Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 15:39

Comme d’habitude, les intégristes islamistes profitent de chaque événement pour tenter d’imposer leur désastreuse et diabolique idéologie aux Algériens. Hier vendredi, des Imams extrémistes ont donné des prêches virulents dans plusieurs mosquées du pays. Dans la rue, des Salafistes et des fondamentalistes ont défié les autorités locales en placardant des affiches à travers lesquels ils appellent à la violence et au meurtre contre ceux qui ne partagent pas leurs idées extrémistes.  

 réveillon algerie.jpg

 

 Photo : Les Algériens ont toujours célébré les fêtent de fin d’année malgré les menaces des extrémistes.   

 

 En effet, des intégristes islamistes payés par l’état pour diriger les prières, profitent des tribunes des mosquées pour tirer à boulets rouges sur ceux qui célèbrent les fêtes de fin d’année. Des Imams intégristes ont profité du Vendredi jour de la grande prière pour inciter les fideles à la violence. « Mes chers frères, je vous donne un conseil pour vous éviter l’enfer, ne participez pas à la fête des ennemis de l’Islam» a déclaré le dit imam. Cet intégriste s’est permis de parler au nom de Dieu alors qu’il n’est qu’un simple individu et n’a rien de particulier sur les autres. Ce n’est pas parce que le fait de réciter le Coran, d’enfiler le «Kamis» et de laisser pousser la barbe qu’on redevient des envoyer d’Allah.  D’ailleurs, le Bon Dieu n’a jamais mandaté quelqu’un pour parler ou pour sévir à sa place. Donc, de quel droit ces individus veulent imposer leur idéologie aux autres. Chacun est libre de choisir sa religion, de croire ou de ne pas croire, de fêter ou de ne pas fêter et ce n’est pas à X ou Y de rendre des comptes. En dehors des mosquées, d’autres intégristes placardent des affiches sur les murs des grandes surfaces et même à l’intérieur des véhicules des transports en commun appelant les Algériens de ne pas célébrer la venue de la nouvelle année, fête des «Kouffars» impies, selon eux. Sur les affiches, nous pouvons également lire « C’est une fête qui n’a rien à voir avec les Musulmans». Entre les lignes, les fondamentalistes voulaient dire à la population que celui qui fête la nouvelle année est un impie. Si cela n’est pas une incitation à la violence et au meurtre c’est quoi alors ? C’est vraiment malheureux de constater que les Algériens qui ont longuement souffert des affres du terrorisme islamiste, continuent toujours d’être la cible de ces fanatiques. Cet état de fait arrive sous la bannière de la République, imaginez un peut si ces extrémistes arrivent à prendre le pourvoir ? A ce moment, les stades de football du pays seront reconvertis en abattoir, non pas pour abattre les pauvres animaux mais pour égorger les humains. De toute manière, on n’est pas encore arrivé là, les Algériens s’apprêtent à réveillonner et à fêter l’arrivée de la nouvelle année comme il se doit. Des soirées seront organisées dans des hôtels, dans plusieurs endroits alors que d’autres ont préféré réveillonnés entre famille. Soyez prudent les gars, manger, danser et consommer avec modération. Meilleurs vœux et bonne année 2012 à toutes et à tous.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 19:20

Par la voix d’Amar Belani, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l'Algérie a condamné avec la plus grande vigueur les attentats ayant ébranlé le Nigéria.

