Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 22:55

Les intégristes islamistes ont perpétré un attentat terroriste contre le siège du haut commandement de la gendarmerie nationale à Ouargla (Sud du pays).

 

terroriste ouargla.jpg

 

Photo : Traqués par les forces de sécurité, Il ne reste pour les restes des groupes terroristes que le suicide

 

L'attentat a été perpétré par un terroriste islamiste  qui a foncé à bord d'une voiture de type Toyota, sur l'entrée principale du commandement de secteur de la gendarmerie, indiqué un communiqué de la gendarmerie. Les gendarmes en faction ont ouvert le feu sur le véhicule qui a explosé, occasionnant l'effondrement en partie de la bâtisse du poste de contrôle de l'entrée principale ainsi que le mur de la façade du poste de commandement, souligne le communiqué. Cet attentat terroriste a entrainé la mort d'un officier et la blessure de trois éléments de la gendarmerie, suite à l'effondrement de la bâtisse du poste de contrôle, indique la gendarmerie nationale. Suite à cet attentat criminel, une enquête a été ouverte par les services compétents de la gendarmerie nationale, conclu le communiqué.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 19:25

Dans un communiqué publié sur sin site, le MNLA a confirmé la mort de Mokhtar Belmokhtar. « Tout d’abord, le Mouvement National de l’Azawad (MNLA) et le Conseil Transitoire de l’Etat de l’Azawad (CTEA) présentent leurs condoléances aux familles des martyrs de l’Azawad qui sont tombés sur le champ de l’honneur». A indiqué le communiqué. 

 

aqmi 29 juin.jpg

 

Photo : Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussaab Abdelouadoud émir d’AQMI ex GSPC

Le chargé de la communication a ajouté je cite : « Après les évènements malheureux du mercredi 27 juin 2012 à Gao, c’est le temps des bilans et des organisations stratégiques. Le MNLA déplore 4 morts parmi ses combattants et environ 10 blessés mais la plus lourde perte est bel et bien du côté des terroristes d’AQMI et du MUJAO. Nous avons dénombré plusieurs dizaines de morts dont le n°1 d’AQMI Moktar Belmoktar et de nombreux blessés terroristes d’AQMI-MUJAO. Il y a eu également, malheureusement, des victimes civiles lors de ces combats de ces dernières journées». Dans le même communiqué le MNLA a déclaré que le MNLA est plus que jamais déterminé à aller jusqu’au bout de son objectif à savoir : l’indépendance de l’Azawad avec toute sa diversité quelque que soit les obstacles qui sont mis sur ce chemin». En conclusion, le MNLA a lancé un vibrant appel à la communauté internationale pour qu’elle nous aide à lutter contre les groupes terroristes annonçant la mort du chef d’AQMI mercredi 27 juin2012.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 19:49

A en croire plusieurs informations en provenance du Sud du mali, le sanguinaire émir d’Al-Qaïda en l’occurrence Mokhtar Bel Mokhtar aurait  été abattu à Gao (Sud du Mali). Le chef islamiste a été éliminé par u officier du MNLA, qui a son tour était tué par les terroristes d’Aqmi.   mokhtar-belmokhtar-08-2009.jpg

 L’émir de l’ex-GSPC (Groupe Islamique pour la Prédication et le Combat) aurait été criblé de balles  par Bouna Ag Attayoub, un Colonel de l'Armée de libération de l'Azawad. Ce dernier a été tué par les acolytes de Belaouar.  Le véhicule de Belmokhtar a été littéralement détruit par une roquette du MNLA, selon des sources crédibles. Deux dépouilles dont l’une serait de Mokhtar Belmokhtar et une autre à un mauritanien se trouvent au niveau de la morgue de Gao. Mokhtar Belmokhtar alias Belaouer ou Laouer (le borgne) ou Khaled Abou al-Abbas est un activiste islamiste algérien né en 1972 dans la ville de Ghardaïa . Il a débuté son engagement en Afghanistan  en 1991. En 1993, il rentre en Algérie et rejoint le GIA où il devient, grâce à son expérience en Afghanistan, rapidement émir de la zone IX (Sud), puis de la région Sahara-Sahel du GSPC, aujourd’hui appelé Al-Qaïda au Maghreb IslamiQue. 

