Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 22:31
Sur instruction du procureur de la République, le correspondant de presse du journal arabophone Ennahar a été convoqué par la police de la 7e sûreté urbaine, a-t-on appris de sources sures.
 
delit de presse.jpg


Au niveau du commissariat, le journaliste a été interrogé sur un article relatif à des poursuites judiciaires engagées contre une tierce personne accusée d’escroqueries. Même si la personne qui a déposé plainte n’a pas été citée dans le papier, des poursuites ont été engagées contre le journaliste. Le correspondant de presse a indiqué qu’il avait donné l’information sans citer de nom, consécutivement à des sources officielles. Pour rappel, le même journaliste a fait l’objet de poursuites judiciaires en 2009

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 22:30

Les services de police de la daïra d’El-Eulma ont réussi à mettre la main sur trois dealers en possession de près de 8 kg de cannabis.

kif setif 3.jpg

 

Agissant sur renseignement, les éléments de la police judiciaire, sous le commandement du chef de la sûreté de daïra, ont tendu un guet-apens à trois individus circulant à bord d’un véhicule Mégane sur l’autoroute menant vers Bir El-Arch. Après les avoir immobilisés, les policiers ont entrepris des recherches à l’intérieur du véhicule et ont réussi à mettre la main sur 3,05 kg de kif, 280 comprimés de psychotropes et 27 millions de centimes. Les deux personnes originaires d’El-Eulma ont été arrêtées sur le champ alors que la marchandise a été saisie. Poursuivant leur enquête, les policiers ont pu localiser le troisième complice originaire de la wilaya de Mila circulant à bord d’un véhicule de marque Accent à l’intérieur ils ont pu découvrir 4,07 kg de kif et une importante somme en dinars. Les trois individus ont été présentés au parquet où une information judicaire a été ouverte à leur encontre

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 22:29
Comme d’habitude, les dirigeants du parti dissous tentent toujours de refaire surface à n’importe quel événement en Algérie. C’est le cas du premier et du deuxième chef de l’ex-FIS qui ont oublié qu’il est impossible de faire reculer le pays aux années 1990.
 
Abbassi-Madani-1868.jpg
 


En réplique à l’appel du boycott des élections lancé par Abassi Madani et Ali Belhadj, les Algériens ont voulu répondre par un proverbe turc qui disait : «Un homme avisé ne se laisserait pas se faire mordre deux fois au même trou de serpent». En effet, comme à chaque événement, les responsables de la décennie noire s’insurgent et veulent induire encore une fois en erreur les Algériens. Les deux hommes et leurs acolytes ne veulent pas admettre que l’Algérie de 2012 n’est pas celle de 1990. Ils ne veulent pas également comprendre qu’ils ne pourraient pas se foutre de la gueule des Algériens comme ils l’avaient fait dans le passé. Pour ne pas remuer le couteau dans la plaie, les Algériens préfèrent répondre aux bourreaux de leurs enfants, parents et proches qu’ils ne sont pas prêts à retourner aux années de braise. Pour être plus clair, les Algériens voulaient dire à ces individus, que si dans le passé ils ont été trompés, il n’est pas possible de tomber dans le même piège. La majorité des Algériens qui ont vécu les années de braise ne veulent même parler de ces personnes et ne retiennent d’eux qu’un souvenir douloureux. «Les Algériens ont tourné la page de l’histoire mais n’ont pas par contre oublié ce qui s’est déroulé»» ont-ils indiqué. Ces derniers ont ajouté que les Algériens ont besoin d’aller de l’avant et rêvent d’un pays moderne et n’ont pas besoin de ceux qui voulaient les faire retourner au moyen âge. Les dizaines de jeunes avec qui nous avons abordé ce sujet ont déclaré ne pas connaître ces mecs. C’est le cas d’un jeune technicien qui nous a déclaré, je cite : « Si vous parlez des chefs terroristes, le peuple algérien a pardonné mais nous sommes derrière l’Etat pour poursuivre ceux qui continuent de refuser la main qui leur a été tendue». C’est la même chose pour les dizaines de femmes avec qui nous nous sommes entretenues et dont certaines ont même refusé qu’on leur évoque le nom d’Abassi ou de Belhadj. «Personne ne fait attention à ces mecs», nous a répondu Fadhila. Elle devait ajouter que les Algériens ont compris que ceux qui appellent au boycott des élections, travaillent pour le compte des ennemis de l’Algérie. C’est le même constat de Najet qui trouve que les Algériens ont appris la leçon et ne sont pas prêts à écouter X ou Y. Les deux fonctionnaires de l’éducation ont déclaré que les Algériens aiment relever les défis et que c’est pour cette raison qu’ils vont se rendre aux urnes en force. En somme, les personnes avec qui nous avons discuté ont déclaré qu’elles s’attendaient à une participation massive aux prochaines élections législatives. En ce qui concerne les appels au boycott ou de voter pour les islamistes, elles ont répondu par le proverbe suivant : «Un homme avisé ne se laisserait pas se faire mordre deux fois au même trou de serpent.»