nigéria 2.jpg

Des femmes pleurent les leurs, assassinés par des criminels

L’attentat commis la veille de Noël contre deux églises au Nigeria a fait plus de 40 morts et des dizaines blessés. «Nous condamnons avec la plus grande vigueur les attentats qui ont frappé les villes de Madalla et de Jos et, exprimons notre solidarité et notre sympathie aux autorités et peuple du Nigeria», a déclaré le porte-parole du ministère algérien. «Ce lâche acte de violence commis contre des citoyens doit inciter la communauté internationale à une grande mobilisation afin de mieux coordonner la lutte contre le fléau du terrorisme», a-t-il indiqué. Les attentats revendiqués par la secte islamiste Boko Haram ont visé le jour de Noël des églises et les services secrets dans le nord-est du Nigeria. Même si la quasi-totalité des pays ont tourné le dos à l’Algérie au moment où le peuple algérien souffrait des affres de ce terrorisme, l’Etat algérien n’a jamais cessé de contribuer à l’éradication de ce fléau. Dans les années de plomb et sans l’aide de personne, le peuple algérien s’est mis derrière ses forces de sécurité et a réussi à sauvegarder la République, au moment où des ennemis et des «frères et amis» criaient déjà à la chute de l’Etat algérien. Aujourd’hui encore, l’Algérie est toujours présente lorsqu’il s’agit de la lutte contre le terrorisme, et ne ménage aucun effort pour apporter aide et assistance que ce soit à nos voisins ou les autres pays du monde. Grâce à son savoir-faire et à son expérience dans la lutte contre ce terrorisme sans frontière, l’Algérie est redevenue le premier pays à être consulté et ce, même par les grandes puissances de ce monde. Les projets de la Concorde civile et la Réconciliation nationale initiés par le président Abdelaziz Bouteflika a permis à des milliers de jeunes égarés de se repentir. Cette politique du pardon a également sauvegardé des vies humaines et a évité à des milliers de familles d’être endeuillées. Cette sage initiative a trouvé écho dans plusieurs pays du monde qui n’ont pas manqué de suivre l’exemple de l’Algérie. Contrairement à plusieurs pays qui appliquent la politique de l’autruche, l’Algérie n’a jamais manqué de condamner avec la plus grande fermeté et de coordonner avec les autres pays du monde pour enrayer ce terrorisme aveugle.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 18:40

Les citoyens insistent sur le respect de la Constitution et des lois de la République
Des erreurs déplorables commises dans les années 1990 ont coûté très cher au pays et aux Algériens, lesquels ont payé un lourd tribut pour éviter une guerre civile et l’écroulement de la République.


mohamed said.jpgmenasra.jpg
abdellah djabalal.jpg
  

 

 

 

 Un pas en avant trois pas en arrière, Djabbalah, Mohamed Said et Menasra, renforceront les autres mouvements du courant Islamistes, il ne manquait plus ça

 

Les réformes politiques entreprises par le chef de l’Etat ont trouvé un écho favorable chez la population. En revanche, si le peuple adhère aux nouvelles réformes, il insiste sur le respect de la Constitution et l’application à la lettre des lois de la République. En effet, les responsables de la société civile et de plusieurs organisations antigouvernementales jugent favorablement les mesures prises par le président de la République relatives aux réformes politiques. A ce même sujet, ils ont déclaré être optimistes mais n’ont pas manqué de mettre en garde sur une éventuelle nouvelle violation de la Constitution et des lois de la République. Rappelez-vous, disent-ils, un seul agrément remis par erreur et en violation de la Constitution a failli plonger le pays dans une véritable guerre civile. Ils ajoutent que l’Algérie n’aurait jamais connu de «décennie noire» si, toutefois, les responsables à l’époque ont appliqué la loi et respecté la Constitution. Nos interlocuteurs ont indiqué qu’aujourd’hui encore, certaines parties profitent de la conjoncture qui prévaut dans la région et tentent d’influencer l’administration pour l’induire en erreur. «Il suffit simplement de jeter un coup d’œil sur les textes de la Constitution pour répondre à ces mouvements afin d’éviter au pays de connaitre le scénario des années 1990», ont-ils indiqué. Aussi, le docteur Abdelwaheb nous invite à lire l’article 42 de la Constitution qui stipule, je cite : «Les partis politiques ne peuvent être fondés sur une base religieuse, linguistique, raciale, de sexes, corporatistes ou régionaux.» Dans ce même cadre, l’ensemble des politiciens trouvent que les lois de la République devraient être appliquées à la lettre, pour garantir la sérénité et la sécurité du pays. «Si des partis représentants une région ou une tribu ne sont pas autorisés à exercer, je ne vois pas pourquoi d’autres mouvements constitués sur des bases religieuses seront-ils acceptés par l’administration», a souligné un enseignant en droit politique. Ce dernier ajoute que ces formations qui ne sont pas en conformité avec les lois de la République ne seront jamais autorisées à souiller la classe politique. C’est l’avis de plusieurs cadres algériens qui trouvent que si la loi autorise l’ouverture du champ politique, les textes de cette même loi régissant les partis politiques devrait être respectée par tous. «Nous ne sommes pas contre l’agrément de nouveaux partis mais nous interpellons le ministre de l’Intérieur de ne pas homologuer des mouvements susceptibles de nuire à la sérénité et la sécurité du peuple et du pays», ont conclu nos interlocuteurs