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 13:04

Les extrémistes en France ne ratent aucune occasion pour tirer à boulets rouges sur tout ce qui a une relation de prêt ou de loin avec l’Algérie. Après le Front national en politique, ce sont les intégristes du journal Minute qui instrumentalisent le sport pour tenter de salir l’image des joueurs d’origine algérienne.

 zizou.jpg

La haine et la rancœur, qui animent cette minorité de fondamentalistes envers l’Algérie, surclassent parfois les méfaits du Nazisme et de l’extrémisme islamiste. «Ils ont encore souillé le maillot bleu», a titré l’hebdomadaire français Minute dirigé par des extrémistes de premier ordre. Les responsables du journal en question ont saisi l’élimination de l’équipe de France en coupe d’Europe pour verser leur venin sur les joueurs d’origine maghrébine et notamment, algérienne. A la «une» de ce journal, Samir Nasri, le doigt sur la bouche, une image prise lors du match France – Angleterre. On se souvient, Samir Nasri et après avoir égalisé s’est adressé par ce geste aux journalistes du journal sportif l’Equipe en guise de réponse aux diverses critiques dont le joueur a fait l’objet. Ce même journal a donné sur l’une de ces éditions le «coup de boule» de Zidane à la suite de l’altercation avec le joueur italien Materazzi. Pourtant ces gestes antisportifs ne sont pas uniquement l’œuvre d’Algériens. Dans l’ensemble des terrains du monde, des milliers de cas pires que celui de Nasri ou Zidane ont été enregistrés. Et puis, est-ce qu’on peut juger ou montrer du doigt un pays ou une nation à travers des gestes de personnes ? Contrairement à ce qu’insinue ce journal, Zidane, Nasri, Benzema et autres n’ont pas souillé le maillot bleu, ils ont hissé haut et fort l’emblème tricolore. Que ces intégristes le veuillent ou non, ces joueurs sont français et peut-être plus que français que certains Français. Que ce soit cette génération ou leurs parents, ils n’ont jamais manqué à leur devoir et ont contribué au développement de la France. C’est justement grâce aux milliers d’Algériens qui ont payé par leur sang la libération de ce pays. Sans les sacrifices des milliers de combattants algériens, ces extrémistes ne pourraient pas ouvrir leur «bec» aujourd’hui car ils seraient toujours sous la domination étrangère. En somme, ce n’est pas cette poignée d’intégristes qui pourrait salir l’image de la France et du peuple français. C’est le même cas pour la petite catégorie des nazis et de la minorité d’intégriste islamiste qui pourraient ternir l’image du peuple allemand et de la nation arabo-africaine. A bon entendeur…

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 13:02
Après le consulat à Benghazi, c’est au tour du siège de l’ambassade de Tunisie à Tripoli qui a été attaqué par un engin explosif, ont annoncé des sources sécuritaires libyennes.
141633.jpg


Selon les mêmes sources, l’explosion n’a pas fait de victimes mais des dégâts matériels. Selon le secrétaire d’Etat tunisien auprès du ministre des Affaires étrangères, deux personnes ont jeté une bombe artisanale sur l’ambassade tunisienne en Libye sans causer de pertes humaines. Le système de contrôle visuel mis en place à l’ambassade, a permis d’identifier une camionnette blanche en attendant l’aboutissement des enquêtes, sachant que les autorités libyennes ont pris des mesures sécuritaires préventives pour protéger le siège de l’Ambassade et le Consulat de Tunisie. Cette tentative est probablement liée à l’extradition par la Tunisie, de l’ancien Premier ministre libyen M. Bagdadi Mahmoudi. Le responsable tunisien n’a pas confirmé la liaison entre cette attaque et l’extradition de Bagdadi Mahmoudi, dans l’attente des résultats de l’enquête ouverte à ce sujet.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:23

Que les lecteurs ne confondent pas avec "la grande vadrouille" du film Franco-britanniques de Gérard Oury avec les célèbres acteurs de Louis de Funès, Bourvil, etc.…… Il s’agit de la situation en Egypte après la prise du pouvoir par les intégristes des dits "frères Musulmans" et les milliers de citoyens qui commencent à quitter le pays.  

egypte air.jpg

 

 

