Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 21:47

Dix-huit mois après avoir quitté la Tunisie en compagnie de son époux, la femme de l’ex-Président déchu sort de son silence et évoque un coup d’Etat militaire. «Nous n’avons pas fui la Tunisie, nous sommes victimes d’un piège», a indiqué l’ex première dame de Carthage.   

zine-el-abidine-ben-ali-leila-ben-ali-2009-10-25-8-44-49.jpg

 

  Pour la première fois après la chute de l’ex-président tunisien, l’ex-première dame de la Tunisie s’est entretenue avec la presse. Au cours d’une interview accordée à un journal français, l'ex-femme de Ben Ali exilée en Arabie Saoudite, a tout d’abord demandé «pardon» à ses concitoyens en voulant surtout laver son honneur, a-t-elle indiqué. «Je ne me mêlais pas de politique. Mon quotidien était consacré aux œuvres caritatives et sociales. En parallèle, j'ai fait en sorte d'aider mes proches à vivre mieux, c'est vrai», raconte- t-elle au quotidien pour effacer son image de «tête pensante» du clan Ben Ali. «Je voulais bien faire. Si je me suis rendu coupable d'une faute à l'égard d'une personne, je lui demande pardon», poursuit l'ex-première dame. Leïla Trabelsi a dénoncé un «complot militaire» contre son mari. «Pour moi, il s’agit d’un coup d’Etat orchestré, téléguidé, préparé, mais dont j’ignore les commanditaires», affirme- t-elle. «Je ne crois pas du tout au scénario d’une révolution spontanée née d’une contestation de la jeunesse», martèle l'ancienne première dame dans cette interview. Relatant le jour où elle a quitté la Tunisie avec son époux, Leïla Trabelsi a déclaré qu’ils n’ont pas fui. «Mon mari m’a téléphoné depuis le palais de Carthage pour me suggérer de partir en Arabie Saoudite faire une Omra, le temps que le calme revienne. L’idée n’était pas de lui, mais d’Ali Seriati, le chef de la sécurité présidentielle. A mon grand étonnement, mon mari était lui aussi à l’aéroport. Nous sommes partis sans bagages, ni argent, ni passeport», se souvient- elle. Aujourd'hui, Leïla Trabelsi affirme ne pas avoir de sang sur les mains et se dit prête à affronter la justice de son pays. Mais pas à n'importe quel prix. «Pour l'instant, il n'y a que haine et vengeance», dit-elle, souhaitant que ses proches, «présumés coupables à cause de leur nom aient droit à une justice équitable». Avant cet entretien, l’ex- Président a contesté lui aussi les faits qui lui sont reprochés.»Je déplore qu'on ait oublié que, pendant 23 ans, l'Etat, sous ma direction, a amélioré considérablement le niveau de vie de chacun et fait de la Tunisie un pays moderne (...). J'espère que mes compatriotes me rendront justice en se souvenant du chemin qu'ensemble, nous avons parcouru», dit-il dans un message lu par son épouse. Ce qui renforce la thèse de l’époux de l’ex-Président, ce sont les faits qui se sont déroulés quelques heures seulement avant le départ du couple vers l’Arabie Saoudite. A l’époque, pendant le soulèvement qui a suivi l’incident du jeune qui s’est immolé par le feu, seule la police a fait face aux émeutiers. Alors que tout le monde s’attendait une intervention de l’armée pour appuyer la police, ce fut le contraire qui s’est produit. Une fois dans la rue, les militaires se sont mis du côté des manifestants où les accolades et embrassades ont réuni les deux camps.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 21:58
 

Le ministère des Affaires religieuses aurait décidé de maintenir ouvert H 24 les lieux de culte pendant le mois du Ramadhan. Cette situation nous replonge dans l’anarchie des années de braise et dont les conséquences seront graves à assumer.  mosquée alger 1 juillet.jpg