  

 

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 20:42
 A l’origine, des milliers de morts, l’ex-n°2 du Front islamique dissous n’a pas l’intention de se repentir et continu toujours de semer le désordre et de nuire à la sérénité et à la sécurité du pays.
 
belhadj preche.jpg


Photo : Les Islamistes continuent de faire des mosquées, des lieux pour la propagande politique   

Malgré les plusieurs mises en garde dont il a fait l’objet, Ali Belhadj ne désarme pas et multiplie ses provocations envers les autorités du pays. Profitant de la clémence de l’Etat et du peuple qui ont jugé utile de pardonner à ceux qui étaient à l’origine de la mort des milliers d’Algériens, l’ex-responsable du parti dissous et ses acolytes tentent encore de semer le désordre dans le pays. Utilisant les mosquées pour leur propagande, les ennemis du peuple ne ratent aucune occasion ou événement que se soit national ou international, pour tenter d’induire l’opinion publique en erreur. Cette fois-ci, le n°2 de l’ex-parti est allé plus loin, en donnant un prêche violent à la mosquée, à travers lequel il a outrageusement offensé la personnalité du chef de la diplomatie du pays. Entourés de plusieurs barbus dans une mosquée qu’il fréquentait régulièrement, Ali Belhadj a tout d’abord commencé par informer ses acolytes qu’il aurait été averti par ses pairs sur des éventuelles menaces imminentes qui pesaient sur sa personne. Sans donner de précision à ce sujet, Belhadj a ajouté, je cite : «Avant de quitter ma maison, j’effectue l’acte d’ablution et je m’attends à ne pas revenir. Continuant son récit, Belhadj a déclaré qu’il a été interpellé récemment par les services de sécurité avant qu'il ne soit relâché», a-t-il indiqué. Au sujet de son arrestation, l’ex-n°2 du parti dissous a déclaré qu’il a été accusé d’avoir donné des prêches sans autorisation. Ali Belhadj a expliqué qu’il avait demandé aux policiers les raisons de la non-interpellation par les services de sécurité les 15 ou 17 chrétiens qui faisaient de l’apologie au christianisme ? «Normalement, ils devraient également être arrêtés, oui ou non ?» a interrogé la foule qui l’entourait. Ne s’arrêtant pas là, Belhadj s’attaqua directement au ministre des Affaires étrangères, je cite : «Vous avez vu, le ministre des Affaires étrangères, la tête baissée se faisant interroger comme un enfant par les députés français ?». L’ignorance et l’idiotie de Ali Belhadj le pousse à croire que la rencontre de M. Medelci avec les députés de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée française était un déshonneur pour l’Algérie ? Poursuivant son cinéma, l’ex-lieutenant d’Abassi Madani trouve ridicule les déclarations de M. Medelci à propos des bonnes relations avec les dirigeants de l’Otan. Le comble est que Belhadj a laissé entendre qu’on lui a proposé d’intégrer les rangs du FLN avec ses acolytes. «Ils se moquent de nous ou quoi, comment intégrer un tel parti qui dispose d’une base pour le moins que l’on puisse dire acceptable mais de dirigeants épouvantables» s’écria, Belhadj devant la foule? Dans la foulée, Belhadj enchaîne pour déclarer que le parti dissous peut revenir à n’importe quel moment. A ce sujet, Belhadj éleva le ton et déclare, je cite : « Je vous demande d’être patient seulement, Ennahda a été interdite en Tunisie comme les frères Musulmans ont été interdits d’exercer en Egypte, aujourd’hui, ils sont au pouvoir». a-t-il conclu. Ali Belhadj n’a pas osé dire qu’en Tunisie ou en Egypte, les dirigeants islamistes n’ont pas agi comme il l’avait fait lui en Algérie. Ils n’ont pas endoctriné des innocents en les envoyant au maquis. Leurs mains n’étaient pas entachées du sang. Enfin, Belhadj achève son prêche par la diffusion dans la mosquée d’un enregistrement portant des chants et des slogans de l’ex-parti dissous. Selon les acolytes de Belhadj, ce dernier aurait été interpellé quelques instants après sa sortie de la mosquée.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 20:41

Le carnage perpétré par une secte islamiste au Nigeria a fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés dont certains se trouvent dans un état grave, selon des sources médicales. Sans la défaillance des services de sécurité, ce drame n’aurait certainement pas eu lieu.

