Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 04:44
Algérie : Les militants de l’ex-FIS ont tenté d’investir l’aéroport international Houari-Boumediene Lire l'article en PDF sur le journal "La nouvelle République" N° 5001 du Dimanche 27 juillet 2014

Lire l'article en PDF sur le journal "La nouvelle République" N° 5001 du Dimanche 27 juillet 2014

Sous le commandement d’Ali Belhadj et Ali Djeddi, des milliers d’islamistes dont la majorité est issue des militants de l’ex-Front islamique du salut dissous (FIS) ont tenté d’investir l’aéroport Houari-Boumediene à Alger.

Photo : En raison du laxisme du gouvernement, l'Algérie pourrait basculer vers les années 1990 à n'importe quel moment

L’intervention des forces de sécurité a évité l’irréparable en repoussant la foule avant de bloquer les routes menant vers l’aéroport. Ce n’est pas par hasard qu’Ali Belhadj et Ali Djeddi ont décidé de changer de mosquée pour accomplir la prière du vendredi. Au lieu de la mosquée Al Bakoune Ala Al Ahd (Kouba), l’ex-Lieutenant d’Abassi Madani a donné rendez-vous à ses acolytes à la mosquée (Abu Hanifa Anaamane). La mosquée est située à Al Magharia, dépendant administrativement de la daïra de Hussein dey. La mosquée était déjà pleine à craquer quand Ali Belhadj, ses gardes- corps et accompagné de plusieurs de ses acolytes sont arrivés à la mosquée Abu Hanifa Anaamane à Al-Magharia. Comme à ses habitudes, l’ex-n°2 de l’ex-FIS a pris la parole après la prière de vendredi indiquant qu’ils allaient sortir pour organiser une marche pour soutenir les Palestiniens de Ghaza. Au cours d’un briefing tenu au niveau de la mosquée, Ali Belhadj, accompagné d’Ali Djeddi, a tiré à boulets rouges sur le pouvoir en place l’accusant de traître et d’avoir vendu les pays arabes aux Américains et aux juifs. «Le plus grand pays qui a trahi les musulmans, c’est l’Arabie Saoudite», a lancé Ali Belhadj. Ce dernier a ajouté, je cite : «C’est vers l’aéroport que nous allons nous diriger et non pas à la place du 1er Mai. Nous allons leur demander deux choses, soit qu’ils envoient les forces armées à Ghaza, soit qu’ils mettent à notre disposition des avions comme ils l’avaient fait à Oum Dermane au Soudan». A ce même sujet, l’ex-vice président du FIS dissous a fait savoir que l’Etat devrait réquisitionner les avions pour les Algériens pour leur permettre de regagner les pays limitrophes à la Palestine. «Nous sommes prêts à mourir en martyrs pour Ghaza et pour la mosquée d’Al Qods», a indiqué Ali Belhadj. Le n°2 de l’ex-Fis a été interrompu par un tonnerre d’applaudissements suivi de «Allah ou Akbar». «Je vous demande de me laisser en tête de la marche», a répété Ali Belhadj. Avant de quitter la mosquée, les islamistes ont commencé à scander le fameux slogan du FIS à savoir : «La Ilaha Ila Allah, Mohamed Rassoul Allah, Aleyha Nahya, Wa Aliha Namoute, wa fi sabiliha Noujahid, wAliyha Nalka Allah. Même si les les forces de l’odre avaient encerclé la mosquée, les milliers d’islamistes ont réussi à marcher, utilisant de temps à autres des ruelles pour arriver sur l’autoroute, menant vers l’aéroport. Au niveau de Bab Ezzouar, les forces de police ont réussi à stopper la marche où plusieurs militants islamistes ont été appréhendés. Ali Belhadj a décidé alors de mettre fin à la marche et ce, en prenant encore une fois la parole, dénonçant l’intervention des forces anti-émeutes. Ali Belhadj et consorts savent très bien qu’ils ne peuvent aller nulle part. Même s’ils arriveront à Ghaza, ils seront écrasés comme des mouches. L’ex-vice président du FIS dissous doit savoir également que le temps de la guerre avec des épées et des flèches est révolue. Maintenant, la place est à la technologie et que ce «savoir» ne pourrait pas être utilisé par la catégorie d’Ali Belhadj. En somme, les forces de sécurité ont réussi pour la énième fois à rétablir l’ordre, mais jusqu’à quand ?

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 19:29
Crash d'avion au Mali : Il s’agit d’un appareil de «Swiftair» et non pas d’Air Algérie

Voir l'article sur le journal en PDF Page 2 :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-07-24/lnr.pdf

L’avion qui s’est écrasé au nord du Mali avec à son bord 116 passagers appartient à la compagnie espagnole «Swift Air» et non pas à «Air Algérie», comme il a été rapporté par les médias surtout étrangers. Air Algérie n’a fait qu’affréter l’appareil qui appartenait à «Swift Air», il est de même pour l’équipage qui était espagnol. avion espagnol.jpg Plusieurs médias surtout étrangers ont continué à rapporter que l’appareil qui s’est écrasé appartenait à la compagnie nationale de navigation «Air Algérie».