Ainsi, à en croire certaines sources, des directives auraient été données, par lesquelles, le ministère aurait demandé aux directeurs de wilaya de mettre les mosquées à la disposition des citoyens de jour comme de nuit. Nous n’avons pas pu vérifier si les autres ministères ont été associés à cette initiative, notamment celui de l’Intérieur. N’importe quel endroit ouvert durant la nuit permettrait aux repris de justice, voleurs, délinquants de se réfugier pour échapper aux forces de sécurité. Ainsi, ces lieux de culte ouverts serviront également de dortoir pour les sans- abris et à certaines personnes recherchées évitant de prendre des chambres d’hôtels pour éviter le contrôle effectué quotidiennement par les services de police. Selon ces instructions, les mosquées échapperont de facto au contrôle des services de sécurité qui se voient obligés de respecter ces Lieux saints. Cette décision de liberté des lieux de culte a déjà coûté très cher au pays à l’instar de l’opportunité donnée à l’intégrisme qui s’adonnera à l’endoctrinement des jeunes au niveau des mosquées. Plusieurs milliers de jeunes qui ont participé aux «halakate» se sont retrouvés à leur insu dans les maquis terroristes. Après chaque prière, des regroupements sont organisés pour inculquer aux jeunes l’éducation religieuse qui n’est autre que l’appel à la rébellion. Cet état de fait donne l’occasion aux intégristes de détourner la véritable vocation de ces rencontres. Ainsi et au lieu d’apprendre aux jeunes la véritable religion, ce sont des prêches violents et incitations à la violence et à la rébellion qui sont enseignés à ces jeunes. La suite sera dure pour ces innocents qui, au nom de l’islam recevront un véritable lavage de cerveau les incitant à assassiner même leurs propres parents. Sans aucune hypocrisie, c’est à partir des mosquées que des milliers de jeunes sont redevenus des terroristes, «djihdiste» pour les enrôler ensuite au sein des organisations criminelles. C’est justement grâce à ces pratiques irresponsables que des centaines d’Algériens se sont retrouvés dans les rangs des talibans en Afghanistan et dans les bourbiers d’Irak, en Bosnie etc. La majorité de ces innocents ont été massacrés et enterrés sous X. Ce sont des «chouhada» répliquent leurs recruteurs. L’Algérie qui a payé un lourd tribut dans les années 1990 ne devrait pas permettre ce genre de procédés qui portent préjudice à la sécurité des citoyens et à la sérénité du pays. La mosquée est un lieu de culte, elle devrait servir uniquement à l’accomplissement des prières. Les cours religieux seront donnés entre les prières par l’imam ou par une personne désignée par la direction des affaires religieuses qui sera responsable des thèmes et des textes enseignés aux fidèles. En somme, l’Etat doit protéger les mosquées des mains de ceux qui, au nom de l’islam veulent faire de ces lieux de culte, un centre de recrutement de terroristes «djihadiste» et d’incitations à la rébellion et à la violence

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 21:14

Après une minutieuse enquête qui a duré près de six mois, les services de police ont réussi à neutraliser un réseau international spécialisé dans le trafic des véhicules. Ce groupe composé de sept personnes a été arrêté et près d’une vingtaine de voitures récupérées.

voiture setif.jpg

Tout a commencé par la découverte de 26 dossiers suspects de véhicules déposés au niveau des services des cartes grise de la daïra d’Aïn Arnat, a-t-on appris auprès de la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Les investigations menées par les services de police ont permis de découvrir que la majorité des véhicules ont été volés dans la wilaya d’Alger. L’un de ces véhicules a fait l’objet de recherches par les services d’Interpol. Le groupe de ce réseau a procédé à la falsification des numéros de série des véhicules. Après le dépôt des dossiers et l’obtention des cartes grises, les malfaiteurs écoulent les voitures dans les différents marchés du pays. L’enquête diligentée par les services de la police judiciaire a permis l’arrestation d’un premier suspect avant que le reste du groupe ne soit identifié. Trois personnes liées à cette affaire ont été interpellées dont deux fonctionnaires de la daïra de Sétif. Dans la même affaire, une quatrième personne se trouve incarcérée dans une autre affaire au niveau de la prison de Guelma. Le suspect n°5 impliqué dans ce réseau a trouvé la mort, il y a quelques jours dans un accident de la circulation. Son dossier a été classé et n’est donc plus poursuivi dans cette affaire. Au total, sept personnes ont été arrêtées dans cette affaire et près d’une vingtaine de véhicules de différentes marques ont été récupérés. Cinq individus impliqués dans ce trafic ont été présentés devant le parquet et placés en détention provisoire.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 23:12
 

Les groupes islamistes d’Ansar Dine ont détruit, hier, tous les mausolées de saints musulmans de Tombouctou. Cet état de fait intervient quelques heures seulement après que l’Unesco ait inscrit le bien culture de cette ville sur la liste du patrimoine mondial en péril.

