Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 19:59
 

«J’assume entièrement mes responsabilités en tant que chef du gouvernement à l’époque au sujet de l’arrêt du processus électoral et je suis prêt à être jugé», a indiqué, Sid-Ahmed Ghozali. L’ex-chef du gouvernement a déclaré que le Front islamique du salut a truqué les élections législatives en 1992 pour lui permettre de contrôler l’ensemble des municipalités à travers le territoire national.

sid ahmed ghozali.jpg

 «Je ne regrette jamais d’être parmi ceux qui ont pris la décision d’arrêter le processus électoral »

Je le déclare en tant qu’opposant car je n’ai jamais été l’enfant du système, l’arrêt du processus électoral était nécessaire et a permis de sauver le pays de la catastrophe, a-t-il ajouté. «Je ne regrette jamais d’être parmi ceux qui ont pris la décision d’arrêter le processus électoral car c’était l’unique solution pour sauver le pays», a jouté M. Ghozali. «J’ai déposé ma démission en raison de l’assassinat de Mohamed Boudiaf et je suis prêt également à être jugé», a-t-il également fait savoir. L’ex-chef du gouvernement a déclaré que la thèse du complot dans l’assassinat de Mohamed Boudiaf ne pourrait pas être retenue car il n’existe aucune preuve à ce sujet et qu’il est prêt à être entendu par la justice. L’absence de l’Etat à l’époque et l’anarchie qui a régné a laissé le champ libre pour le parti dissous qui n’a pas manqué de bourrer les urnes, selon M. Ghozali. Ce n’est pas uniquement M. Ghozali qui a parlé du truquage des élections par le Front islamique du salut, plusieurs personnalités et dirigeants des mouvements et partis politiques l’ont fait savoir précédemment. Au moment où les Algériens se trouvaient sur les plages, les dirigeants du parti dissous et leurs militants profitaient pour remplir les urnes, ont déclaré plusieurs politiciens à l’époque. Il est vrai que nul ne s’attendait à ce qu’un parti à l’image du FIS qui ne possédait aucun programme politique, allait sortir vainqueur lors de ces élections. Malheureusement, l’arrêt du processus électoral n’a pas servi à grand-chose du fait que les erreurs du passé restent intactes, a-t-il martelé. Vingt ans après, les leçons de l’anarchie qui a régné sur le pays dans les années 1990 n’ont été retenues, a indiqué, M. Ghozali. Au sujet de la participation de son parti aux prochaines élections législatives, Sid Ahmed Ghozali a déclaré que son mouvement n’a pas encore reçu d’agrément. Toujours et au sujet des prochaines échéances électorales, le premier responsable du Front démocratique a indiqué qu’il n’envisage pas de participer à ces élections prévues au printemps. «Je trouve que les jeux sont déjà faits», a-t-il-fait savoir à ce propos. Nous avons tenu le congrès en 2000 mais nous n’avons pas encore été agréé, a conclu, M. Ahmed Ghozali.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 20:53

L’émission organisée jeudi soir par l’ENTV au sujet des événements qui ont secoué les pays Arabes a laissée perplexe les fidèles de la chaine qui ont suivi le débat. Sur le plateau de la chaine et a travers ses écrans, l’ENTV s’est adonné à une véritable propagande par laquelle, l’apologie a été faite aux révolutions qui ont soufflé sur les pays arabes. Les invités de la chaîne trouvent que les révoltes sont légitimes et que c’est le seul moyen de mettre fin aux régimes des dictateurs, ont-ils expliqués.