Au début, l’erreur était permise et admise du fait qu’on ne sait pas trop sur l’appareil où sur les conditions de sa disparition. Malheureusement, les mêmes médias ont continué de donner des fausses informations, rapportant que l’avion appartenait à la compagnie «Air Algérie». Certes, ce n’est pas une honte et ce n’est pas également impossible qu’un accident survint à un appareil d’Air Algérie. Ce qui est vraiment inacceptable est que malgré les détails et les précisions donnés sur l’avion en question appartenant à la compagnie Espagnole, on a continué intentionnellement à parler d’un avion «d’Air Algérie». Par cet état de fait, les médias en question et les différents responsables étrangers voulaient porter indirectement préjudice à Air Algérie en lieu et place de la compagnie espagnole. N’importe quelle compagnie de l’aviation du monde est susceptible de faire l’objet d’un accident similaire et à n’importe quel moment. Le fait est qu’il fallait être sincère et de donner la véritable information et de procéder aux rectifications nécessaires si toutefois l’erreur n’est pas, bien entendu, volontaire. Nous sommes persuadés que les auteurs de la désinformation auraient immédiatement rectifié le tir si l’événement était au profit de la compagnie en question. Ces derniers n’auraient jamais accepté ou permis à Air Algérie de bénéficier ou de recevoir les éloges à la place d’une autre compagnie. De toute manière, cette désinformation ne pourrait en aucun cas apporter préjudice à la compagnie nationale algérienne. Couvrant un réseau de 96 400 km, la compagnie Air Algérie procède au transport de plus de 3 000 000 passagers et de près de 20 000 tonnes par an. Son réseau international couvre quarante-cinq villes desservies dans trente pays en Europe, Moyen-Orient, Maghreb, Afrique et Amérique (Canada). Sur les lignes intérieures, Air Algérie est adossée à un réseau domestique reliant 31 villes. Air Algérie a produit près de 5 milliards de sièges-kilomètres offerts (SKO) et a réalisé 3,3 milliards de passagers-kilomètres transportés (PKT)[réf. nécessaire]. Le groupe possède 150 agences réparties en Algérie et à l'international. En 2010, Air Algérie a transporté 3,5 millions de passagers. La compagnie s'adresse aux longs courriers; une ligne Alger-Montréal est en service depuis le 15 juin 2007. À partir de février 2009, elle relie Alger à Pékin à bord d'un Airbus A330-200. En somme, malgré les quelques incidents qui se comptent sur les bouts d’un doigt, les pilotes de la compagnie Air Algérie sont considérés parmi les meilleurs au monde

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 04:18
Au lieu d’une maternité, elle a été jetée dans un foyer de personnes âgées !

Lire l’article en PDF sur le journal (Page 09) :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-07-23/lnr.pdf

Une jeune mère célibataire de 21 ans censée normalement d’être dans une maternité se trouve actuellement dans un foyer des personnes âgées d’Oum El Bouaghi. Cette malheureuse qui aurait dépassé la période de son accouchement de 43 jours, s’est refusé l’admission par plusieurs responsables des hôpitaux pour des raisons qu’on ignore pour l’instant.

Photo : Sur quelle critère accepte-t-on des patientes dans une maternité ?