 

 

tombouctou.jpg


 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est le porte-parole de ce groupe terroriste qui a donné l’information. «L’ensemble des mausolées seront détruits», a indiqué à la presse, le porte-parole du groupe islamiste d’Ansa Eddine. Ansar Dine, un des groupes islamistes armés contrôlant le nord du Mali, va détruire samedi «tous les mausolées» de saints musulmans de Tombouctou, ville inscrite cette semaine par l’Unesco sur la liste du patrimoine mondial en péril, a affirmé un porte-parole d’Ansar Dine. «Tous les mausolées sans exception», a déclaré à travers un interprète Sanda Ould Boumama, porte-parole d’Ansar Dine à Tombouctou. Selon la mission culturelle de Tombouctou, 16 mausolées de cette ville à la lisière du Sahara surnommée «La cité des 333 saints» sont sur la liste du patrimoine mondial. Le porte-parole d’Ansar Dine s’était, lui-même peu auparavant, exprimé directement sur ces destructions, en laissant entendre dans un français approximatif qu’il s’agit de représailles à la décision de l’Unesco, annoncée jeudi, de placer Tombouctou, ville du patrimoine mondial de l’humanité, sur la liste du patrimoine en péril. «Dieu, il est unique. Tout ça, c’est «haram» (interdit en islam). Nous, nous sommes musulmans. L’Unesco, c’est quoi ?», a-t-il dit, ajoutant que Ansar Dine réagissait «au nom de Dieu». Selon plusieurs témoins, les islamistes ont complètement détruit tôt hier matin le mausolée du saint Sidi Mahmoud, dans le nord de la cité. Ce site avait déjà été profané début mai par des membres d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), autre groupe armé contrôlant le Nord, avec l’appui d’hommes d’Ansar Dine. Des témoins les ont également décrits en train de détruire le mausolée d’un autre saint, Sidi Moctar, dans l’est de la ville. En annonçant sa décision de placer Tombouctou sur la liste du patrimoine mondial en péril, de même qu’un site historique de Gao (nord-est), l’Unesco avait alerté la communauté internationale sur les dangers qui pèsent sur cette ville mythique du nord du Mali.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 23:10

Comme on s y attendait, la Libye est redevenue un entrepôt d’arme à ciel ouvert pour les groupes armés islamistes. Après le chargement d’armes intercepté en Tunisie, ce sont les forces de sécurité égyptiennes qui ont réussi à mettre la main sur une importante cargaison d’armes de guerre en provenance de la Libye.

  

  Egypte 30 ARMEMENT.jpg

 

 

 

 

 

 

En effet, les forces armées tunisiennes ont réussi à déjouer le 20 juin dernier l’acheminement de trois véhicules bourrées d’armes de guerre en destination des groupes terroristes islamistes en Algérie. Selon les militaires, deux mitrailleuses, deux lance-missiles portatifs, un mortier, trois lance-roquettes RPG, des appareils de transmission, un GPS et des quantités importantes de munitions ont été retrouvés. Les armes ont été récupérées, les véhicules détruits, malheureusement les terroristes-approvisionneurs se sont volatilisés. Selon le porte-parole du ministère de la Défense tunisienne, les six terroristes ont réussi à s’enfuir sur le territoire libyen. Cette hypothèse demeure peu convaincante surtout lorsqu’on sait que l’opération de destruction des véhicules des terroristes a été menée par les forces aérienne tunisiennes. Sinon comment peut-on expliquer que les terroristes auraient pu s’échapper aux militaires qui se trouvaient en hélicoptère dans le désert en plus ? Dans un point de presse, le porte-parole du ministère de la Défense a indiqué que la Tunisie considère le désert tunisien comme une «zone militaire» fermée. Après la Tunisie, c’est au tour de l’Egypte de déclarer avoir intercepté une importante quantité d’arme de guerre en provenance de la Libye. Selon le ministre de l’Intérieur égyptien, la saisie a été faite dans la ville côtière de Marsa Matrouh, proche de la frontière avec la Libye. Le chargement comprend : 138 roquettes Grad complètes et 139 têtes de roquettes de ce type, ainsi qu'une trentaine d’armes automatiques et près de 7 000 munitions de divers calibres, selon le ministre. En somme, c’est le fruit dudit «Printemps arabe» qui donne le pouvoir aux fondamentalistes et qui approvisionne en arme de guerre les groupes terroristes. Bien entendu, ce sont uniquement des innocents qui en payent les frais.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 23:09

 

