’une est résidante en France. Les interrogatoires des 05 personnes se poursuivent pour lever les mystères qui entourent cet enlèvement. Pourquoi les compagnons du ressortissant Français ont été relâchés immédiatement par le groupe armé ? C’est l’une des questions que les 05 Algériens devraient expliquer aux services de sécurité. Il est rare que des citoyens soient relâchés lorsqu’ils tombent entre les mains de ces assoiffés de sang. L’appareil à photo qui est resté toujours accroché au cou de M. Hervé Gourdel est également une énigme. Les Plusieurs autres zones d’ombre entourent cet enlèvement à l’image des ravisseurs qui étaient assis au moment de l’enregistrement de la vidéo de propagande. D’habitude, les terroristes se tenaient toujours debout et plus menaçant. En somme, les recherches se poursuivent pour localiser le lieu où l’otage Français est retenu par ses ravisseurs. Un terroriste aurait été abattu aujourd’hui vers 16H sur les hauteurs d’Akfadou situé à 50Km de Tizi Ouzou. Un fusil d’assaut de marque Kalachnikov et des minutions ont été récupéré.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 23:04
Lutte antiterroriste : Un «Emir» abattu par les forces armées dans la région de Tizi Ouzou

Les forces de sécurité ont réussi à mettre hors d’état de nuire un dangereux terroriste «Emir» dans la région de Tizi-Ouzou, a indiqué un communiqué du Ministère de la défense.

L’individu à l’origine de plusieurs crimes dans la région de Tizi Ouzou a été éliminé par les éléments de l'Armée nationale populaire (ANP) qui ont également récupéré un fusil et des munitions. «Dans le cadre de la lutte antiterroriste et grâce à l'exploitation efficace d'informations, un détachement de l'ANP relevant du secteur opérationnel de Tizi-Ouzou (1ère région militaire), a éliminé hier dimanche 21 septembre 2014 vers 21h00, un chef terroriste, responsable de plusieurs crimes qu'a connu la région", a précisé le communiqué du Ministère de la défense nationale. L'opération qui a eu lieu suite à une embuscade dressée par les éléments de l'ANP sur le chemin wilaya N° 04 reliant les communes de Frikate et Draâ El Mizane, a permis de "récupérer un (01) fusil automatique de type Kalachnikov, une quantité de munitions, des téléphones portables et divers objets", a ajouté la même source. Cet état de fait intervient après l’élimination, il y a deux jours de deux autres terroristes dans la région de Jijel, plus précisément dans la localité de Seddat, commune de Sidi Abdelaziz. L’opération menée par les éléments de l’armée nationale populaire (ANP) a permis également à la récupération d’un fusil d’assaut de marque Kalachnikov, d’un fusil automatique, d’une quantité de munition et des documents subversifs.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 22:38
Un ressortissant français enlevé dans la région de Tizi-Ouzou :  Seules les forces armées pourraient le libérer

Des sources qui restent à confirmer font état de l’enlèvement d’un ressortissant français en Algérie dans la région de Kabylie. Selon les mêmes sources, il aurait été enlevé par des hommes armés, probablement des criminels islamistes entre la ville de Bouira et de Tizi-Ouzou.

Malgré les coups reçus des forces de sécurité, cette région demeure très dangereuse, un fief des criminels islamistes. Le danger ne vient pas uniquement des groupes armés mais également de leurs acolytes islamistes en grand nombre dans cette région. Si cette information se confirme, il y a peu de chance que le ressortissant français sort indemne des mains de ces criminels. Connaissant parfaitement la cruauté et la barbarie de ces fanatiques islamistes, seules les forces de sécurité pourraient sauver la vie à ce touriste. L’expérience et le savoir-faire du nouveau commandant de la gendarmerie de la wilaya de Tizi-Ouzou dans la lutte antiterroriste pourrait également aider à la localisation de ces criminels. Croissons les doigts pour que les forces de sécurité parviennent à localiser ces fanatiques et de sauver la vie à ce malheureux innocent.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 00:04
Hommage à Cheb Aziz : 20 après son assassinat, l’artiste chante toujours

Lire l'article en PDF sur le journal Page 05 : http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-09-21/l...

Triste fut le 20 septembre 1994 où des criminels islamistes ont assassiné Cheb Aziz, de son vrai nom Bechiri Boudjemma. Vingt ans après son assassinat, l’artiste continue de chanter et de donner la joie à des milliers de fans que ce soit en Algérie où à l’étranger.