a3.jpg

En effet, les téléspectateurs n’ont pas cru à leurs yeux et ont tenu à vérifier à plusieurs reprises s’ils sont bel et bien branchés sur l’ENTV et n’ont pas sur Al-jazzera ou Al-Arabia. L’ENTV a permis à des invités bien choisis pour la circonstance d’inciter les peuples des pays qui n’ont pas encore été touchés par ces insurrections de se révolter et de faire de même. Les pays qui ont connu des révolutions sont sur le bon chemin, il suffit simplement qu’on donne du temps aux nouveaux responsables, ont-ils indiqués. Les déclarations des invités sont contradictoires avec les responsables et les citoyens de ces pays qui craignent l’explosion et une guerre civile très proche. Invité par le journaliste de la chaine à donner son avis sur le dit «printemps arabe », Mohamed Laagab a surpris plus d’un, indiquant que les dirigeants Arabes ont sucé le sang des peuples et que le changement apporté par l’insurrection, la violence et l’effusion de sang est tout a fait logique. Ce dernier n’a pas manqué de déclarer que grâce à ses révolutions, la Tunisie, la Libye, l’Egypte sont gouvernés par des pouvoirs légitimes, choisis par les peuples, selon lui. Un autre invité qui représente un journal Arabophone a indiqué que les soulèvements sont les seuls moyens de se débarrasser des pouvoirs en place dans les pays Arabes, les accusant des pires des mots. Les interventions des deux invités de la «3» a suscité la colère et l’indignation de M. Khaled Amar qui à partir de Abou Dubaï a demandé aux deux personnes présent à Alger d’arrêter d’inciter les peuples à la violence en jetant de l’huile sur du feu. M. Khaled Amar a répliqué aux propos tenus par les invités, déclarant qu’ils sont non seulement irresponsables mais plus que dangereux. « De quel légitimité vous parlez lorsque des avions de guerre bombardent des peuples arabes et lorsque le sang coule à flot entre des frères d’un même pays pour arriver au pouvoir par la force». a indiqué M. Khaled. Le changement devrait se faire par les urnes est non pas par le sang et par la violence, car cela est un coup d’état, a ajouté M. Khaled Amar. Les chefs d’états et les régimes qui ont été renversés par le biais de la rébellion et par la violence demeurent aux yeux de la loi victimes et restent légitimes jusqu’à preuve du contraire, a-t-il indiqué. « Même si vous dites qu’ils sont arrivés au pouvoir par le truquage des élections, ils ont été élus par les urnes». C’est par les voix des électeurs qu’ils pourraient être destitués et c’est au peuple et aux observateurs internationaux qui veilleront à l’organisation des élections libres et indépendantes, a-t-il-conclu. En somme, la chaîne de l’état qui fait de l’apologie à la rébellion et à la violence, c’est une première dans l’histoire des médias étatiques.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 20:54

Des mères célibataires ont été poursuivies, surtout pour inceste, et furent punies à des peines de prison. Cette dernière situation a contraint les nombreuses mamans de cette catégorie à se débarrasser de leurs bébés par les moyens les plus atroces.  

Femme-enceinte-massage.jpg

Quels sont les facteurs qui peuvent pousser une mère à tuer son enfant ?

 En effet, un nouveau-né a été découvert dans un état de décomposition avancé par un citoyen sur la route nationale n°88, reliant la daïra de Meskiana à Dhallaa. Le bébé qui a été retrouvé emmitouflé dans un tissu serait mort de froid, selon les premiers éléments de l’enquête. Le bébé a été défiguré et portait de graves blessures à la tête causées certainement par des chiens errants. Alertées, la Protection civile et la Gendarmerie se sont rendues sur les lieux et une enquête a été ouverte. Ce cas n’est pas le premier du genre, plusieurs bébés ayant déjà été découverts abandonnés dehors ou assassinés et déposés dans les ordures. Certaines filles accouchent chez des proches et jettent leur fœtus dans les égouts, etc. De nombreuses femmes célibataires assassinent ou abandonnent leurs nouveau-nés par peur de leurs parents ou d’être poursuivies par la justice. Dans certaines régions du pays, il est permis aux mères de cette catégorie d’accoucher et de déposer leur nouveau-né, sans qu’elles soient interrogées sur le nom du père de l’enfant et sans crainte d’être dénoncées. Ceci a permis aux mamans célibataires de se rendre au niveau des maternités sans prendre le risque d’accoucher dans des endroits illicites. Après l’accouchement, le choix est laissé à la mère, soit de repartir avec l’enfant soit de le laisser à la maternité avant qu’il ne soit déposé à la pouponnière. Cette dernière démarche est la seule solution pour éviter des pertes en vies humaines que ce soit du côté des mères ou des nouveaux nés.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 20:53

Après les massacres collectifs, l’opposition syrienne a choisi une autre méthode de terrorisme : les assassinats individuels. Hier, un groupe armé a réussi à abattre un général de l’armée alors qu’il se rendait à son lieu de travail. Plusieurs hauts responsables de l’armée et des fonctionnaires de l’Etat ont été tués ces derniers jours dans des opérations similaires. Sur le terrain, l’opposition a rejeté la proposition de l’émir du Qatar, relative à l’envoi des forces armées arabes en Syrie. «Nous voulonsl’intervention des forces étrangères», ont-ils indiqué.

