Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 21:06
Après le boycott des Algériens des fêtes de fin d’années : Les fondamentalistes se réjouissent

Lire l'article en PDF sur le journal voir page 3:

http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2015-01-04/lnr.pdf

Quelques jours seulement avant les fêtes de fin d’années des fondamentalistes ont appelés les Algériens à ne pas célébrer ces évènements. Après le boycott des Algériens à ces événements lesdits « Chouyoukhs» parlent de succès et se réjouissent de cet état de fait.

Photo : De quel droit ces obscurantistes interviennent-ils dans la vie des Algériens ?

Le premier de ces leaders (Sur la Photo) qui a appelé les Algériens a boycotté ces festivités n’est autre que l’émir national des Salafistes le «Cheikh» Abdelfattah Hamadache. Ce dernier a indiqué que les Algériens ont répondu positivement à son appel, visant à ne pas célébrer les fêtes de fin d’année. « Plus de 85% des Algériens ont boycotté les fêtes de fin d’année» a indiqué, Abdelfattah hamadache. Ce dernier a indiqué qu’il a organisé une campagne anti-fêtes de fin d’année à travers l’ensemble des régions du pays. A ce sujet, le leader Salafiste a ajouté que ces militants ont visité plus de 23 wilayas du pays. « Nous avons envoyés des courriers aux Imams des mosquées à travers lesquels, nous avons demandés à ces derniers de donner des prêches, incitant les Algériens à ne pas célébrer ces fêtes», a fait savoir Abdelfattah Hamadache. Afin de convaincre les Algériens à ne pas célébrer ces fêtes de fin d’année, le leader des Salafistes a utilisé également les réseaux sociaux. « Les fêtes de musulmans sont connues. Il s’agit de l’Aïd El Fitr et de l’Aïd El Adha», a-t-il expliqué. Toujours et selon le chef des Salafistes, des milliers de tracts ont été également distribués à travers l’ensemble du territoire national. « Nous avons ciblés les commerçants, les boulangers et les propriétaires des hôtels et des restaurants et nous avons placardés des écrits dans les différents endroits publics» a fait savoir Abdelfattah hamadache. Ce dernier a indiqué qu’il avait demandé aux pâtissiers et aux boulanger à ne pas préparer les gâteaux, les confiseries et surtout ladite « Buche». Les citoyens également ont été convaincus à ne pas acheter ces confiseries et de s’abstenir à célébrer ces fêtes même dans leurs foyers. Sur son site personnel, l’émir des Salafistes, une organisation non reconnue a fait savoir que l’objectif de cette campagne vise a enseigné aux Algériens leur religion et leur véritable identité qui selon lui, ne sont pas identiques aux occidentaux. « N’importe quelle musulman qui s’amuse à les imiter est considéré comme eux», a-t-il expliqué. L’organisation des Salafistes n’est pas la seule qui a organisé des campagnes anti-fêtes de fin d’année. Plusieurs autres Chouyoukhs» ont fait de même. Par leurs «Fatwas», ils interviennent dans la vie des Algériens rendant parfois caduc, les lois et les textes de la République. Ils légalisent ce qui leur semble bon et interdisant tout ce qui ne marche pas avec leur désastreuse idéologie. Redevenir «Cheikh» en ces temps n’est pas une chose difficile. La qualification, la fonction, le niveau d’instruction et les diplômes ne sont pas un handicap pour les personnes désirant redevenir des «Chouyoukhs». Pour redevenir «Cheikh» des «Chouyoukh», il faudrait multiplier les prêches incendiaires, d’inciter le peuple à la rébellion et à la violence et surtout de pointer du doigt les hauts responsables de l’état et les intellectuels. Ils sont déclarés systématiquement «Chouyoukh» l’ensemble des personnes ayant fait l’école du Wahhabisme en Arabie Saoudite ou qui ont vécus en Afghanistan ou au Pakistan. En plus des injures lancés au quotidien à l’encontre des hauts responsables de l’état, intellectuels et les personnes qui refusent d’adhérer à leur idéologie, lesdits «Chouyoukh» n’arrêtent pas de tirer à boulets rouges sur n’importe quelle chose ayant des relations avec la modernité. Au niveau des mosquées, ils imposent leurs propres idéologies et s’attaquent aux fidéles qui lisent le Coran. Ils demandent également aux fidèles à ne pas lever les deux mains au ciel, lorsque l’imam commence à invoqué le Bon Dieu après les prières. Lesdits «Chouyoukh» s’imposent également au niveau des cimetières et obligent les citoyens qui accompagnent la personne décédée à sa dernière demeure à ne pas présenter les condoléances aux familles du défunt. Au niveau du domicile des parents du décès, ils interviennent également pour empêcher ceux qui devraient présenter leurs condoléances à ne pas embrasser les parents. « Ce n’est pas permis «La Yajouz » de faire la bise, contentez-vous de leur serrer uniquement la main», crient-ils à haute voix. Pendant le mois de Ramadhan, les mêmes «Chouyoukhs» ont privé les milliers d’Algériens surtout les plus démunis à s’approvisionner en viande congelées. Pour convaincre les pauvres citoyens, ils leurs disent : « N’oubliez pas que vous êtes des Musulmans, ne mangez pas cette viande. Puisque vous ne savez pas qui a égorgé ces moutons, vous devriez s’abstenir à l’acheter et à la manger».

Partager cet article

Repost 0
LE JOURNAL DES INFOS
commenter cet article

commentaires