Grâce à son riche patrimoine artistique, Cheb Aziz est toujours présent dans les cœurs des Algériens, qui l’écoutent et qui dansent au rythme de ses dizaines de chansons. Pour rappel et pour que nul n’oublie, Cheb Aziz a été enlevé par quatre islamistes armés au moment où il quittait un mariage dans le quartier Emir-Abdelkader, en plein centre-ville de Constantine. Selon des témoignages, il était minuit passé, quand les assassins ont kidnappé le chanteur, le conduisant vers un lieu inconnu. Le lendemain, Aziz a été retrouvé assassiné ; son corps a été mutilé par les sanguinaires sans foi ni loi qui ne jurent que par le sang et la mort. La manière atroce par laquelle Aziz a été tué ne pouvait jamais être commise par des êtres humains, même les animaux sauvages ne pourraient agir de la sorte. Aziz a donné des moments inoubliables aux Algériens en participant à des émissions telles que «Leïlat El-Djazaïr» (les nuits algériennes). Le défunt été la quatrième victime des criminels en Algérie qui ont déjà assassiné Cheb Hasni, Rachid Baba Ahmed, Lila Amara, une chanteuse kabyle, tuée par balles et égorgée avec son mari. Le défunt été la quatrième victime des criminels de «Daech» en Algérie qui ont déjà assassinés Cheb Hasni, Rachid Baba Ahmed, Lila Amara, une chanteuses kabyle, tuée par balles et égorgée avec son mari. Nous avons délibérément écrit «Daech» à la place des assassins du GSPC et du GIA car l’idéologie et la barbarie sont les mêmes. La disparition de Aziz est une perte pour ses parents, pour Selma, son épouse, et son fils, mais également pour l'Algérie. Bien qu'il n’est plus de ce monde, Aziz est toujours vivant dans les cœurs de l'ensemble des Algériens qui ne pourraient en aucun cas oublier celui qui s'est sacrifié pour son pays. Les CD et cassettes de Cheb Aziz sont très demandés et ses chansons donnent toujours de la joie aux Algériens que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du pays. Repose en paix, Aziz, les Algériens ne t'oublieront jamais.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 23:59
Une association Algérienne imite "Daech" : Elle distribue des exemplaires du Coran aux usagers de la route

Une campagne de sensibilisation sur les accidents de la circulation a été organisée par une association dans la wilaya de Boumerdes (Algérie). Cette association distribue des exemplaires du Coran aux usagers de la route en guise de récompense pour leur respect du code de la route.

Un criminel de l’état Islamique distribue des exemplaires du Coran aux usagers de la route à Mossoul (Irak) Ce sont les mêmes images qu’on avait vues en Irak plus précisément à Mossoul qui se sont reproduites dans la wilaya de Boumerdes (Algérie). Des conducteurs de véhicules et des motos reçoivent des mains des membres de l’association des exemplaires du Coran. Un citoyen qui conduisait une moto a fait l’objet de vérification de papier par les agents de police. Il portait un casque réglementaire et l’ensemble de ses papiers sont en règle. Avant de repartir, un membre de l’association s’avança pour le féliciter avant de lui remettre un exemplaire du Coran. Quel est le rapport ou le lien que pourrait avoir cette opération de prévention sur les accidents de la circulation avec la religion ? Ce sont des dépliants et des livres portant des informations sur le sujet de la campagne qui devraient en principe être remis aux conducteurs et non pas des exemplaires du Coran. Quel est alors le message que les membres de cette association voulaient-ils passer aux Algériens par le biais de cette "Campagne" dont le moins que l’on puisse dire est douteuse

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 22:09
Des membres du gouvernement ont trouvé leur bouc émissaire en Algérie : Les journalistes !

Lire l'article en PDF sur le journal (Page 2) :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-09-04/lnr.pdf

Ne trouvant pas rien pour justifier les lacunes et les problèmes qui «empoisonnent» leur département, certains ministres n’ont pas trouvé mieux que de montrer du doigt les journalistes. Pourtant, tout le monde sait que ce n’est pas la faute à la presse si la situation se détériore dans plusieurs entités gouvernementales dans notre pays.