  La première personne qui a pris la poudre d’escampette n’est autre qu’Ahmed Chafik, battu il y a quelques jours dans les élections présidentielles. Des milliers d’artistes en particulier les actrices et les chanteuses ainsi que les Coptes ont déjà fait leurs valises. En effet, sentant un complot se préparer contre lui, Ahmed Chafik a quitté mardi Le Caire pour Abou Dhabi à bord d'un avion appartenant à une compagnie aérienne émiratie. Selon des sources dignes de bonne foi, Ahmed Chafik aurait quitté Le Caire en compagnie de ses filles. La femme d’Ahmed Chafik est décédée peu avant le scrutin présidentiel. Toujours et selon les mêmes sources, Ahmed Chafik a été longuement ovationné par les employés de l'aéroport. Alors qu’il était ministre de l’aviation civile, Ahmed Chafik était à l’origine de la construction de plusieurs aéroports et était chargé de développer la compagnie nationale Egyptair. Afin de ne pas attirer l’attention sur lui, Ahmed Chafik a tenu à féliciter son concurrent aux élections présidentielles au moment où sa famille préparait déjà les valises. Quelques heures seulement la désignation de Mohamed Morsi vainqueur aux élections,parla commission élecytorale une plainte a été déposée à l’encontre d’Ahmed Chafik et Hosni Moubarak pour dilapidation de deniers publics. Comme s’il avait des doutes qu’il lui sera interdit de quitter le pays, Ahmed Chafik n’a pas accompagné sa famille à l’aéroport. Si les membres de sa famille ont pu se faufiler entre les centaines de passagers, Ahmed Chafik par contre est passé par le Salon d’honneur. Ce dernier n’est pas le seul qui a décidé de partir,en effet des milliers de personnalités politiques, d’artistes et notamment les danseuses et chanteuses ont commencé à quitter le pays. C’est le même cas pour les milliers de Coptes qui ont également commencé à s’en aller. Selon son entourage, Ahmed Chafik a décidé de partir pour éviter le même sort qui a été réservé à Hosni Moubarak, ses fils, les ministres et les dirigeants de l’époque de l’ex-président de la République. Selon des médias égyptiens, des centaines d’étrangers résidant au Caire à Alexandrie et dans plusieurs villes ont déjà quitté le pays. Les mêmes médias ajoutent que lors de cet été plus de 11millions de touristes ont annulé leur réservation auprès des agences de voyages. Même si Mohamed Morsi a indiqué qu’il sera le Président de tous et de respecter même les non-musulmans, des milliers de citoyens égyptiens craignent pour leur vie. «Nous ne savons pas où aller pour l’instant, nous sommes des pauvres mais en cas où la charia (loi islamique) sera appliquée par le nouveau Président, nous quitterons l’Egypte même à pied», a déclaré Ahmed Metwali, à un reporter français. Pour l’instant, des milliers d’Egyptiens anti-islamistes retiennent leur souffle et ne savent pas ce que va redevenir leur pays sous la bannière des Frères musulmans

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 21:55

Lorsque nous avons dit que n’importe quel changement qui interviendrait dans les pays arabes, profiterait aux islamistes, seule une poignée de gens a rejoint point de vue. Le résultat parle de lui-même et ce n’est pas encore fini. 

  morsi 24.jpg

En effet, après avoir vécu 60 ans sous le pouvoir policier, les Egyptiens se sont rebellés par le biais du dit «printemps Arabe» avec comme objectif : L’instauration d’un régime démocratique. Malheureusement, à la place d’un régime policier, c’est un régime théocratique qui se met en place. Hélas, le choix est vraiment difficile pour les pauvres Egyptiens qui devraient accepter soit la peste ou le choléra. Ainsi, c’est le fruit du dit «printemps Arabe» qui a détrôné un dictateur pour mettre en place un théocrate.  Les démocrates n’ont pas de place pour l’instant dans l’ensemble des pays arabo-musulmans et dans les pays du tiers monde. Les frères Musulmans qui étaient interdit d’exercer en politique après avoir assassiné Anouar Assadate se retrouve aujourd’hui sur la plus haute marche du pays.  Plusieurs questions méritent d’être posées entre autre : Quelle sera la relation de l’armée avec le nouveau Président de la République ? Nous n’apprenons rien à personne sur le programme des ferres Musulmans qui ont pour objectif l’instauration d’un état Islamique en Egypte. Que fera l’institution militaire dans le cas où le «Morchid» de la confrérie et M. Morsi mettent en application leur projet désastreux ? Est-ce que les militaires permettent cet état de fait où s’opposent à ce projet ? Dans le cas où c’est la seconde Hypothèse qui sera choisi, que fera l’armée pour bloquer le projet des islamistes ? L’Egypte  va-t-elle subir un coup d’état militaire ? Quel sort sera réservé à Hosni Moubarak, ses enfants et à l’ensemble des responsables de son pouvoir ? Quelle sera la politique des islamistes avec Israël ? Quel sort sera réservé pour les coptes et pour la minorité démocrates et surtout les femmes ? Moult questions qui demeurent pour l’instant sans réponse.  En somme, l’Egypte qui vient à peine de sortir d’un tunnel va sans aucun doute s’enfermer dans souterrain et dont la sortie sera très dur à trouver.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 08:31

Après avoir échappé à plusieurs tentatives de mort, le magistrat qui avait ordonné l’arrestation du général Abdelfattah Younes au mois de juin 2011 a été abattu par des inconnus à Benghazi. C’est le fils de la victime qui a donné l’information, indiquant que son père a été abattu alors qu’il se rendait à la mosquée pour accomplir la prière d’al-Ichaa. Selon certaines sources, la tribu du général Abdelfattah a décidé de faire justice elle-même après que les promesses du Conseil national de transition soient restées vaines.  

abdelfatah-younes.jpg

  

Photo : Le général Abdelfattah avait été ramené à Benghazi où il fut assassiné le 28 juillet 2011.  