 

Syrie un général.jpg

 

Photo : Un sous officier abattu par les rebelles, enterré par se collègues


Selon des témoignages, le général Awad Mohamed est tombé dans un véritable guet- apens tendu par les terroristes dans la région de Ghouta. Le groupe armé a criblé de balles le général alors qu’il se trouvait à l‘intérieur de son véhicule, le blessant mortellement. Le chauffeur qui l’accompagnait a été grièvement blessé après avoir été atteint par plusieurs projectiles. Le groupe armé a réussi à s’enfuir quelques minutes seulement après avoir abattu le général. Auparavant, l’opposition utilisait des voitures piégées contre les forces de sécurité et faisait exploser des gisements de pétrole dans plusieurs endroits du pays. Sur le terrain, les équipes de la mission d'observation de la Ligue arabe poursuivent leurs tournées dans plusieurs endroits et gouvernorats. Hier, les envoyés de la Ligue arabe ont visité Bab Houd, le village de Mazraa, Tudmor dans la banlieue de Homs. Dans le gouvernorat de Hama, une autre équipe s'est rendue à l'hôpital national, dans la banlieue de Massiaf, alors qu'une autre équipe a visité le secteur de Salkhad et la localité de Qraya dans le gouvernorat de Souida, où elle a rencontré les parents des victimes tuées par les terroristes. Une équipe d'observateurs s'est rendue à la ville Banyas dans le gouvernorat de Tartous et aussi à la ville d'Al-Boukamel à Deir Azzor. C’est le même cas pour une autre équipe d'observateurs qui a visité la direction des chemins de fer à Alep, où son directeur, Georges Mqaabari, avait briéfé avec les observateurs sur l'ampleur des dommages causés par les actes de sabotage criminels, perpétrés par des groupes terroristes au niveau des chemins de fer. Une responsable de prison située à Deir Ezzor s'est entretenue avec les responsables de ce centre pénitentiaire et avec les personnes libérées et leurs parents, qui les attendaient dehors. Une des équipes de la mission d'observation arabe à Homs a nié aujourd'hui avoir été visée par des tirs selon une diffusion de la chaîne Al-Jazeera. L'équipe en question a affirmé dans un communiqué du secrétariat général de la Ligue arabe au Caire, qu'aucun de ses membres n'a fait l'objet d’une quelconque attaque à Homs. «Les membres de l'équipe en question n'ont pas pu arriver aux lieux de l'explosion d'un véhicule dans le secteur de Bab Houd, où la déflagration a causé de graves dommages aux magasins et les locaux proches du lieu de l'explosion, sans faire de victime». Le communiqué a aussi expliqué que la même équipe a voulu aller une seconde fois à l'endroit de l'explosion mais en vain, à cause cette fois-ci des tirs émanant des groupes armés. De leur côté, les dirigeants de l’opposition ont refusé la proposition de l’émir du Qatar visant à envoyer des forces arabes en Syrie, pour rétablir l’ordre. Ces derniers demandent à la à la Ligue Arabe de déposer le dossier devant le Conseil de sécurité, sollicitant une intervention étrangère. A l’heure actuelle, l’opposition n’a pas accusé le pouvoir d’avoir utilisé l’aviation contre la rébellion. Malgré cela, certaines voix s’élèvent à travers les chaînes d’Al-jazzera, réclamant la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie !! En somme, seul l’arrêt des manifestations pourrait stopper la violence et l’anarchie dans l’attente d’organiser des élections libres et indépendantes, ont déclaré des observateurs. Si les dirigeants syriens adhèrent à cette proposition, l’opposition campe sur ses positions et compte sur une intervention étrangère pour renverser le pouvoir

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 20:52

Les Etats-Unis s’apprêtent à envoyer près de 12 000 soldats en Libye, ont indiqué plusieurs sources médiatiques. Un accord secret aurait été signé entre les dirigeants du CNT et les Etats-Unis d’Amérique pour l’envoi des militaires en Libye.