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 22:26
 Des milliers de «salafistes» et de militants d’Ennahda ont manifesté devant le siège de l'Assemblée nationale constituante, réclamant l'application de la charia dans la future Constitution du pays.
 
islamistes tunisiens 16 mars 2012.jpg



Le peuple veut l'application de la charia de Dieu ! «Notre Coran est notre constitution!», «Pas de Constitution sans la charia», criaient les manifestants, appartenant en majorité à la mouvance islamiste. En effet, les manifestants se sont rassemblés après la grande prière du vendredi scandant «Ni laïque ni scientifique, la Tunisie est un Etat islamique». Hommes et femmes islamistes ont brandi des drapeaux noirs et des drapeaux de la Tunisie. L'appel à la «manifestation du vendredi pour soutenir la charia», la loi islamique, a été lancé par plusieurs groupes islamistes et de la mouvance salafiste. Elle se déroule alors que les constituants ont commencé à travailler à la rédaction de la Constitution de la Tunisie. La référence à la charia comme «source principale de la législation», réclamée par les islamistes, suscite d'âpres débats au sein de l'Assemblée, élue fin octobre et dominée par le parti islamiste Ennahda. «Nous sommes ici pour réclamer l'application de la charia dans la nouvelle Constitution. Nous n'imposons rien avec la force au peuple tunisien, on veut que le peuple lui même soit convaincu de ces principes», a déclaré un manifestant à la presse. Les manifestants ont tiré à boulets rouges sur les médias, les accusant d’avoir donné des fausses idées sur l’islamisme. «Nous sommes contre toute forme de violence», ont-ils indiqué. La chose qui est sûre, ce ne sont pas les journalistes qui sont dans les maquis, qui égorgent et qui assassinent au nom de l’islam. A bon entendeur......

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 20:51
 Le tribunal criminel d’Alger a condamné à la peine capitale par contumace l’émir d’Al-Qaïda Abdelmalek Droudkel, alias Abou Mossab Abdelwadoud, dans l’affaire de l’attentat à l’explosif qui a ciblé le Palais de gouvernement le 11 avril 2007.
attentat 11 avril 2007.jpg