Intervenant hier dans une conférence de presse, le ministre de la Justice, Tayeb Louh, a indiqué qu’il envisage organiser des formations au bénéfice des journalistes dans le but de les spécialiser selon lui en droit. «Il y a des journalistes qui ne savent même pas faire la différence entre la mise en détention provisoire prononcé par un procureur ou par un magistrat instructeur», a déclaré le ministre. Les journalistes devraient apprendre et comprendre qu’ils sont obligés de préserver l’honneur des justiciables, devait ajouter Tayeb Louh. Les journalistes qui assistaient à la conférence de presse n’ont pas du tout compris où il voulait en venir. Il a fallu beaucoup de sang-froid aux journalistes présents dans la salle qui ont réussi à se retenir pour ne pas répondre à l’orateur. Ces derniers ont bien voulu répondre à M. Louh pour lui faire savoir que la presse ne fait que relater des faits pour informer l’opinion publique. Donc, elle ne pourrait pas être responsable dans la désastreuse situation qui prévaut au niveau dans certains départements ministériels. La presse n’est pas également responsable et n’a pas à être incriminée si toutefois des négligences ou de l’incompétence ont été constatées chez certains commis de l’Etat. L’un de nos confrères nous a indiqué qu’il a bien voulu dire à dire à M. Louh que ce n’est la faute aux journalistes si des magistrats ont failli à leur devoir, que ce soit par leur comportement indigne en étant impliqués dans des affaires de corruption ou qui ont fait l’objet de critiques par les justiciables en raison de leur partialité. Le ministre a ajouté que des citoyens ne trouvent parfois que la presse pour se faire entendre, surtout lorsque leur dossier est classé sans suite, sans l’ouverture au préalable d’une enquête. Il est vrai que la presse a relaté plusieurs affaires scabreuses qui ont souillé l’image de la justice. Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, sait que plusieurs dizaines de magistrats ont été traduits devant la commission de discipline alors que d’autres impliqués dans plusieurs affaires demeurent toujours suspendus. Est-ce que le fait de donner une information sur une affaire qui s’est déroulée dans un tribunal ou dans une institution quelconque, veut dire que le journaliste a porté atteinte à un magistrat ou à un citoyen ? Bien au contraire, en informant l’opinion publique sur ces affaires, la presse n’a fait que son travail : celui d’informer. La proposition de M. Louh visant à former des journalistes a fait rire plusieurs collègues. «Si c’est uniquement pour connaître ce que veut dire une détention provisoire», nous allons prendre attache avec nos correspondants dans les wilayas pour apprendre cette mesure pénale. Chaque jour, nos collaborateurs relatent des dizaines de cas de cette procédure», a plaisanté l’un de nos confrères. Il y a quelques jours, c’est le ministre de la Communication qui a pointé du doigt la presse, citant les violences dans les stades. Est-ce qu’en faisant une couverture d’avant ou d’après-match, cela veut dire que le journaliste a incité à la violence ? Si tel est le cas, ce n’est pas uniquement une formation qu’il faudrait pour les journalistes, comme l’avait préconisé le ministre de la Communication, mais des poursuites judiciaires pour incitation à la violence. Malheureusement, ce n’est pas le cas, chaque jour des milliers d’articles sont publiés dans le monde que ce soit sur l’avant, l’après-match, sur l’ambiance ou sur les faits qui se sont déroulés dans les stades. Il convient de cesser d’incriminer ou de tenter d’intimider les journalistes, ils continueront à faire leur boulot en toute objectivité et en respectant l’éthique et la déontologie de la profession.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 14:24
Conseil de ministres en Algérie : Il sera probablement le dernier de ce gouvernement

Présidé hier par le président Abdelaziz Bouteflika sera probablement le dernier pour le staff de Abdelmalek Sellal. Si certaines informations parlent d’un remaniement ministériel très proche qui touchera pratiquement la majorité des portefeuilles, certains évoquent la nomination d’un nouveau Premier ministre qui sera chargé de former son gouvernement.