 

libye 16 janivier.jpg

 

Photo : Les Libyens s’entretuent

«Les ex-thouars et les révolutionnaires pro-Kadhafi constituent une menace pour le pays», tels sont les arguments des dirigeants du CNT, sur la venue des militaires américains en Libye. En effet, selon plusieurs canaux d’information, un premier contingent de ces soldats en provenance de Malte aurait déjà franchi les frontières et s’est installé à Benghazi. Les soldats américains ont été sollicités pour mettre fin au sit-in des anti-CNT. Un deuxième contingent, fait de forces spéciales américaines, serait arrivé également à Tripoli pour assurer la sécurité de l’ambassade américaine et les représentations diplomatiques occidentales ainsi que celle des membres du CNT. A Tripoli, on parle d’une attaque de grande envergure qui sera menée par l’Armée verte mais sans aucune précision, ont ajouté les mêmes sources. Ces derniers jours, le CNT a demandé aux «thouars» qui ont volé des biens immobiliers, notamment à Bab el Azizia, de les restituer. Ces dernières semaines, la situation sécuritaire s’est dégradée, ont indiqué plusieurs sources en provenance de Libye. En plus des affrontements qui opposent les milices à des tribus et à des ex-révolutionnaires, les dirigeants du CNT sont de plus en plus visés. Toujours et selon plusieurs journaux, le président du CNT, Mustapha Abdeljalil, aurait fait l’objet d’une tentative d’assassinat à Benghazi, à l’aide d’une bombe artisanale. C’est le même cas pour un certain Rajeb Al Janzaoui, accusé dans le meurtre du général Abdelfattah Younes, qui aurait échappé de justesse à une tentative de meurtre au cours du samedi 14 janvier 2012. A Syrte, de violents combats ont eu lieu entre un groupe armé de Misrata et des jeunes volontaires de la cité ainsi que des membres de l’Armée libre de la Libye. Ces affrontements ont fait au moins 50 morts dans chaque camp. Du matériel a été confisqué et plusieurs combattants ont été fait prisonniers. Un climat tendu règne à Syrte où les citoyens craignent une riposte à n’importe quel moment. Profitant de ces affrontements, le CNT aurait conclu un accord secret avec les Etats-Unis pour venir à bout des ex-révolutionnaires, selon des médias. Selon le quotidien Al-Quods Al Arabi implanté en Grande Bretagne, plusieurs raffineries, sites et installations pétroliers sont sous la protection des forces étrangères. A ce sujet, le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, chef suprême des armées d’Egypte aurait mis en garde le président du Conseil national de transition sur une éventuelle implantation de bases étrangères en Libye, ont écrit des journaux égyptiens, repris par Al-Quods Al-Arabi. Selon les mêmes journaux, l’Otan qui avait affirmé avoir mis fin à sa mission aurait laissé un nombre important de ses militaires sur le territoire libyen. Pour l’instant, les dirigeants du CNT n’ont pas fait de commentaires à ce sujet et n’ont ni confirmé et ni infirmé ces informations.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 09:53

Il y a exactement deux ans, nous a quittés à jamais deux officiers des forces de sécurité, il s’agit de feu Bouamama, commandant de secteur de la wilaya de Béjaïa et de Athmane Saadi, colonel au DRS (Alger).

 

athmane saadi.jpg

 

Ces valeureux fils d’Algérie sont tombés en martyrs, à Allaghene dans la wilaya de Béjaïa, alors qu’ils commandaient une opération militaire contre les groupes terroristes. Ils sont nombreux à nous écrire pour rendre hommage à ces deux officiers qui ont combattu sans relâche les groupes terroristes au sein même de leur fief, avant de tomber en héros, les armes à la main. Les deux officiers ont fait leur devoir en se sacrifiant pour l’Algérie, pour la démocratie, la paix et la sécurité dans le monde. A travers les dizaines de messages que nous avons reçus, les lecteurs de La Nouvelle République ont rendu un vibrant hommage aux deux officiers de l’ANP. Dans ces messages, les parents, proches et les collègues de ces deux officiers, s’inclinent à la mémoire des deux martyrs et invitent tous ceux qui les avaient connus où côtoyés d’avoir une pieuse pensée, pour eux. Dans son courriel, le frère de Athmane a écrit, je cite : «En cette deuxième année, notre mère a fait ses calculs,le deuil sera au rendez-vous, comme d’habitude. On ne célèbre pas Yennayer dont la date coïncide avec votre disparition. Cette date nous fait revivre les moments difficiles de notre vie. Mon frère Athmane, ton fils est classé premier au cours de ce trimestre. Ma mère arrête de pleurer, Athmane est au paradis». En raison du nombre important du courrier, nous nous excusons auprès des lecteurs de n’avoir pas pu communiquer les autres messages, surtout ceux émanant des anciens collègues des défunts, par lesquels ils ont fait éloge et rendu hommage aux deux officiers