Contrairement à ce qu’espéraient le conseil militaire et les milliers d’Egyptiens, Mohamed Morsi n’a pas demandé aux manifestants de la place Tahrir de lever le sit-in. Bien au contraire, le nouveau Président a mis en garde, l’armée et l’ensemble des forces de sécurité que désormais, il n’y aurait plus en Egypte d’autorité plus forte que l’autorité de peuple. «A partir d’aujourd’hui, il n’y aurait plus en Egypte une autorité plus forte que celle de l’autorité du peuple», a-t-il lancé.

morsi mises en garde.jpg

 

Devant des dizaines de milliers de partisans en liesse, réunis sur la place Tahrir du Caire, le premier Président islamiste et civil de l’Egypte moderne a promis de se battre pour conserver son autorité, et a prêté serment de façon symbolique vendredi, la veille de son investiture officielle. Le discours fort de Mohammed Morsi, a pris des airs d’acte de défi, alors qu’il se prépare à entrer dans une lutte de pouvoir avec les généraux qui se sont attribué la plupart des prérogatives présidentielles quelques jours avant l’annonce des résultats de l’élection. «Je réaffirme que je n’abandonnerai aucun des pouvoirs présidentiels. Je ne peux me permettre de le faire. Je n’ai pas le droit de le faire», a dit M. Morsi, sous les cris de la foule. «Vous êtes la source de ma légitimité, et tous les autres qui pourraient être protégés par quelqu’un d’autre vont perdre», a-t-il ajouté. Il s’est aussi attardé à certaines demandes populaires, en promettant notamment de travailler à la libération d’Omar Abdel-Rahman, un religieux aveugle emprisonné aux Etats-Unis pour avoir participé à un complot terroriste à New York dans les années 1990. Il a aussi promis de faire libérer les manifestants égyptiens, accusés par la justice militaire. «Je ferai de mon mieux pour libérer tous les détenus, dont le docteur Omar Abdel-Rahman», a dit M. Morsi, en montrant du doigt un groupe de manifestants qui brandissaient un portrait du détenu. Les partisans de sa libération estiment qu’il devrait être rapatrié en Egypte pour des motifs humanitaires. «Je m’adresse devant vous aux forces armées, à la police et à l’ensemble des services de sécurité, qu’à partir d’aujourd’hui, il n’y aurait plus en Egypte une autorité plus forte que celle de l’autorité du peuple», a-t-il lancé. «La révolution continue avec un Président élu qui mène le navire de la nation et dirige la révolution», a-t-il indiqué. Il s’est adressé à la foule d’une voix forte, entouré par plusieurs gardes de sécurité. A un certain moment, il a ouvert sa veste pour montrer qu’il ne portait pas de gilet pare-balles, en affirmant qu’il ne craignait personne «sauf Dieu». Ironiquement, son discours a marqué le retour de la Garde républicaine sur l’emblématique place Tahrir, un événement rare depuis que les forces de sécurité évitent la place pour ne pas provoquer d’affrontement avec les manifestants, en colère contre la présence militaire dans les rues. Plusieurs manifestants ont appelé le nouveau Président à prêter serment sur la place Tahrir, épicentre du soulèvement populaire qui a mené à la chute de Moubarak. Mohammed Morsi devait officiellement prêter serment samedi devant la Cour constitutionnelle. «Nous demandons au président de la République de prêter serment parmi nous», a lancé un orateur à la foule avant l’arrivée de M. Morsi. «A partir de maintenant, nous faisons nos demandes au président de la République, non au conseil militaire. Le conseil militaire ne gouverne plus l’Egypte», a-t-il affirmé. M. Morsi a accédé à leur demande en prononçant les mots du serment d’investiture. Plusieurs manifestants scandaient : «Nous t’aimons Morsi» et «Maréchal, dites la vérité, Morsi est votre Président», en référence au Maréchal Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées. Une fois le Président s’est retiré  de la tribune, plusieurs islamistes dont Rached Al-Ghanouchi, chef du parti islamiste Ennahda l’ont suivi. Quand aux milliers de manifestants de la place «Tahrir», ils continuent leur sit-in jusqu’à l’annulation des décisions relatives à la dissolution du Parlement égyptien.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 09:14

Dans un entretien accordé à la chaîne du Qatar, Al Jazeera, Taleb Ibrahimi a tiré à boulets rouges sur le régime et sur les partis de l’opposition en Algérie. Selon le chef du parti islamiste Wafa (Non agréé), la démocratie en Algérie est fictive, les élections sont truquées et que les partis politiques de l’opposition ne sont que des marionnettes entre les mains du pouvoir.