 

NIGERIA.jpg

 

Photo : La police est arrivée en force …… pour constater les dégâts !  


Selon des témoignages, des bombes ont explosé dans les églises d’Abuja et Jos où étaient rassemblés des centaines de citoyens pour accomplir la messe de la Nativité. A Abuja, la forte déflagration a projeté certaines victimes en dehors et sur le toit de l’église. D’autres cadavres ont été retirés des caniveaux alors que d’autres corps ont été complètement calcinés. Les morts et les blessés ont été transférés dans des différents hôpitaux de la ville. Les mêmes témoins ont indiqué que l'explosion d'Abuja a détruit l'église St-Thérèse. La seconde explosion, survenue peu après l'attaque d'Abuja, a frappé une église à Jos, et tué au moins un policier et détruit trois véhicules. Après ce drame, des citoyens en colère ont tenté d'attaquer un poste de police situé dans le même quartier de l’église. La police a tiré en l'air pour disperser la foule tout en fermant l’autoroute à la circulation. Les auteurs de ce carnage, une secte islamiste «Boko-Haram» avait déjà attaqué au mois d’août 2011,le siège de l'ONU à Abuja, où plus de 20 personnes ont été tuées. En 2010, le Nigeria a connu une série d’attentats à la veille de Noël. On n’apprend rien à personne si on disait qu’à chaque fête de fin d’année, des attentats sont à craindre partout dans le monde. En principe, les lieux stratégiques et les endroits susceptibles d’être la cible d’attentats devraient être sécurisés. Quelles sont les mesures prises par les forces de sécurité du Nigéria à ce sujet.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 22:47

Le président Ali Abdallah Salah a tiré à boulets rouges sur le Qatar, l’accusant de vouloir détruire son pays. «Al Jazzera est l’ennemi numéro un du Yémen, elle veut le démolir comme elle l’a déjà fait avec d’autre pays du continent» devait ajouter Ali Abdallah Salah.

ali abdellah salah.jpg
Le président du Yémen a indiqué qu’il regrettait énormément les agissements des dirigeants du Qatar, les qualifiant d’irresponsables et d’hypocrites. En effet, lors de la conférence de presse tenue à Sanaa, Ali Abdallah Salah s’est attaqué directement à certaines presses les accusant d’être à l’origine des événements dans les pays arabo-musulmans. Le président yéménite est entré directement dans le vif du sujet citant la chaîne «Al Jazzera» et l’Etat du Qatar. «C’est vraiment une honte pour les dirigeants du Qatar qui, par le biais de cette nébuleuse chaîne de télévision, s’attaquent à des pays arabes pour les déstabiliser», a déclaré le président Yéménite. Ce n’est pas la première fois qu’Ali Abdallah Salah pointe du doigt la chaîne d’Al Jazzera et l’Etat du Qatar. «Le Yémen ne tombera pas et fera face à ses ennemis» devait déclarer le président du Yémen. Dans la même conférence de presse, Ali Abdallah Salah a déclaré qu’il s’envolerait en destination des Etats-Unis d’Amériques où il est attendu pour recevoir des soins. Toujours et selon ses déclarations, il devrait subir des opérations chirurgicales, selon lui si toutefois, les médecins jugent que cet état de fait est nécessaire. «Je vais m’absenter pour permettre au gouvernement de préparer les élections, mais je reviendrais» a conclu Ali Abdallah Salah. Contrairement à d’autres pays du continent, le président du Yémen a soigné ses relations diplomatiques et personnelles avec la plus grande puissance du monde à savoir les Etats-Unis d’Amérique. A ce sujet, plusieurs facteurs le confirment, entre autres le choix des Etats-Unis d’Amérique pour se soigner et surtout les dernières déclarations de l’ambassadeur des USA au Yémen. Interrogés sur la mort de 13 manifestants et sur les 50 autres blessés qui participaient à une marche pacifique à partir de Taëz, dans le sud du Yémen et qui auraient été abattus par des militaires, le chef de la diplomatie américaine a indiqué, je cite : «Je suis désolé de vous dire que la manifestation n’était pas du tout pacifique ». Si vous trouvez que des milliers de manifestants prennent d’assaut la présidence de la République, est une marche pacifique, ça c’est votre affaire. a-t-il ajouté. Entre les lignes, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique voulait dire que la marche est une tentative de coup d’Etat déguisée et l’intervention des forces de sécurité était tout à fait nécessaire. Au sujet de ses déclarations sur la chaîne d’Al Jazzera et sur l’Etat du Qatar, le président yéménite a mis le doigt là où il le faut, selon des spécialistes du monde arabe. Selon ces mêmes spécialistes, cette chaîne de télévision a joué les premiers rôles dans les soulèvements qui ont secoué la Tunisie, Libye, l’Egypte, la Syrie et le Yémen. «Ecoutez, le président Ali Abdallah Salah avait toutes les raisons d’accuser le Qatar, car il faudrait être aveugle pour ne pas voir que c’est dans ce pays que les rébellions des pays arabes se préparent». Ces derniers ont expliqué que par le biais de la chaîne satellitaire, les dirigeants du Qatar planifient, organisent et incitent les peuples à se révolter contre leurs gouvernements. Sans le Qatar, la rébellion tunisienne ne serait jamais au pouvoir et en Egypte ,Hosni Moubarak n’aurait jamais démissionné, ont-ils déclarés. En Libye, le Qatar s’est ingéré non seulement par le biais de la chaîne satellitaire mais militairement, ont-il fait savoir. Actuellement, le Qatar continue de faire la même chose en Syrie et au Yémen, selon nos interlocuteurs. «Ali Abdallah Salah a donc raison de s’attaquer à ce pays », ont-ils conclu.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 21:22