Afin d’en savoir plus à ce sujet, nous avons pris attache avec le centre des personnes âgées où il nous a été confirmé la présence de la jeune-mère et le dépassement de son accouchement qui avoisine les 40 Jours, disent-ils. Nos interlocuteurs ont indiqué que les efforts déployés par les services du centre pour qu’elle soit admise dans un établissement hospitalier sont restés vaines. « Nous avons évacué cette personne vers les hôpitaux d’OumEl Bouaghi, AinM’lila et Ain Fekroune mais n’a pas été admise», a-t-on appris auprès des responsable du centre. Le directeur de l’action social P/I avec qui nous nous sommes entretenus ne voit pas l’urgence de l’affaire et nous a indiqué qu’elle sera évacuée au moment opportun pour accoucher. Ce dernier a par ailleurs réfuté les informations du dépassement d’accouchement, soulignant que la jeune mère présente une grossesse classique. Pourtant, les informations recueillies auprès de certaines personnes qui ont voulu garder l’anonymat indiquent que l’état de la jeune mère est désastreux et qu’elle a dépassé la période de grossesse de plus de 40 jours. A ce même sujet le directeur de la santé de la wilaya d’Oum El Bouaghi nous a déclaré que le cas de la jeune-mère a été évoqué dans un briefing et qu’il a donné des instructions quant à la prise en charge de la patiente. Malheureusement, la jeune-mère se trouve toujours dans le foyer des personnes âgées. Pourquoi cette jeune mère a été «jetée» dans un centre des personnes âgées ? Pourquoi les hôpitaux ont-ils refusé son admission. Où sont-les assistantes sociales pour suivre le cas de cette jeune mère ? Pourquoi n’a-t-on pas cherché à trouver un hébergement convenable dans un quelconque centre et ce même en dehors de la wilaya. L’état aurait certainement mis à la disposition des directions de l’action sociale des budgets pour des cas particuliers. Plusieurs questions méritent des éclaircissements par les responsables de la santé et des personnes concernées de prendre en charge ce cas. Dans un autre pays cette jeune-mère aurait été prise en charge dès les premiers jours de sa grossesse et sera suivie par des spécialiste en la matière jusqu’à son accouchement. Malheureusement ce n’est pas le cas actuellement chez nous et pourtant de nombreux responsables tirés à quatre épingle participent à la journée du 8 Mars consacrée à la femme. Ce n’est que ce jour où les droits de la femme sont évoqués haut et fort devant les caméras de télévision, les micros et la plumes des journalistes. En somme, dans une tentative humanitaire, la «Nouvelle République» n’a pas restée sourde à l’appel de détresse de cette jeune-mère. Le directeur d’un EPH a été sollicité et a accepté de prendre la patiente en charge dans le cas où elle sera évacuée. Au moment où nous mettons sous presse nous avons appris que la jeune-mère sera évacué aujourd’hui vers 10H sur la wilaya de Khenchela où elle devait être admise au niveau de la maternité de la ville

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 04:30
Les groupes armés islamistes exploitent l’inexpérience des forces de sécurité tunisiennes et égyptiennes

Les derniers attentats terroristes perpétrés en Tunisie ou en Egypte justifient bel et bien, l’inexpérience des forces armées des deux pays dans leur combat contre le terrorisme islamiste. Cet avantage profite aux groupes armés qui ont suivi des entraînements paramilitaires dans les nombreux camps des maquis.

En effet, les deux attentats terroristes en Tunisie et en Egypte ont été commis presque à la même heure. Ce n’est pas par pur hasard que les criminels ont choisi de frapper au moment de la rupture du jeûne «ftour». Avant de commettre leur sale méfait, les terroristes ont bien surveillé les militaires avant de passer à l’acte. C’est le cas des circonstances des deux attentats perpétrés en Tunisie et en Egypte qui se sont déroulés au moment de la rupture du jeûne. Epuisés par les efforts fournis durant la journée surtout en ces chaleurs torrides du mois de juillet, les militaires ont été surpris par les assaillants qui n‘attendaient que ce moment pour donner l’assaut. Même la riposte des soldats ne pourrait qu’être faible en raison de plusieurs facteurs à savoir : l’attaque surprise, la fatigue et les armes lourdes utilisées par les groupes terroristes. Cette méthode n’a réussi qu’une seule fois aux criminels islamistes en Algérie lors de l’attaque de la prison de "Tazoult" dans la wilaya de Batna, un certain 28e jour du mois de Ramadhan de l’année 1994. Les criminels de l’émir d’Amar Saïfi alias Abderrezak El-Para ont réussi à libérer près de 1 200 prisonniers islamistes avec la complicité de deux gardiens de la prison. Cette spectaculaire évasion a permis également aux terroristes de repartir avec un arsenal de guerre à savoir, 50 pistolets de type Makarov et Tukarev, trois mitrailleuses, 50 mitrailleuses de type Thomson et Matro 49, 25 autres pièces de type Mass 36 ressemblant à des fusils semi automatiques, 15 grenades de gaz lacrymogène ainsi qu’un nombre important de fusils-mitrailleurs de type Kalachnikov. Dans cette opération, les criminels ont libéré également plusieurs détenus de droit commun qui étaient obligés de sortir, craignant d’être abattus par les terroristes. Avant de repartir, les terroristes ont pris le soin d’accomplir la prière de remerciements « Soujoud Echokr» devant la prison. Ils ont également bloqué les routes menant vers la prison à l’aide des pelles rétro-chargeuses. Les 1 200 islamistes se sont scindés en groupe de 200 et ont rejoint les maquis de plusieurs régions du pays. Depuis cette date, les forces de sécurité algériennes ont pris l’ensemble des mesures surtout durant le mois de Ramadhan. Bien au contraire, c’est au moment du «ftour » que les militaires, les éléments de la gendarmerie et de la Sûreté nationale renforcent la sécurité pour permettre aux citoyens de rompre le jeûne en toute quiétude. Ce n’est pas uniquement durant la période du Ramadhan que les groupes islamistes organisent des attentats. Les criminels profitent des rendez-vous importants tels que les fêtes nationales et religieuses, les grands matchs de football ainsi que les grands événements pour organiser des attentats. Afin de récupérer les armes, les cartes professionnelles et les tenues militaires, les groupes armés préfèrent également s’attaquer aux convois des forces de sécurité. Sachant bien qu’ils ne pouvaient pas affronter en face à face les militaires, les groupes terroristes activent par surprise. Les attaques contre les convois se feront après que les criminels ont terminé l’étude des itinéraires en aller et retour des militaires. Ils commenceront par faire exploser des bombes enfouies sous terre au milieu du convoi avant de prendre en cible les éléments des forces de sécurité. Les armes, les postes de radio, les documents et les tenues qu’ils récupèrent, leur serviront à dresser de faux barrages même en milieu urbain. Avant de repartir, les groupes terroristes ne manquent pas de piéger non seulement les routes et les chemins qu’ils ont empruntés mais également les cadavres. Cette ruse leur permet de faire d’une pierre deux coups à savoir : faire des victimes dans les rangs des forces de sécurité qui se lancent à leur poursuite et couvrir leur fuite. Dans les villes, les groupes terroristes utilisent d’autres stratagèmes pour s’attaquer aux casernes et aux sièges des forces de sécurité. Il est de même pour certains attentats où les groupes terroristes s’attaquent par des tirs de loin contre une caserne ou un endroit précis mais sans donner l’assaut. Avant l’arrivée des renforts, les terroristes se replient alors qu’au même moment, leurs acolytes ont déjà accompli leurs sales méfaits dans un autre endroit. Les anciens équipements militaires dont disposent actuellement les forces armées Tunisiennes et Egyptiennes ne leur permettent pas de combattre les groupes terroristes. Cependant, avec les armes dont ils disposent, les terroristes islamistes pourraient affronter n’importe quelle armée dans le monde. En somme, il faudrait encore du temps pour que les militaires tunisiens et égyptiens se forgent pour pouvoir faire face aux groupes armés et pour lutter contre un terrorisme qui n’est pas comme les autres.