Photo : Attentat commis par les criminels Iislamistes du 11 Avril 2007 à Alger

Lors de la même audience, le tribunal a condamné 8 autres terroristes à la même peine. Le procès se poursuit pour les neuf autres prévenus présents dont l’un a refusé d’être jugé et s’est retiré de la salle d’audience après l’aval du tribunal criminel. Bachar Hassan, qui est l’un des principaux inculpés dans cette affaire, a vu, quant à lui, son procès reporté à cause du pourvoi en cassation qu’il a interjeté contre l’arrêt de la chambre d’accusation qui le renvoie devant les Assises d’Alger. Certains avocats constitués dans cette affaire se sont retirés de l’audience en donnant acte du «non-respect de certaines procédures», alors que le tribunal criminel a décidé de poursuivre le procès. Selon l’arrêt de renvoi, les mis en cause appartiennent à un groupe terroriste activant dans la région de Thénia (w. Boumerdès) relevant d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Pour rappel, l’attentat à l’explosif contre le Palais du Gouvernement avait été perpétré simultanément avec un autre attentat contre le siège de la sûreté urbaine de Bab Ezzouar (est d’Alger), suivi d’un troisième contre le siège de la brigade de gendarmerie de Bab Ezzouar. Ces deux derniers attentats avaient fait 12 morts et quelque 131 blessés. Selon la même source, les services de sécurité avaient «découvert le même jour (11 avril 2007) une autre voiture piégée stationnée à la rue Djenane El-Malik dans la commune de Hydra et qui a été désamorcée par la suite». Les services de sécurité avaient arrêté les deux suspects Slimane Adlane et Ouzandja Khaled et réussi à identifier la cellule secrète qui a exécuté ces attentats, appartenant à la katibat El-Arqam. Ils ont également réussi à identifier l’auteur de l’attentat contre le Palais du gouvernement, Boudina Merouane, alias Mouad Bin Djabal. Lors de l’audition, Slimane Adlane a reconnu qu’il était «impliqué dans ces attentats», et qu’il avait adhéré à ce groupe terroriste par l’intermédiaire de Ouzandja Khaled et que Boudina Merouane (le kamikaze) l’avait convaincu de recruter les autres accusés dans cette affaire. Les familles des victimes de ces ignobles attentats ont été soulagées par le verdict prononcé.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 22:39

Comme nous l’avons rapporté dans notre précédente édition, à l’approche des élections législatives, les mosquées ont renoué avec les méthodes pratiquées durant les années 1990.  


Photo : Sans les mosquées, les islamistes n’obtiendraient pas les 10% des suffrages.  

Mosquee_d_Alger.jpg

Cela a fait réagir le ministre des Affaires religieuses et du Wakf qui a promis de prendre des sanctions. Intervenant au niveau de Dar El-Imam, Abdellah Ghoulamalah a reconnu que des dépassements ont été enregistrés dans certaines mosquées du pays promettant de prendre des sanctions à l’encontre des imams qui ont donné des prêches en faveur de certains mouvements. Le ministre a indiqué à ce sujet que des imams n’ont pas respecté les directives de la tutelle dans lesquelles il a été demandé de ne pas utiliser les mosquées à des fins politiques. Sans citer de noms, le ministre a ajouté que les imams qui ont outrepassé les instructions de la tutelle seront déférés devant les commissions de disciplines. Si le ministre a parlé de ces imams pris en flagrant délit en train de faire campagne pour des mouvements islamistes, il n’a pas en revanche réagi aux mosquées qui échappent au contrôle de ses services. Au niveau de ces mosquées, des militants des mouvements islamistes imposent leur diktat sans que l’imam, les dirigeants des mosquées ou autres n’osent leur dire un mot. Que se soit à l’intérieur où à l’extérieur des mosquées, les militants islamistes se rassemblent, prêchant leur idéologie au jeunes et moins jeunes. «Le Bon Dieu punira celle ou celui qui donnerait sa voix pour des partis autres que les mouvements qui représentent la voix du Prophète et du Bon Dieu», disent-ils aux fidèles. Ce n’est pas uniquement les militants hommes qui font déjà campagne pour les partis du courant bien connu. Les femmes également font de même et demandent à leurs congénères qui fréquentent les mosquées de voter pour les mouvements islamistes. Même si le ministre des Affaires religieuses minimise pour l’instant cet état de fait, il met en garde contre l’utilisation des mosquées dans la propagande politique.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 21:56

Le président Bachar al-Assad a reçu, aujourd'hui, M. Kofi Annan, émissaire du secrétaire général des Nations unies, qui lui a présenté sa vision préliminaire de la situation en Syrie et affirmé son engagement à œuvrer d'une manière, juste, neutre et indépendante, exprimant son rejet de toute ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Syrie et son appui à un règlement pacifique.