Jomaa Hassan Al-Jazwi avait décerné un mandat d’arrêt à l’encontre du généralAbdelfattah Younes. Interpellé le 28 juillet 2011 par les ex-Thouars alors qu’il se trouvait au front, le général Abdelfattah a été ramené à Benghazi où il fut assassiné. Depuis, les responsables du CNT se rejettent la balle mais sans toutefois procéder à l’arrestation des auteurs de cet assassinat. Si au début de l’enquête un certain Walid Siwani est accusé d’être à l’origine de l’assassinat d’Abdelfattah, l’affaire rebondit et c’est le chef du CNT, Mustapha Abdeljalil qui est montré du doigt. Une source médicale à l'hôpital de Benghazi a précisé que le corps du juge a été transpercé par une balle l'ayant traversé de part en part. L’assassin de Younes Abdelfattah n’a jamais été élucidée et l’enquête lancée n’a pas donné de résultats. La tribu de la victime, les Obeidi, n’a cessé de réclamer sa vengeance et l’arrestation des responsables de cet attentat et les commanditaires. Le général Youssouf qui avait été rappelé du front en juillet 2011 avait été enlevé sur le chemin du retour pour répondre à la convocation et pour finalement le tuer de manière atroce dans des conditions très confuses. C’était l’un des compagnons d’armes de Kadhafi qui déposèrent le roi Idriss en 1969, mais il a très vite rejoint la rébellion en 2011 et se présentait comme probable chef de l’Etat après la chute du régime. Les islamistes, très présents dans les troupes des révolutionnaires libyens ne lui pardonnaient pas d’avoir engagé la répression contre leur mouvement en tant que ministre de l’Intérieur du gouvernement de Kadhafi. Il y a deux jours, des informations ont circulé faisant état d’un éventuel mandat d’emmener qui a été signé par le procureur à l’encontre de Mustapha Abdeljalil. Selon des sources médiatiques libyennes, un accusé fait prisonnier aurait reconnu avoir reçu des ordres du Président du CNT pour liquider physiquement le général Abdelfattah Younes. La tribu du général Abdelfattah Younes ont juré de venger la mort de leur fils par n’importe quel moyen, ont indiqué des sources proches des Obeïdi.

 

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 08:28

Un convoi terroriste a été détruit par l’armée de l’air tunisienne dans la zone de Satah Al-Hassan située entre les frontières libyennes, tunisiennes et algériennes. Trois véhicules tout terrain ont été mitraillés par un hélicoptère et des armes de guerre ont été récupérées.

alqaida 24.jpg

Selon des sources dignes de bonne foi, les passagers des trois véhicules auraient dressé deux tentes pour marquer une pause. L’hélicoptère qui survolait les lieux a subi des tirs des terroristes avant que celui-ci ne réplique détruisant les trois véhicules. Trois terroristes auraient été capturés, ont indiqué des sources médiatiques tunisiennes. Les véhicules provenant de Libye étaient chargés d'armes et traversaient le territoire tunisien pour rejoindre soit la Tunisie ou l'Algérie. Les forces spéciales ont été larguées sur place pour encercler le lieu de l’opération. Dans un communiqué, le ministère de la Défense tunisien a indiqué qu’une arme de type mortier, deux fusils mitrailleurs, deux lance-missiles portatifs, trois lance-roquettes «RPG», une quantité de cartouches et de fusées, des cellulaires de la marque «Motorolla», un GPS et des livres d’apprentissage de la prière, en langue française, ont été récupérés. Dans le même communiqué le ministère a ajouté que des traces de pas de six personnes se dirigeant vers le sud-ouest, ont été par la suite trouvées. Les opérations de ratissage menées par l’armée tunisienne se poursuivent, avec pour objectif la capture de ces éléments suspects, a conclu le MDT. Pour l’instant nous ne savons pas encore si les armes sont destinées pour les groupes terroristes en Tunisie ou en Algérie. Il y a quelques jours, le directeur du bureau d’Amnesty International de Tunisie, M. Lotfi Azzouz, a déclaré, qu’Al-Qaïda s’est implantée en Tunisie et détient des armes non utilisées jusque-là. M. Azzouz a précisé détenir ces informations des sources sécuritaires, et a fait référence aux affrontements armés qui ont eu lieu à Rouhia (nord ouest de Tunisie) et à Bir Ali Ben Khelifa (région de Sfax). Quant à l’origine des armes, il a relevé que «les dérapages sécuritaires qui ont eu lieu lors des révolutions tunisienne et libyenne a rendu la frontière poreuse et permis à certains trafiquants d’acheminer les armes en Tunisie. En somme, lors du dit «printemps arabe»   l’Algérie a mis en garde contre l’exploitation de ces troubles par les terroristes et en voilà les conséquences. Même si l’aviation tunisienne a réussi à neutraliser les 3 véhicules, cela n’exclut pas que d’autres chargements auraient pu s’infiltrer que ce soit en Tunisie ou en Algérie.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 08:26

