Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 22:50
Tunisie : Les islamistes menacent .............
A l’appel du parti d’Ennahda, plus de 2 500 islamistes ont manifesté dans la capitale tunisienne en guise de soutien au pouvoir déchu en Egypte. Les leaders du mouvement islamiste Ennahda ont profité du rassemblement pour inciter les citoyens à la violence et en menaçant l’institution militaire contre un éventuel scénario égyptien en Tunisie.

Après deux échecs de rassembler le millier de personnes comme l’avait souhaité les leaders d’Ennahda, le 3e rassemblement a réussi à réunir quelque 2 000 à 2 500 personnes sur l’avenue Habib Bourguiba, dans la capitale. Les manifestants venus de plusieurs régions du pays brandissaient des portraits de Mohamed Morsi, l’emblème national de la Tunisie, d’Egypte et de plusieurs autres pays dont celui de l’Algérie. Sous les appels d’Allah ou Akbar «Dieu et Grand», les orateurs se sont adressés à tour de rôle à la foule, apportant le soutien de la Tunisie tout d’abord au régime dissous en Egypte et au président Morsi. Plusieurs cadres du mouvement islamiste Ennahda dont Lotfi Zitoun, Ameur Laarayedh, ont dénoncé selon eux le coup d’Etat militaire en Egypte. Ce dernier a tiré à boulets rouge sur l’opposition tunisienne, lui reprochant d’avoir soutenu le «putsch» militaire en Egypte tout en les accusant de corrompus. Il n’a pas manqué d’enflammer la foule en indiquant qu’il est important d’édifier un état islamique. L’ex-ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, a fait de même, rappelant que le peuple (2 500 personnes) a retrouvé de nouveau l’avenue Habib Bourguiba, berceau de la révolution pour mettre en garde ceux qui selon lui voulaient reproduire l’exemple de l’Egypte en Tunisie pour permettre les régimes de Moubarak et de Ben Ali. Ne s’arrêtant pas là, les cadres du mouvement islamiste d’Ennahda ont directement menacé l’institution militaire et l’opposition mais sans les citer. «Toute personne qui piétine la légitimité en Tunisie sera piétinée par cette légitimité. Pour ceux qui oseront tuer la volonté du peuple, aussi bien en Tunisie qu’en Egypte, la rue tunisienne sera autorisée à en faire autant, y compris d’en faire couler le sang (‘’youstabahou’’)», a déclaré Sahbi Attig, chef du bloc parlementaire d’Ennahda. Cette incitation à la violence a été accueillie par des «Allah ou Akbar» à la demande d’un autre cadre islamiste présent à ses côtés sur la tribune. Cet état de fait a provoqué la colère des opposants des partis politiques qualifiant ses propos d’incitation au meurtre et à la guerre civile. C’est le cas de la militante Naziha Rjiba qui a qualifié les déclarations du député d’Ennahda de «criminel». Ce sont de tels propos qui pourraient conduire le pays vers la guerre civile citant ce qui s’est passé en Algérie dans les années 1990 et qui a mis fin aux islamistes et non à leur gloire… De son côté, le Parti des travailleurs s’est indigné dans un communiqué où il explique que la réaction de Sahbi Atig est dangereuse d’autant plus qu’elle émane d’un représentant du parti au pouvoir. Toujours selon le communiqué, les propos de M. Atig confirment le discours violent et menaçant d’Ennahdha. Il rappelle par la même occasion que la légitimité du parti au pouvoir est terminée et que les menaces ne font plus peur à personne. Intervenant sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes tunisiens ont dénoncé les propos graves des dirigeants islamistes, indiquant que le pouvoir islamiste en Tunisie tire à sa fin, ont-ils commenté. En réalité, le pouvoir islamiste est loin d’être terminé en Tunisie ou dans n’importe quel autre pays arabe et musulmans. Par la voix des urnes, les islamistes l’emporteront à chaque fois haut la main et ce, même si les élections sont répétés 1 000 fois par an. Ce n’est pas pour leur brillant programme politique, leur savoir-faire ou leur personnalité que le peuple choisira les islamistes. C’est pour gagner une place au paradis que les citoyens du tiers-monde donneront leur voix aux représentants de l’islam. Pourtant, en vérité, ces mecs ne détiennent pas les clefs du paradis et le Bon Dieu n’a mandaté personne pour parler en son nom. Malheureusement, ces fanatiques continuent d’instrumentaliser la religion pour arriver au pouvoir. Cela ne pourrait arriver qu’au tiers monde où l’alphabétisme et l’ignorance font rage

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires

windows 8 installation 29/08/2014 13:26

There is no point in blaming anybody. Some of the initial remarks were controversial. This triggered the feelings of some of the members of the community. May be it would be wise not to take any actions concerning this matter.