bachar koffi.jpg

Dès son arrivée à Damas, Koffi Anann a été reçu par Bachar Al-Assad. Le président syrien a fait savoir à l’envoyé de l’ONU qu’aucune initiative politique ne pouvait réussir tant que des «groupes terroristes» propagent le chaos en Syrie. «La Syrie est prête à transformer en succès toute initiative honnête visant à trouver une solution aux événements dont nous sommes témoins», a jouté le président syrien. «Aucun dialogue politique, aucune action politique ne peut réussir tandis que des groupes terroristes armés opèrent et sèment le chaos et l'instabilité», devait déclarer Bachar Al Assad. M. Annan a émis l'espoir de pouvoir travailler conjointement avec le gouvernement syrien «pour lancer un dialogue diplomatique dans le cadre d'un processus politique qui réinstaurera la stabilité en Syrie et réalisera les ambitions du peuple syrien». Le président Al-Assad a affirmé de son côté que la Syrie est disposée à faire réussir tout effort sincère à la recherche d'une solution aux événements qu'elle connaît, ajoutant : «Le succès de cet effort exige en premier lieu une étude de ce qui se déroule sur le terrain au lieu de s'appuyer sur l'espace virtuel sur lequel comptaient certains pays régionaux et internationaux pour falsifier les faits et donner une image absolument contraire à ce qu'affronte la Syrie.» Le président Al-Assad a insisté sur le fait que tout dialogue ou processus politique ne pourrait réussir tant que les groupes terroristes armés s'employaient à propager le chaos et à déstabiliser le pays via le ciblage des citoyens, civils et militaires, et la destruction des biens publics et privés. Cette audience élargie a été suivie d'une bilatérale entre le président Al-Assad et M. Annan. A la rencontre élargie ont pris part, en plus de la délégation qui accompagne M. Annan, Walid al-Mouallem, ministre des Affaires étrangères et des émigrés, Mme Bouthayna Chaabane, conseillère politique et médiatique à la présidence de la République, Fayçal al-Meqdad, vice-ministre des Affaires étrangères, et Tammam Souleymane, directeur des organisations internationales au ministre des Affaires étrangères.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 21:48
Le nouveau directeur de la police des frontières, Lazreg El Ghali, représentant officiel du directeur général de la Sûreté nationale, a présidé à l’école de police de Sétif à une nouvelle sortie de 197 agents de l’ordre public.


police setif sortie promotion.jpg

 

Le commissaire divisionnaire, Lazreg El Ghali, a été récemment installé dans ses nouvelles fonctions de (DPF), directeur de la police des frontières. En plus du wali, du chef de la sûreté de wilaya et des autorités civiles et militaires, plusieurs personnalités et des membres des familles des policiers ont assisté à la cérémonie. La promotion, comprenant 197 agents de l’ordre public, a été baptisée au nom de Ziour Abdelmalek, victime du devoir national. Pour rappel, le martyr né le 2 août 1962 a été sauvagement assassiné dans un faux barrage dressé par des criminels islamistes, le 12 octobre 2000, au lieu dit Chibchib, relevant de la localité d’Aïn-Oulmène. Le représentant de la DGSN, accompagné du directeur de l’Ecole de police, a passé en revue le carré en ordre de la promotion sortante avant de rejoindre la tribune officielle. Après le discours prononcé par le directeur de l’école, Hamou Abderrazak, les agents de police ont procédé devant l’assistance à des démonstrations de leur savoir-faire en matière de manipulation d’armes, des exercices de combat et des pratiques de la régulation de la circulation en milieu urbain. La manifestation s’est terminée après la remise des prix aux lauréats, le rituel serment des agents de l’ordre public, suivie par la remise de l’emblème national à la promotion entrante et un défilé de clôture.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 21:45

Dans le cadre de la lutte contre la délinquance et la criminalité, les services de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya d’Annaba ont mené durant le mois de février 1.804 opérations à travers lesquelles 42 personnes recherchées ont été arrêtées.