Lire l'article en PDF sur le journal :

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-07-22/lnr.pdf

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 19:55

Des fondamentalistes ont obligé les organisateurs du festival du rire d’annuler le spectacle programmé dans la journée du samedi à dimanche. A la suite des menaces émanant de plusieurs individus issus du courant islamiste, le wali aurait demandé aux organisateurs «d’éteindre les lumières» et de rentrer chez eux.

Photo : L’intégrisme menace toujours l’Algérie

Cela nous rappelle le début des années 1990 où ladite police islamique «chorta islamiya» a obligé l’annulation des scènes de théâtre et la fermeture des salles de cinéma. Quelques heures seulement avant cet événement, une dizaine de non-jeûneurs qui étaient sur l’esplanade de la direction de la culture ont été pris à partie par plusieurs jeûneurs. Les non-jeûneurs qui organisaient un sit-in sur la place pour réclamer la liberté de conscience ont été attaqués par plusieurs individus dont certains «barbus». Après avoir brûlé les banderoles des manifestants, une altercation s’en est suivie entre les deux camps. Moins nombreux que les assaillants, les non-jeûneurs ont été violemment tabassés. Des bâtons et des objets tranchants ont été utilisés par les agresseurs, obligeant les non-jeûneurs à fuir. Selon des témoins, les non-jeûneurs ont été poursuivis par leurs agresseurs dans les quartiers avoisinants. Certains ont trouvé refuge dans des magasins alors qu’un autre n’a pas trouvé autre que de pénétrer dans une entreprise, ont indiqué les mêmes témoins. Profitant de cet incident, plusieurs individus, la majorité des militants et des sympathisants des mouvements islamistes, se sont permis d’aller directement demander aux organisateurs du Festival du rire d’annuler définitivement la tenue des spectacles sur l’esplanade de la maison de culture. Ne trouvant pas d’argument valable pour justifier leur acte, la poignée d’individus ont fait savoir aux organisateurs que les fidèles qui accomplissaient la prière des «tarawihs» dans une mosquée limitrophe auraient été importunés par le spectacle. Pour en savoir plus à ce sujet, nous avons pris attache avec les organisateurs du spectacle qui ont indiqué ce qui suit : «L’argument présenté par les individus en question est complètement faux. Le spectacle ne commence pas très tôt, à la demande de plusieurs familles qui ont émis le vœu qu’il soit organisé à partir 23h, afin qu’elles puissent assister aux représentations après la prière». Ces derniers ont ajouté que depuis quatre ans, le comité des fêtes organise de festival sans connaître aucun problème ou incident. Malgré l’intervention de plusieurs imams et du directeur de wilaya des affaires religieuses, les individus qui ont joué le même rôle que celui de ladite «chorta islamiya» des années 1990 ont obligé l’annulation du spectacle. Selon les organisateurs, deux policiers se sont présentés sur les lieux, demandant l’annulation du spectacle de la nuit et d’attendre les suites de cette affaire. Cet état de fait n’a pas été apprécié par plusieurs familles qui ont dénoncé en même temps les auteurs de la décision officielle de l’annulation du spectacle. « On se demande où est l’autorité de l’Etat, dans le cas où les responsables cèdent aux chantages aux menaces et à la force d’une poignée d’intégristes» ont conclu nos interlocuteurs