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 13:10
A l’instar de l’ensemble des cours et des tribunaux du pays, la cour de Guelma a organisé des élections permettant d’élire le représentant au Conseil supérieur de la magistrature.
 
cour suprême.jpg
 

Le scrutin qui s’est déroulé au siège de la Cour a vu Mme Charaf Eddine Zoubida, l’emportait haut la main et à la majorité absolue à travers le territoire nationale. Ces élections permettait de renouveler la moitié des membres du vote et concernerait la moitié des 10 membres actuels représentant la  Cour suprême, le Conseil d’Etat, les cours de justice et les tribunaux administratifs  récemment installés. En effet, les élections se sont déroulées dans la transparence totale, la Présidente de la Cour de Guelma Mme Charaf Eddine a raflée 500 voix sur les 800. En raison de son expérience et de son savoir faire, Madame Charaf Eddine actuelle Présidente de la Cour de Guelma jouit d’une grande popularité non seulement au niveau de ses confrères et consœurs mais également chez les populations des régions où elle a exercée. Madame Charaf Eddine a occupé des hautes responsabilités dans le domaine de la magistrature notamment à Oum-El-Bouagui, Tébessa, Annaba et Jijel. Au cours de ces interventions devant l’assemblée nationale populaire et le conseil de la Nation, le Ministre de la justice M. Tayeb Belaiz a insisté sur la présence de la femme au niveau des assemblées élues. « La femme algérienne a montrée son talent et a marquée sa présence et son rôle dans l’ensemble des domaines et ce depuis la guerre de libération nationale, a ce jour» devait déclarer, le Ministre de la justice

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 10:58

Azul fellawen,

Toute l’équipe du blog souhaite à l’ensemble des

Amazighs dans le monde et en Algérie en particulier une bonne Année 2962. 

 Bonne-Ann%C3%A9e.gif

 

Meilleurs vœux de bonheur, de santé et de prospérité...

Assegas Ameggaz et bonne année à toutes et à tous.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 21:56

La «miss» des présentatrices arabes et l’étoile brillante de la station de télévision satellitaire du Qatar, Imane Ayad, a décidé de quitter Al Jazeera. 