POLICE ALGERIENNE.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au cours de ces opérations, 174 individus ont été interpellés pour divers délits. Parmi les personnes interpellées, 44 sont poursuivies pour détention d'armes prohibées, 24 pour détention et usage de stupéfiant s et 106 pour diverses infractions. Présentés par devant les différents parquets de la wilaya, 118 ont été placés en détention provisoire. Dans le cadre de la police générale et de la réglementation, les forces de police ont mené 817 opérations de contrôle des professions réglementées ayant entraîné 21 propositions de fermeture d'établissement commercial ainsi que l'exécution de 30 arrêtés de fermeture et la réalisation de 1.874 enquêtes administratives diverses. Concernant la sécurité publique, les services de police de la wilaya d’Annaba ont mené 1.005 opérations de maintien de l'ordre et 654 interventions diverses sur la voie publique. Au cours de ce mois, 13 accidents de la circulation avec dégâts matériels ont été enregistrés dont 27 corporels ayant causé des blessures à 33 personnes. Les mêmes services ont procédé au retrait immédiat de 531 permis de conduire à la suite d’infractions.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 21:15

Intervenant lors de la cérémonie nationale de la célébration de la Journée internationale de la femme organisée à l’hôtel El-Aurassi, le chef de l’Etat a indiqué que l’Algérie avait prévu dans sa Constitution une série de principes permettant à la femme d’assumer ses devoirs et d’exercer pleinement ses droits dans l’ensemble des domaines.

 

 boutéflika 8 mars.jpg

  

Le président de la République a ajouté que la lutte menée par la femme notamment durant la Guerre de libération nationale lui a permis de jouer un rôle non des moindres dans le recouvrement de la liberté et de la souveraineté. Ce devoir qu’elle a parfaitement accompli au service de sa société, elle continue de l’assumer en participant à l’édification nationale et est appelée aussi bien aujourd’hui que demain à relever d’autres défis», a souligné le chef de l’Etat dans un message, à la veille de la célébration de la Journée mondiale de la femme. Pour consolider «ce legs dont elle est fière, l’Algérie a prévu dans sa Constitution une série de principes et mis en place les cadres législatifs et réglementaires adéquats permettant à la femme d’assumer ses devoirs et d’exercer pleinement ses droits et dans tous les domaines», a-t-il précisé. A ce propos, le président Bouteflika a indiqué que «le nombre croissant de femmes dans les différents domaines d’activités, confirme l’impact positif des politiques de formation, d’emploi et de protection sociale en direction de la femme qui lui ont permis d’apporter une contribution précieuse à la vie économique». Il a rappelé que les codes de la famille et de la nationalité ont également été amendés «grâce à une volonté politique clairement affichée dans un souci d’asseoir davantage d’équilibre au plan des relations familiales». La consécration du principe d’élargissement de la participation de la femme au sein des assemblées élues est intervenue également «en vertu du nouvel article de la Constitution, a-t-il dit, soulignant que «cela constitue une modernisation véritable de la vie politique amorcée à travers la Constitution». «Désormais, il n’est plus question d’un simple principe mais d’un principe global qui sera concrétisé par l’ensemble des citoyens et citoyennes», a-t-il encore précisé. Le président de la République a souligné d’autre part que le principe des quotas énoncé dans la loi sur l’élargissement de la participation de la femme au sein des assemblées élues a connu un «large débat à travers lequel la consécration d’un quota à la femme pouvait être perçue comme une distinction de cette catégorie en tant que minorité», ajoutant qu’ «il était cependant impératif de commencer par l’ancrage de ce principe afin de permettre la consolidation de la présence de la femme dans les instances élues». Le jour viendra où la responsabilité sociale incombera à la femme partant du rôle qu’elle joue au sein de la société d’une part, et en fonction du taux qu’elle représente au plan démographique d’autre part», a poursuivi le chef de l’Etat relevant qu’ «en attendant ce jour qui ne saura tarder d’ailleurs au regard de l’évolution que connaît notre société, l’Etat assume pleinement ses responsabilités constitutionnelles». Il a indiqué que la loi organique adoptée contribuait «à la finalisation du dispositif juridique national qui place la promotion et la protection des droits de la femme au cœur même des objectifs et programme de la politique nationale de développement». «Il existe, en effet, et il est nécessaire qu’il ait une étroite relation de complémentarité entre les politiques publiques suivies par le gouvernement et les réalisations accomplies dans le cadre du développement. C’est grâce à cette conciliation seulement que nous parviendrons à réaliser les objectifs arrêtés», a-t-il déclaré. «Le progrès que nous célébrons aujourd’hui est susceptible d’aider à faire évoluer les mentalités», a conclu le chef de l’Etat.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article