Voir les commentaires

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 20:06
Attentat terroriste à Sidi Bel-Abbes (Algérie) : Large solidarité avec l’institution militaire et les familles des victimes

Lire l’article en PDF à partir du journal (Page2)

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-07-16/lnr.pdf

L’attentat de Sidi Bel-Abbès, perpétré par un groupe terroriste, n’a pas laissé indifférents la société civile, les organisations de masse et les citoyens, qui ont qualifié cet acte de criminel, lâche et barbare, faisant part de leur profonde sympathie et de leur solidarité avec l’institution militaire et les familles des victimes.

Photo (Archives) : Ce terroriste exhibe un poste radio (Talkie-Walkie) récupéré après un guet-apens tendu à une patrouille des forces de sécurité. Une méthode souvent utilisée par les criminels du GIA et de l’ex-G.SP.C, l’actuel AQMI.

Certains n’ont pas manqué de lancer un appel au président de la République, l’interpellant de mettre fin au projet de ladite réconciliation nationale. «Ce projet ne fait qu’encourager les criminels surtout lorsqu’ils sachent qu’à n’importe quel moment, ils pourraient bénéficier de la clémence de ses mesures.» Pour rappel seulement, sept éléments des forces de sécurité dont quatre gardes communaux ont trouvé la mort à la suite d’une explosion d’une bombe au lieudit Ain Aïcha, commune de Sidi Chaïb, wilaya de Sidi Bel-Abbès a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale. Certaines sources ont indiqué que les victimes sont tombées dans un guet-apens tendu par les terroristes dont on ignore le nombre. Après l’explosion de la bombe, les criminels ont ouvert le feu sur les membres des forces de sécurité, a ajouté la source qui reste à confirmer. Cette méthode est souvent utilisée par les sanguinaires islamistes pour faire d’une seule pierre deux coups à savoir : assassiner les militaires et récupérer les armes, munitions, cartes de profession, poste de radio (talkie-walkie) et uniformes. Les effets vestimentaires, les appareils émetteurs-récepteurs ainsi que les documents administratifs seront utilisés par les groupes terroristes au cours des faux-barrages. Cet attentat est le premier du genre en ce mois sacré de Ramadhan, période où les groupes terroristes avaient l’habitude d’intensifier leurs sales méfaits. Lors du Ramadhan de 2011, les sanguinaires ont multiplié les actes terroristes notamment dans la région de Kabylie. Pendant cette année, les criminels ont commis un double attentat à l’Ecole interarmes de Cherchell (Tipasa), faisant 18 morts et de blessés. A Tizi Ouzou, un attentat suicide a visé un commissariat de police faisant plus de 30 blessés. A Bordj Bou-Arréridj, deux policiers ont été assassinés devant la mosquée pendant les prières de la nuit «tararawih». Les criminels qui étaient à bord d’une voiture ont criblé de balles les deux policiers avant de s’enfuir. Plusieurs autres tentatives et actes terroristes ont été enregistrés pendant l’année 2011 notamment à Chlef, Sidi Bel-Abbès, Si Mustapha (Boumerdès), Kadiria (Bouira) et Béni K’sila (Béjaïa). Depuis, les forces armées ont donné du fil à retordre aux groupes terroristes qui se sont repliés dans leurs fiefs où seules quelques tentatives ont été signalées. Pendant ce mois sacré 2014, un dispositif de sécurité exceptionnel a été mis en place. A plus de la sécurité des frontières qui a été renforcée, les forces de sécurité sont présentes également en grand nombre aux alentours des mosquées, marchés et lieux publics. Cela a pour objectif d’annihiler tout acte terroriste et de lutter contre le fléau du banditisme. Les citoyens devraient également être vigilants en signalant tout acte ou personne suspects qui pourraient nuire à leur sécurité et celle du pays. Comme nous l’avons indiqué dans nos précédentes éditions, le terrorisme islamiste continuera toujours à être une menace pour la sécurité des citoyens et du pays. La véritable menace ne vient pas de ceux qui se trouvent actuellement dans les maquis. Ce sont ceux qui sont à l’ombre et qui disent être des islamistes modérés alors qu’ils exploitent l’islam pour arriver au pouvoir. Ce sont ces mêmes individus qui procèdent à l’endoctrinement des jeunes, des moins de jeunes et même des plus âgés en les envoyant au «djihad» à la recherche du d’une place au paradis. En somme, même si les forces de sécurité ont réussi à vaincre sur le terrain, l’éradication définitif de ce fléau ne pourrait se faire qu’à partir de ces racines ; malheureusement, ce n’est pas encore le cas.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 19:09
Algérie : Quand le sang des Palestiniens est exploité à des fins partisanes

Comme à leurs habitudes, les dirigeants des mouvements islamistes ne ratent aucune occasion pour exploiter les malheurs et les drames des autres à leur profit afin de gagner la sympathie des Algériens et d’attirer les feux de la rampe. Après l’avoir déjà fait auparavant dans les conflits afghan, bosniens et irakien, revoilà Ali Belhadj, Abderrazak Mokri, Abdellah Djaballah et consorts qui voit couler le sang des Palestiniens à Ghaza. une «carte-gagnante» qui pourrait convaincre les Algériens à adhérer à leur idéologie.