Sans les forces armées, l’Algérie n’aurait jamais survécu aux différentes crises qui ont secoué le pays, notamment la décennie noire. Cet état de fait n’a jamais plu aux ennemis de l’Algérie qui continuent toujours de pointer du doigt l’institution militaire.

anp.jpg

Ainsi, après les Mythomanies de Souadia en voilà un certain Karim Moulaï qui se revendique être un ex-membre de la DRS qui est utilisé pour tenter de souiller l’image de la meilleure institution du peuple. En effet, les nombreuses crises et les différents événements et conflits qui ont secoué le pays, l’Algérie auraient pu rejoindre la «Yougoslavie», redevenir un Afghanistan bis ou connaître le même scénario des pays soufflés par le dit «printemps arabe». Face à ces terribles situations, le pays a pu rester debout et ce, grâce à une véritable muraille nommée : Armée nationale populaire. Des milliers de ces enfants du peuple se sont sacrifiés pour sauver la République et l’Algérie. Cette réalité n’a pas été appréciée par les ennemis de l’Algérie qui voulaient à tout prix déstabiliser le pays. L’institution à l’origine de la sauvegarde du pays à savoir l’armée nationale populaire est redevenue la cible de ceux qui ont juré de détruire l’Algérie. Après avoir été désavoués dans le passé en voulant impliquer les forces de sécurité dans le massacre de Bentalha, l’assassinat de Boudiaf et de Maatoub, les ennemis de l’Algérie ne désarment pas et évoquent une autre fois l’affaire des moines. Comme d’habitude, ce sont les témoignages d’un autre membre du DRS qui est évoqué. Après les mensonges de Souaidia, c’est derrière les facéties d’un certain Karim Moulai que s’accrochent les inventeurs de la fameuse phrase de : Qui tue qui ? Ce dernier aurait indiqué aux juges que les malheureux moines auraient été enlevés et assassinés par des membres du DRS. Quelle horreur, quelle stupidité ? C’est le site d’information français Médiapart cité par le magazine Jeune Afrique qui a rapporté qu’un nouveau témoignage recueilli par le juge anti-terroriste français, Marc Trévidic mettant en cause l’ANP dans l’enlèvement et l’assassinat des moines français de Tibehirine, en 1996. Ces mystifications représentent un second assassinat pour les défunts moines qui n’arrêtent certainement pas de pivoter au fond de leurs tombes. Ce n’est pas la première fois que les forces armées sont impliquées dans de telles histoires. A chaque événement désastreux, l’institution militaire est montrée du doigt et est accusée de l’imaginable. Certaines accusations ont dépassé parfois le «n’importe quoi», lorsqu’on entend dire que la création du GIA, AIS, GSPC et autres groupes terroristes sont l’œuvre de l’armée nationale, disaient-ils. A ce même sujet, les inventeurs de ces mesquineries se contredisent en indiquant que l’armée a négocié avec les éléments de l’AIS ( Armée islamique du Salut» qui ont accepté de déposer les armes. Si ce groupe terroriste appartient à l’armée pourquoi entretenir des négociations alors ? Cette question ne mérite même pas une réponse car les plus grands imbéciles du monde ne pourraient pas croire à ces âneries. Ne s’arrêtant pas là, les «amis» de l’Algérie multiplient les accusations contre les forces armées, les accusant comme étant les pires ennemis du peuple. Une chose est sûre, les «défenseurs de Algérie» ne savent certainement pas encore que l’ANP, c’est elle, le peuple. Sommes-nous obligés encore de rappeler aux ennemis de l’Algérie que les éléments des forces armées sont des citoyens algériens et non pas des mercenaires ?

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article