Fausses vérités et vrais mensonges Taleb-ibrahimi-300x273

 

Taleb Ibrahimi qui regrette la culture occidentale des Algériens, vit actuellement en France ! Même l’institution militaire n’a pas échappé aux critiques de Taleb Ibrahimi, lui reprochant d’exercer un «tutorat» sur le peuple algérien. Pour clôturer ses mensonges, Taleb Ibrahimi trouve que les Algériens demeurent culturellement colonisés. Selon Taleb Ibrahimi, rien n’a été fait en Algérie depuis l’indépendance soulignant que si le pays est indépendant, le peuple est resté colonisé. «Notre génération n’a pas pu continuer la lettre des martyrs de Novembre 1954, je lance un appel aux jeunes de continuer à militer pour y arriver», a ajouté Ibrahimi. Dans sa déclaration, il met en garde le peuple algérien contre le complot de l’occident visant, selon lui, à diviser la nation. «Que vous soyez sunnites ou chiites, vous êtes tous des musulmans», a lancé Ibrahimi à l’attention des jeunes algériens. Le malheur est que Taleb Ibrahimi qui selon ses déclarations, semble un anti-occidental, vit en ce moment dans la capitale française. «Faites ce que je vous dis mais ne faites pas ce que je fais», voulait dire le «bon conseiller du peuple. M. IBrahimi a également indiqué aux journalistes d’Al Jazeera que l’armée se comporte en qualité de «tuteur» sur le peuple algérien. En réponse à une question relative au «printemps arabe», Ibrahimi rêve et veut croire à ses rêves en indiquant qu’aucun pays arabe ne peut échapper à ces mouvements de protestations populaires. Par ailleurs Ibrahimi n’a pas manqué de féliciter le peuple égyptien qui, selon lui, a réussi de donner une leçon de démocratie en optant au choix des islamistes pour gouverner le pays. Taleb Ibrahimi a jeté également des fleurs à Chadli Bendjedid qui, selon lui, a ouvert les portes aux libertés individuelles au détriment de la justice sociale. Taleb Ibrahimi s’est attaqué également au FLN, indiquant que ce parti devrait être dissous après le pluralisme politique. En réaction à la déclaration de M. Brahimi, des dizaines de courriels sont parvenus à notre rédaction par lesquels leurs auteurs ont fustigé le fondateur de Wafa. «Il semble que M. Ibrahimi a regretté que l’Algérie n’est pas redevenue une «Dawla islamiya», a indiqué Bachir. C’est le même constat de Samira qui trouve que les déclarations de Brahimi sont mensongères. Samira a ajouté qu’elle ne comprend pas que d’une part Ibrahimi voulait islamiser l’Algérie et qu’il n’aime pas les occidentaux, en revanche il est parti vivre en France. S’adressant à travers son courriel a Ibrahimi, Med Salah a indiqué que ce dernier devrait savoir que l’armée est constituée d’enfants du peuple est que c’est avec une très grande fierté que la Nation algérienne repose sur les piliers de cette valeureuse institution.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 09:13

Triste fut la journée d’un certain 29 juin 1992 où Mohamed Boudiaf fut assassiné. Les Algériens se souviendront toujours et n’oublieront jamais la tragique disparition de Tayeb Al Watani, abattu par des mains assassines alors qu’il effectuait une visite dans la wilaya de Annaba.

 