Photo : Abderrazak Mokri le Président du mouvement HMS ex HAMAS en Algérie

L' ex-vice-président du FIS dissous n’a pas donné de prêche ce vendredi comme à ses habitudes. Après la prière, il s’est contenté d’appeler ses acolytes de sortir dans la rue en solidarité avec les Palestiniens de Ghaza. Intervenant debout cette fois-ci, Ali Belhadj a insisté auprès de ses militants de le laisser en tête de la manifestation tout en leur rappelant d’éviter de répondre aux provocations des forces de l’ordre. Brandissant des pancartes à travers lesquelles les islamistes ont indiqué qu’ils condamnaient les bombardements de l’armée israélienne sur les Palestiniens à Ghaza. A quelques mètres de la sortie de la mosquée de Kouba, la manifestation est stoppée par les forces de police qui les attendaient. «Nous manifestons en solidarité avec nos frères à Ghaza», ont-ils lancé aux forces de l’ordre. «Ghaza ou autres, vous n’avez pas d’autorisation à manifester. Vous êtes en infraction avec les lois de la République et vous devez vous disperser», a répondu un officier de police. Les islamistes n’avaient pas de choix que de rebrousser chemin vers la mosquée avant qu’ils ne décident de rentrer chez eux. Furieux, les responsables et militants de l’ex-FIS n’ont pas laissé passer cette occasion pour tirer à boulets rouges sur le pouvoir. Ces derniers sont même allés très loin en essayant d’induire le peuple algérien en erreur, indiquant que la priorité du pouvoir en Algérie ce sont les festivités du 14 juillet en France. «L’Algérie est préoccupée par le centenaire de la fête de l’indépendance française et par l’ouverture des synagogues», ont écrit les islamistes du parti dissous. Ces derniers ont certainement oublié d’écrire que plus de 200 000 Algériens et 6 000 autres ont été égorgés dans les années 1990. Ce n’est peut-être pas un oubli, ils savaient très bien que ce n’est pas Israël qui était à l’origine de ces massacres qui ont eu lieu au nom de l’islam. Plusieurs militants issus du mouvement islamiste dirigé par Abdellah Djeballah ont également participé à des marches en solidarité avec le peuple palestinien. Une autre manifestation a été tenue cette fois-ci par un parti islamiste proche des Frères musulmans à savoir le MSP, ex-Hamas en Algérie. Le rassemblement a eu lieu devant le siège du parti où les militants de ce mouvement ont scandé des slogans en faveur du peuple palestinien de Ghaza. Plusieurs responsables du MSP ont pris la parole, indiquant qu’ils ne s’arrêtaient pas là et qu’ils allaient tout faire pour aider les Ghazaouis mais sans dire comment. Abderrazak Mokri n’a pas manqué également d’interpeller les autorités algériennes leur demandant de prendre leur responsabilité et d’intervenir pour faire cesser l’agression d’Israël sur la bande de Ghaza. Mokri n’a pas donné de détail sur ce que pourrait faire les autorités algériennes. Sur le plan diplomatique, le chef de HMS savait très bien que l’Algérie n’a pas de relation avec Israël et ne pouvait pas donc intervenir. Si le n°1 du parti HMS faisait allusion à l’aide militaire, il devrait savoir que nous sommes en 2014 et que les années 1970 sont révolues. Les islamistes doivent savoir que les guerres de l’époque de flèches, épées, ou des Kalachnikovs, chars, blindés et des milliers d’hommes de troupes ne sont plus d’actualité. Même si notre pays dispose des avions de chasse et de guerre de dernière génération, cet armement ne sert à rien. Avec la nouvelle technologie moderne, ces avions seront détruits sur place et n’auront même pas le temps de prendre les airs. Il convient donc à Ali Bel Hadj, Mokri, Djabbalah et consorts de cesser d’exploiter le sang des Palestiniens et de ne pas enduire le peuple algérien en erreur. Même s’ils étaient des chefs d’Etat, ils ne changeront en rien la donne. Dans un autre cas, ils connaîtront le même sort que Saddam Hocine et leurs pays connaîtront le même sort que l’ex-Yougoslavie, l’Irak ou de la Libye de Kadhafi. A bon entendeur

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 00:12
Algérie : Des dizaines d’intégristes manifestent contre la réouverture des Synagogues

Comme on s’y attendait les intégristes-islamistes ont saisi l’occasion de ce qui se passe à Gaza (Palestine) pour tenter d’intimider le gouvernement Algérien en ce qui concerne la réouverture des cultes non-Musulmans. Ainsi, ils étaient des dizaines à manifester dans le quartier de Belcourt à Alger après la grande prière et ont tenté d’organiser une manifestation à ce sujet.