En réaction aux accusations du Premier ministre turc, Taïb Erdogan, au sujet de sa participation à la guerre d’Algérie et le génocide perpétré selon lui contre les Algériens, le père de Nicolas Sarkozy a démenti ses allégations, indiquant qu’il n’a jamais été en Algérie.

Pal-Sarkozy_1605589c.jpg
En effet, dans une déclaration à la presse, Pal Sarkozy a déclaré n'avoir jamais été en Algérie, indiquant qu’il n’a pas dépassé la ville de Marseille. «J’étais pendant quatre mois à la légion en France, mais je n’ai jamais été en Algérie», a-t-il ajouté. «Je vous demande de jeter un coup d’œil sur mon livre Tant de vie, par Pal Sarkozy, vous trouverez tous les documents nécessaires», a-t-il martelé

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 20:26

A l’approche des élections législatives, la peur s’installe de nouveau chez les Algériens, inquiets de voir le pays plongé dans le même scénario que celui des élections locales de 1990.   

 DJABAL~1.JPG

Photo : Seul un pôle démocratique pourrait éviter à l’Algérie des dirigeants Islamistes

Afin de parer à toute éventualité, des dirigeants de plusieurs partis politiques envisagent de se rassembler dans un seul pôle démocratique pour contrer l’autre front qui sera constitué exclusivement de mouvements islamistes. En effet, l’ensemble des facteurs qui ont permis aux islamistes de l’ex-Fis dissous de bourrer les urnes en 1990 demeurent toujours intact. En plus de la montée de l’intégrisme, l’instrumentalisation de l’islam est toujours d’actualité et ce, malgré l’interdiction de cet état de fait par la Constitution. Si l’ex-parti qui a violé les lois de la République a été mis hors d’état de nuire, trois autres mouvements ayant la même idéologie que le premier, constituent une menace sérieuse pour le pays. C’est pour cette raison que des dirigeants de partis ont jugé utile de se regrouper dans un seul pôle démocratique afin de sauver la République. L’appel au rassemblement lancé par le MSP aux mouvements islamistes a alerté les dirigeants des autres partis en lice qui trouvent que seul le regroupement dans un pôle démocratique pourrait éviter un scénario de 1990. «Ce n’est pas parce que les mouvements islamistes détiennent un projet plus meilleurs ou par ce que leurs dirigeants sont plus contents, que nous avons peur qu’ils arrivent au pouvoir» nous a déclaré un dirigeant d’un parti démocratique. Notre interlocuteur nous a ajoutés que le recours à la religion est la seule et unique manière qui permet à ces mouvements de faire le plein dans n’importe quelles élections. «En principe, ces partis devraient se conformer à la loi de la République, dans le cas échéant, ils seront purement et simplement dissous», a-t-il indiqué. Malheureusement, la conjoncture actuelle et les événements qui secouent les pays arabo-musulmans ne le permettent pas de le faire. A ce même sujet, plusieurs militants des partis démocratiques ont déclaré qu’ils ne sont pas contre ces mouvements mais contre l’utilisation de l’islam pour leur permettre d’accéder au pouvoir. Prenant la parole, Samir a expliqué que l’islam est un moyen de culte comme l’ensemble des religions et ne peut en aucun cas être exploité à des fins politiques. «Ecoutez, lors des élections locales de 1990, le FIS avait fait le plein non pas pas parce qu’il a présenté un projet politique fiable mais grâce au Coran», a-t-il conclu. Pour Leila, les Algériens qui sont à 90% des Musulmans ne