Il y a déjà un mois, des sources généralement bien informées ont rapporté que la présidence de la République a préparé un remaniement ministériel et qui était sur le point d’être procédé. Ces sources ont indiqué que la majorité des ministres de l’équipe de Abdelmalek Sellal sont donnés partant. Selon les mêmes informations qui restent à confirmer, le ministre actuel de l’Intérieur ne ferait pas partie de la nouvelle équipe gouvernementale. Si M. Tayeb Belaïz est donné partant pour des raisons de santé, la mauvaise gestion du dossier relative à la crise de Ghardaïa a été également évoquée. Une autre personne pourrait être remerciée ; il s’agirait de Abdelouahab Nouri, ministre de l’Agriculture. En outre, l’ex- secrétaire général du Front de libération nationale, Abdelaziz Belkhadem, qui a été démis hier de ses fonctions par Abdelaziz Boutéflika en sa qualité de ministre d’Etat, conseiller spécial du président de la République ne ferait également pas partie du nouveau gouvernement. Ce dernier est accusé par ses adversaires du même parti de profiter de son poste à des fins partisanes. A en croire certaines informations, la révocation de Abdelhamid Zerguine à la tête de Sonatrach pourrait précipiter également le départ de Youcef Yousfi. Pourtant d’autres informations ont annoncé que l’actuel ministre de l’Energie pourrait être le mieux placé à remplacer Abdelmalek Sellal à la tête du gouvernement. Seuls quelques ministres pourraient figurer dans le prochain gouvernement à l’instar de Ramtane Lamamra, Amar Ghoul, Nouria Benghabrit, Mohamed Tahmi, et Amara Benyounès. Ce dernier cité pourrait être nommé à l’un des ministères de souveraineté, probablement au ministère des Affaires étrangères ou de l’Intérieur. Pour l’heure c’est Ramtane Lamamra qui continue à diriger la diplomatie algérienne. Par ailleurs, l’actuel ministre du Commerce est pressenti à prendre les destinées du département de l’Intérieur. Le président de la République comptera également beaucoup sur le talent de l’actuelle ministre de l’Education, Mme Nouria Benghabrit pour sauver l’école algérienne en voie de déperdition. Malgré les critiques et les embûches du courant islamiste, l’actuelle ministre de l’Education a gagné la confiance et le soutien des parents d’élèves. Ces derniers souhaitent à ce que Mme Benghabrit bénéficie de l’aide et de soutien de tous, notamment par le président de la République pour remettre sur rail l’école algérienne en lui redonnant sa véritable vocation et sa valeur d’antan.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 14:22
Des avions civils et de guerre aux mains des groupes terroristes : Vive le "Printemps Arabe"

Après les avions civils qui se trouvent entre les mains des groupes islamistes armés en Libye, l’organisation criminelle de «Daech» vient de s’emparer de 21 avions mais cette fois-ci de guerre. C’est le fruit du «Printemps arabe».

Les groupes islamistes armés en Syrie ont réussi à s’emparer d’un aéroport militaire dans la région de Raqa. Ce bastion de l’armée syrienne est le dernier dans la région qui vient de tomber entre les mains dudit «Etat islamique». Au moins 12 avions de guerre sur les 21 qui se trouvent sur le tarmac de l’aéroport sont en bon état et pourraient être utilisées par les criminels de «Daech». Selon un officier-déserteur de l’armée syrienne qui a gardé l’anonymat, quatre avions de guerre qui sont tombés aux mains des criminels de «Daech» étaient intacts. D’autres sources ont ajoutées qu’au moins huit autres avions de guerre des 21 se trouvent dans un bon état et pourraient être utilisées par les «djihadistes». Ces avions de guerre sont sous le contrôle des groupes islamistes de «Daech» qui ont réussi à s’emparer de l’'aéroport de Tabqa, dernier bastion du régime de Bachar al-Assad dans la province septentrionale de Raqa, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «170 soldats syriens parmi lesquels des officiers et sous-officiers ont été tués dimanche dans l'offensive qui a permis aux djihadistes de l'Etat islamique de prendre l'aéroport de Tabqa.» Côté djihadistes, 346 ont péri depuis mardi soir, portant à 541 le bilan total des morts en six jours. Les djihadistes avaient lancé mardi un assaut contre l'aéroport. Outre Raqa, l'EI, qui a récemment revendiqué la décapitation du journaliste américain James Foley, s'est emparé d'une grande partie des provinces d'Alep (nord) et de Deir Ezzor (est) ainsi que de certaines zones de Hassaka (nord-est). Ainsi, après les différentes armes lourdes dont les lance-roquettes, missiles sol-sol et sol-air, voici les groupes islamistes qui se dotent d’avions civils et de guerre. Il y a quelques jours, au moins 13 avions civils ont été récupérés par les groupes terroristes en Libye. Parmi ces avions, se trouvent deux Airbus A320 civils appartenant à une compagnie tunisienne. Les terroristes auraient désactivés tout système de signalisation afin que les appareils échappent aux contrôles des radars. Désormais, il faudrait s’attendre à n’importe quel moment à des attaques similaires à ceux du 11 septembre aux Etats-Unis d’Amérique. Après les 13 avions détenus par les groupes islamistes en Libye, 21 avions de guerre tombent entre les mains de «Daech» en Syrie. Cela n’est pas une surprise, les groupes armés islamistes, qui avancent lentement mais sûrement, pourraient s’emparer définitivement de la Libye, Yémen, Irak et probablement la Syrie. Ils pourraient même revendiquer des sièges au sein des organisations internationales telles que la Ligue arabe, l’ONU... Vive le «Printemps arabe».

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article