Fort heureusement, les forces de police qui étaient présents sur lieux ont bloqués les islamistes. Il a noté que le Ministre des affaires religieuses (Normalement, ce département ne devrait pas exister) a indiqué que le gouvernement envisage de rouvrir les synagogues fermées dans les années 1990 pour des raisons de sécurité. Les extrémistes qui sortaient de la mosquée ont scandé des slogans intégristes à savoir « Non à l’ouverture des synagogues, Algérie Musulmane ou Non à la judaïsation de l’Algérie». Ces derniers n’ont pas manqué également de scander des formules anti-israélien et de dénoncer les frappes contre la bande de Gaza. Les manifestants ont répondu à l’appel d’un fondamentaliste-islamiste, répondant au nom de Hamadache Abdelffatah. Ce dernier a été récemment arrêté par les forces de police, lorsqu’il a tenté de manifester contre la visite du Président Egyptien en Algérie. Que connaissent, ces intégristes en religion pour s’opposer à l’ouverture des lieux de culte ? Si vraiment ils sont des croyants, comment pourraient-ils contester l’ouverture des lieux des cultes ? A moins s’ils croient que le Bon Dieu des Musulmans n’est pas celui des chrétiens et n’est pas celui des autres croyants, c’est autre chose. Tout d’abord, qui sont-ils pour parler au nom des Algériens ou de dire que l’Algérie est musulmane ? S’ils sont des Musulmans, c’est leur affaire mais cela ne concerne pas le pays. C’est la même chose pour les autres croyants que ce soit, chrétien, catholiques, bouddhistes ou autres. Même les athées ont le droit de ne pas croire et personne ne peut les obliges à le faire. Croire en Dieu ou ne pas croire, pratiquant ou pas, cet état de fait est une affaire privée. Même le Bon Dieu n’a jamais mandaté un Président, un Ministre ou une simple personne de parler en son nom. Dans le cas où ils disent qu’ils sont des arabes et la religion des Arabes, c’est l’islam, ils se trompent énormément. La preuve : Il y a des Musulmans Américains, Russes, Français, hindou etc. Comme également il y a des Arabes chrétiens, juifs, bouddhistes etc. A ce même sujet, s’ils sont arabes, les 99% d’Algériens ne le sont pas. Pour ceux qui interprètent la fameuse histoire à savoir : Nous sommes des Amazighs arabisés par le Coran, cela et faux, archifaux. Si tel est le cas, pourquoi alors les Iraniens et autres ne soient pas redevenus des Arabes. En somme, le gouvernement Algérien ne doit pas se laisser intimider par cette poignée d’intégristes. Bien au contraire, il doit rapidement ouvrir les synagogues, les églises et pourquoi pas d’autres lieux de culte. En Algérie, la liberté des cultes est une ligne rouge à ne pas franchir alors que les lois de la république sont au-dessus de tous.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 20:03
L’armée Israélienne réplique par des avions de chasse aux « Pétards» du Hamas : Plus de 400 raids ont fait 41 morts et plus de 300 blessés

L’armée israélienne a répliquée aux roquettes des combattants de diverses factions de Hamas par plus de 400 raids aériens. Si les «pétards» palestiniens ont fait zéro «0» victime, les bombardements des avions de chasse sur Ghaza ont fait jusqu’à hier au moins 40 morts dont des enfants et des femmes et des centaines de blessés.


Photo : Par vos "pétards"vous faites plus de mal au peuple Palestinien que son adversaire.