peuvent que donner leurs voix à celui qui représente l’islam. C’est le même constat des autres militants qui trouvent qu’un parti devrait se doter d’un programme politique mais pas religieux. Afin d’éviter un scénario de 1990 et pour ne pas tomber dans le même piège que la Tunisie ou l’Egypte, il est indispensable que les autres partis démocrates se regroupent dans un seul pôle, a fait savoir un sénateur démocrate. Pour nos interlocuteurs, l’essentiel pour l’instant est que les démocrates remportent les élections et peu importe celui qui sera à la tête de ce pôle. En somme, les dirigeants et militants de plusieurs partis trouvent qu’il est temps de se réunir et de se regrouper sous la bannière de ce pôle pour sauver la République

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 20:24

Un groupe armé intégriste lié aux Frères musulmans syriens a revendiqué le sanglant attentat aux voitures piégées qui a fait 44 morts et plus de 150 blessés. damas.jpg

Cette revendication est une double claque pour l’opposition qui n’a pas cessé de pointer du doigt le pouvoir, l’accusant d’être derrière les actes de violences qui ébranlent la Syrie. Mais cette revendication a fait l’objet de démenti. En effet, c’est à travers un site Internet que lesdits Frères musulmans ont revendiqué l’acte terroriste perpétré contre deux bâtiments des forces de sécurité. Sur le site islamique nous pouvons lire : «C’est l’une de nos brigades djihadistes sunnites qui, avec l’aide de Dieu, a frappé un bâtiment de la direction de la Sûreté de l'Etat à Kafar Soussé, au cœur de la capitale.» Dans le même texte, les terroristes ont déclaré que l’attentat a été perpétré à travers une opération menée par quatre kamikazes. Quelques minutes après, un porte-parole des Frères musulmans, Zouhair Salem, a démenti toute responsabilité de son groupe, accusant encore le régime d'avoir «fabriqué de toute pièce» le communiqué au nom de l’organisation. Le porte-parole de la confrérie qui a apporté le démenti se trouve en Grande-Bretagne et non pas en Syrie. Hier, le ministère syrien de l'Intérieur avait lui affirmé que «la main d'Al Qaïda» était derrière les attentats. Plusieurs politiciens et hommes politiques commencent à douter des déclarations de l’opposition en ce concerne la main du pouvoir derrière l’assassinat des militaires. Lorsqu’un civil ou un manifestant se fait tuer, il est tout a fait logique d’attribuer cet acte aux forces de sécurité. Malheureusement, on ne peut pas croire que des forces de sécurité puissent commettre un attentat contre des militaires. Ces derniers jours, des ex-rebelles libyens armés combattent aux côtés des insurgés syriens. Là également, l’opposition syrienne n’a pas cessé d’apporter des démentis. Fort heureusement, des combattants libyens ont été interviewés par des journalistes européens en terre syrienne. «Nous sommes venus épauler nos frères en Syrie et avec l’aide de Dieu, Bachar Al-Assad finira comme Kadhafi.» Telle est la déclaration d’un combattant libyen à la presse étrangère en Syrie.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 10:15

Partout où vous êtes dans ce petit monde,

 

JOYEUX NOEL.gif

 

Que vous soyez Européens, Arabes, africains, Berbères, chinois ou autres. Que vous soyez Chrétiens, Musulmans, Juifs, autres religions ou athées,  Je vous souhaite une bonne fête de Noel a tous et a toutes.

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article