A travers l’assassinat de ce valeureux personnage, c’est La sérénité, l’intégrité et la sécurité de l’Algérie qui étaient visées. Rappelé en Algérie au moment où le pays traversait une crise politique sans précédent, feu Boudiaf avait répondu présent un certain 16 janvier de l’année 1992. « Je tends la main à tous les Algériens», n’a cessé de déclarer Mohamed Boudiaf appelant au rassemblement pour sauvegarder le pays. Les Algériens reprennent de l’espoir et voit en ce patriote les premiers rayons d’un soleil qui apparait après tant d’années de grisaille, nuages et brouillards qui se sont abattus sur l’Algérie. Placé à la tête du HCE (Haut conseil d’Etat), Mohamed Boudiaf avait indiqué que la priorité demeurait le rétablissement de la sécurité au pays. Employant le dialogue et en même temps la fermeté, Mohamed Boudiaf n’a ménagé aucun effort pour redonner au pays sa véritable image. Sans aucune hypocrisie, Mohamed Boudiaf a commencé à débarrasser les Algériens des futilités et des démagogies à l’origine de plusieurs divergences et d’un recul net du pays. Il commença par geler la loi portant généralisation de l’arabisation votée par le Conseil national de transition à l’origine de la fuite des milliers de haut cadres algériens vers l’étranger. Pour Mohamed Boudiaf, La langue n’est pas un tabou et ne pourrait en aucun cas diminuer ou réduire la valeur d’une nation. Aucun pays au monde n’a imposé par le biais d’une loi, l’utilisation d’une langue quelconque. Même la première force du monde, les Etats-Unis d’Amérique, aucune langue officielle n’a été adoptée et le gouvernement utilise une langue étrangère à savoir l’Anglais. Avec la sécurité du pays, on ne badine pas et c’est pour ces raisons que Mohamed Boudiaf a décidé d’être très ferme avec ceux qui voulaient faire de l’Algérie un Afghanistan bis. Le peuple algérien était musulman même en période coloniale, ce n’est pas donc à ces «prophètes taïwan» de venir donner des cours de l’islam aux Algériens, voulait dire feu Boudiaf. Le rêve de Mohamed Boudiaf consistait à faire de l’Algérie un pays moderne et démocratique et de mettre fin aux idéologies et à la corruption qui gangrène la société. Malheureusement des mains lâches et assassines ont tenté par ce meurtre de créer un climat d’anarchie dans le but de détruire le pays. Mohamed Boudiaf a été assassiné dans le dos, six mois seulement après son retour au pays. En dépit de cet événement douloureux et les séries de manœuvres et de complots des ennemis de la nation, l’Algérie est restée debout grâce à son peuple et ses valeureuses forces armées.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 22:55

Les intégristes islamistes ont perpétré un attentat terroriste contre le siège du haut commandement de la gendarmerie nationale à Ouargla (Sud du pays).

 

terroriste ouargla.jpg

 

Photo : Traqués par les forces de sécurité, Il ne reste pour les restes des groupes terroristes que le suicide

 

L'attentat a été perpétré par un terroriste islamiste  qui a foncé à bord d'une voiture de type Toyota, sur l'entrée principale du commandement de secteur de la gendarmerie, indiqué un communiqué de la gendarmerie. Les gendarmes en faction ont ouvert le feu sur le véhicule qui a explosé, occasionnant l'effondrement en partie de la bâtisse du poste de contrôle de l'entrée principale ainsi que le mur de la façade du poste de commandement, souligne le communiqué. Cet attentat terroriste a entrainé la mort d'un officier et la blessure de trois éléments de la gendarmerie, suite à l'effondrement de la bâtisse du poste de contrôle, indique la gendarmerie nationale. Suite à cet attentat criminel, une enquête a été ouverte par les services compétents de la gendarmerie nationale, conclu le communiqué.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 19:25

Dans un communiqué publié sur sin site, le MNLA a confirmé la mort de Mokhtar Belmokhtar. « Tout d’abord, le Mouvement National de l’Azawad (MNLA) et le Conseil Transitoire de l’Etat de l’Azawad (CTEA) présentent leurs condoléances aux familles des martyrs de l’Azawad qui sont tombés sur le champ de l’honneur». A indiqué le communiqué. 

 

aqmi 29 juin.jpg

 

Photo : Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussaab Abdelouadoud émir d’AQMI ex GSPC

Le chargé de la communication a ajouté je cite : « Après les évènements malheureux du mercredi 27 juin 2012 à Gao, c’est le temps des bilans et des organisations stratégiques. Le MNLA déplore 4 morts parmi ses combattants et environ 10 blessés mais la plus lourde perte est bel et bien du côté des terroristes d’AQMI et du MUJAO. Nous avons dénombré plusieurs dizaines de morts dont le n°1 d’AQMI Moktar Belmoktar et de nombreux blessés terroristes d’AQMI-MUJAO. Il y a eu également, malheureusement, des victimes civiles lors de ces combats de ces dernières journées». Dans le même communiqué le MNLA a déclaré que le MNLA est plus que jamais déterminé à aller jusqu’au bout de son objectif à savoir : l’indépendance de l’Azawad avec toute sa diversité quelque que soit les obstacles qui sont mis sur ce chemin». En conclusion, le MNLA a lancé un vibrant appel à la communauté internationale pour qu’elle nous aide à lutter contre les groupes terroristes annonçant la mort du chef d’AQMI mercredi 27 juin2012.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article