 imane ayad.jpg 

Imane a jeté son tablier, refusant de continuer, sous les ordres de ses employeurs, à inciter les populations des pays arabes à la rébellion et à la violence. En effet, c’est un grand coup que vient de recevoir la chaîne du Qatar en perdant la meilleure de ses téléspeakerines. Al Jazeera ne s’attendait jamais au départ de cette jeune femme convoitée par les dizaines des stations de télévisions du monde. D’origine palestinienne, Imane et à l’instar de ces consœurs et confrères a été utilisée par les responsables du Qatar pour déstabiliser plusieurs pays arabes, dont la Tunisie, la Libye, l’Egypte, le Yémen... Cette fois-ci, Imane a dit : «Basta, je ne peux plus continuer à participer à inciter à l’effusion de sang.» La journaliste s’est vu décerner le titre de «Meilleure journaliste présentatrice arabe» lors du Festival des médias arabes. En plus de présentatrice à Al Jazeera, Imane animait également le magazine Harvest of the day (Moisson du jour). Ce n’est pas seulement Imane qui a eu le courage de dire non avec un grand «N» aux dirigeants qataris. Avant elle, Loubna Chebli, l’autre beauté syrienne, a également dit la vérité à son employeur. «Mon pays est une ligne rouge à ne pas franchir», a déclaré Louna Chebli à ses patrons, au moment où Al Jazeera braquait ses caméras vers la Syrie. Cette dernière ne s’est pas arrêtée là. Elle a fustigé ses anciens patrons sur les écrans des télévisions syriennes. Louna a parlé du truquage des images dans les studios d’Al Jazeera et des ordres que les journalistes recevaient pour inciter les peuples à la rébellion et à la violence. Contrairement à certains journalistes qui continuent d’enflammer leur pays, Louna a déclaré je cite : «Ni l’argent et ni ma célébrité ne me poussent à trahir mon pays.» Avant ses propres journalistes, plusieurs dirigeants et haut responsables arabes ont accusé le Qatar d’avoir semé les troubles dans leurs pays. Le président tunisien Zine Al-Abidine Ben Ali, le colonel Mouammar Kadhafi, Hosni Moubarak, Ali Abdellah Salah du Yémen et Bachar El-Assad ont tous pointé du doigt les dirigeants du Qatar d’avoir fait exploser leurs pays par le biais de la diabolique chaîne Al Jazeera. La semaine dernière, c’est le président de la Mauritanie qui a fustigé le Roi du Qatar, en lui demandant d’arrêter le sale boulot qui a ébranlé les pays arabes. Le président yéménite a directement offensé les dirigeants du Qatar, lorsqu’Al Jazeera avait diffusé des images filmées en Irak et montrant la garde républicaine de Saddam Hussein battre violemment avec des matraques des prisonniers irakiens. «Regardez les images qui viennent de nous parvenir du Yémen», a déclaré le journaliste d’Al Jazeera. Dans la soirée et après que les Yéménites et les téléspectateurs ont tous constaté que ces vieilles images ont été filmées au Qatar, Al Jazeera s’est excusée en disant que c’était une erreur. Malheureusement, les dirigeants du Qatar n’ont pas encore présenté leurs excuses arabes, sur le sang qu’ils ont fait coulé à flot dans plusieurs pays du continent

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 21:18
Par le biais de son effroyable arme «Al Jazzera», le Qatar a réussi à pousser les peuples de plusieurs pays arabes à se révolter contre leurs dirigeants.

qatar4.jpg

 

Déstabilisant jusqu’ici trois pays, à savoir la Tunisie, la Libye et l’Egypte, les gouvernants du Qatar ont braqué actuellement les radars et les caméras vers le Yémen et la Syrie. Dans l’attente de cibler d’autres pays, Doha transfert ses fonds vers l’Occident pour investir et financer plusieurs projets. Contrairement aux pays arabes où ils ont semé la haine, la violence et la discorde, les dirigeants qataris ont préféré placer leurs fonds au Japon, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis d’Amérique, en Allemagne, au Luxembourg et dans plusieurs autres pays occidentaux. C’est avec les fonds du Qatar que ces pays ont fait évoluer leurs économies surtout en ces périodes difficiles où la crise économique mondiale sévit. Ces derniers mois, le Qatar a choisi également la France pour y placer son argent. Après avoir acheté le Paris Saint-Germain, Doha décide de créer un fonds de 50 millions d’euros. Ces fonds seront destinés à financer des projets dans les banlieues de l’Ile-de-France, ont déclaré les Qataris. Même si personne ne pourrait refuser de l’argent surtout en ces périodes de crise, les Français acceptent mais s’interrogent sur le choix des banlieues ? La question demeure pour l’instant sans réponse dans l’attente d’y voir plus clair, lorsque le Qatar dévoile ses véritables intentions et objectifs. En revanche, les Qataris ne mettront pas un centime dans les caisses des pays où ils ont mis le feu aux poudres. En Libye, ils ont tout de même expédié des armes de guerre aux «Thouars» pour leur permettre d’écraser les «Kataïbs» pro-Kadhafi. Ces armes ont permis aux Libyens de se flinguer entre eux au moment où Doha a raflé l’argent du pétrole. Le Qatar ne donnera pas un sou aux Egyptiens, après avoir donné des promesses aux «révolutionnaires» de leur venir en aide après la chute du «Raïs». Le chef du gouvernement actuel l’a affirmé devant la presse, déclarant que leurs «amis» ont tourné le dos au peuple égyptien et n’ont pas tenu leurs promesses. C’est le même cas pour la Tunisie dont les caisses sont vides, qui n’a reçu également aucune aide de la part de ceux qui ont déstabilisé le pays.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article