Comme nous l’avons souvent donné dans nos précédentes éditions, le Hamas et ses ailes armées sont les ennemis n°1 du peuple palestinien. A chaque fois où un Israélien est tué, ce sont des dizaines de Palestiniens qui se font massacrer. Hier encore, les malheureux habitants de Ghaza ont été bombardés par des avions de chasse en raison des «pétards» lancés par les combattants du Hamas en direction d’Israël. Certains missiles de «cartons» ne tombent même pas sur les villes israéliennes. Afin de prendre la communauté internationale pour témoin, l’Etat hébreu «pleurniche» pour justifier ses bombardements contre le peuple palestinien. Certains pourraient ne pas être d’accord avec notre analyse en disant que les militants de Hamas et leurs combattants luttent contre l’occupant sioniste. Nous pouvons accepter ce raisonnement si toutefois les combattants du Hamas ou autres activent sous la bannière de l’Etat palestinien. Si le pouvoir palestinien trouve qu’il est en mesure d’affronter militairement l’armée israélienne qu’il le fasse. Malheureusement, l’Etat palestinien n’a pas déclaré la guerre à Israël, choisissant la voix du dialogue. Si l’autorité palestinienne a refusé de prendre les armes contre l’Etat hébreu, elle sait très bien que dans la conjoncture actuelle, cet état de fait ne pourrait se faire car il n’apporterait pas de résultat. A ce même sujet, nul ne pourrait ignorer que viser Israël cela veut dire que vous visez les Etats-Unis d’Amérique en premier lieu et les dizaines de pays occidentaux. Quant aux Palestiniens, ils ne peuvent compter sur personne même pas sur les pays arabes. La seule action que pourrait venir des pays arabes est la condamnation. En plus du Hamas, ledit Hezbollah a fait de même et donne également l’occasion à l’armée israélienne de bombarder le Liban. L’ensemble des mouvements islamistes et leurs «ailes armées» constituent un danger pour la démocratie et la sécurité des peuples dans le monde notamment les arabes et les musulmans. Nous n’avons pas besoin de le prouver, il suffit simplement de mettre la lumière sur ceux qui se disent être des « Islamistes modérés» et qui participent dans le champ politique à l’image des Frères musulmans, le Front islamique dissous, le Hezbollah ou le Hamas Palestinien. En raison de leurs idéologies, l’Islam est montré du doigt alors que d’autres le considèrent comme étant une religion qui prône l’intégrisme et la violence. Pour les mêmes facteurs de ces extrémistes qui instrumentalisent l’islam à des fins autres que le culte, les arabes et les musulmans du monde entier sont redevenus des terroristes sans exception aucune. Pourtant, les massacres commis par les groupes islamistes en Algérie, Egypte, Yémen, Syrie, Nigéria et dans d’autres pays démontrent bel et bien que l’Islam, en premier, les arabes et les musulmans sont les premières victimes de ces fanatiques.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 20:11
L’Algérie participera officiellement aux festivités du 14 Juillet en France : Est-ce le début d’une véritable réconciliation ?

C’est officiel l’Algérie participera officiellement aux commémorations des festivités du 14 Juillet 2014. L’information a été confirmée par le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra. Le ministre des Affaires étrangères, M. Ramtane Lamamra, s’est exprimé à ce sujet en marge d’une visite effectuée au port d’Alger pour s’enquérir en compagnie du ministre des Transports M.Amar Ghoul, sur les conditions d’accueil de la communauté algérienne en provenance de l’étranger pour les vacances d’été.

Photo : Le Ministre des affaires étrangéres Algérien et son homologue français.

Selon des sources dignes de foi, des militaires algériens prendront part aux Cérémonies du 14 Juillet et devraient également assister à une animation sur la Place de la Concorde. Plus de 80 pays et autres pays ayant participé à la première guerre mondiale ont été, également, invités cette année par le président de la République, M.François Hollande. La participation de l’Algérie aux festivités du 14 Juillet est une première dans l’histoire depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962. Cette initiative pourrait être le début d’une véritable Réconciliation entre les deux pays et même les Français pourraient éventuellement prendre part en Algérie aux prochaines festivités marquant l’indépendance du pays, pourquoi pas ? L’information faisant état de la participation de l’Algérie aux festivités n’a pas laissé indifférents plusieurs partis politiques que ce soit en Algérie ou en France. Sans surprise et comme à ses habitudes, le Front national s’est lancé dans un nouveau combat en créant un collectif pour dire «Non» au défilé des troupes algériennes aux festivités du 14 Juillet. Le vice-président du Front national Louis Alliot a lancé une pétition afin de s'opposer à l'invitation de l'armée algérienne pour le 14 juillet. Ce n’est pas le cas au niveau du gouvernement français qui voit en cet état de fait un «grand pas» vers une véritable réconciliation. «C'est une preuve que nous sommes rentrés dans une phase pacifiée avec l'Algérie», a déclaré Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. Au niveau du ministère des Anciens combattant, il a été rappelé le contexte historique de 173 000 habitants d’Algérie sans distinction de confession qui ont participé contre l’occupant allemand durant la guerre. 23 000 d’entre eux ont été tués. C’est le même cas en Algérie où l’ensemble des mouvements islamistes refusent à ce que l’Algérie participe à cet événement. Il en est de même pour certains représentants de la famille révolutionnaire qui exigent des excuses officielles de la part des autorités françaises avant tout projet de réconciliation. En somme, si les deux peuples algérien et français partagent la même langue et ont vécu ensemble depuis plusieurs années, il ne reste qu’aux politiciens et aux responsables des deux pays de tourner définitivement la page du passé et d’aller vers un futur meilleur. Si les Allemands et les Français ont réussi à se réconcilier, pourquoi l’Algérie ne devrait-elle pas le faire ? Lire l’article à partir du journal en PDF: http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2014-07-07/lnr.pdf

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article